Avec le déconfinement, retrouvez vos forêts… sur la pointe des pieds !

A partir du 11 mai, la forêt redevient accessible. Un soulagement pour les randonneurs, coureurs et autres amoureux des espaces naturels… Mais que peut-on faire (ou pas) ? L'ONF rappelle quelques bonnes pratiques.

Après huit semaines de confinement, beaucoup en ont rêvé : fouler le sol sous ses pieds, marcher ou courir à l'ombre des chênes, se promener à vélo ou à cheval, flâner, lire, prendre l'air frais... Eh bien, ça y est ! Le moment est venu pour les Français, qui à 90% aiment s'y promener selon notre infographie, de retrouver leurs chères forêts ! A partir du 11 mai 2020, ces espaces naturels sont à nouveau ouverts à tous, sous réserve d'une décision préfectorale contraire dans votre département et de nouvelles annonces gouvernementales.

Mais comment bien renouer avec sa forêt, ce remède naturel antistress, tellement attendu après ces 55 jours de confinement ? Que peut-on vraiment faire dans ces grands espaces ? L'Office national des forêts (ONF), gestionnaire des forêts publiques en France, appelle chacun au respect des bonnes pratiques, que ce soit pour éviter la propagation du coronavirus ou pour protéger la nature et l’équilibre des écosystèmes.

©Direction territoriale Seine Nord de l'ONF/ONF/Linéal

Le public peut retrouver les forêts en famille, seul ou entre amis dans la limite de 10 personnes maximum. La liste des sports autorisés en extérieur est précisée dans cet article du ministère des Sports. Les préfets pourront prendre des arrêtés plus restrictifs selon la situation sanitaire du département.

Pourquoi de telles limitations ? Avec près de 700 millions de visites par an, les forêts sont très fréquentées en France, particulièrement celles proches des grandes agglomérations. Les gestes barrières restent une nécessité afin de limiter la propagation du covid-19. Rester à plus d'un mètre de distance les uns des autres, tousser dans son coude, se laver les mains souvent… Informez-vous avant de sortir en forêt ici !

Une faune moins méfiante, tenir son chien en laisse

L'ONF met en garde : la faune sauvage est devenue moins farouche et plus sensible après ces semaines sans quasiment aucun dérangement humain. Des forestiers témoignent partout en France et appellent à la vigilance : "Ce qui a été le plus épatant, c'était le calme, l'absence de bruits parasites (véhicules, avions, etc.) qui nous a permis d'entendre les oiseaux et les batraciens. J’ai vu des animaux en pleine journée comme je n’en ai jamais vu", témoigne Anthony Jeanneau, technicien forestier territorial à l'ONF en forêt de Bercé (Sarthe).

Cette réouverture des forêts coïncide aussi avec les naissances des animaux sauvages. Avec le retour du public, l’effet de surprise pourrait remettre en cause la survie des petits, à l’exemple de l'engoulevent d’Europe. Cet oiseau qui niche au sol est particulièrement vulnérable. "Les visiteurs vont faire irruption dans une nurserie qui a perdu l’habitude des Hommes", prévient Pierre-Edouard Guillain, directeur de l’agence territoriale Île-de-France Est à l'ONF.

Durant cette période particulière, la vie sauvage présente habituellement dans les massifs forestiers s’est faite moins discrète qu’à l’accoutumée. La richesse de ces milieux, parfois méconnue du grand public, a ainsi été mise en lumière.

Michel Béal, directeur de l’agence Ile-de-France Ouest

Voilà pourquoi, cette année plus particulièrement encore, les chiens doivent être tenus en laisse du 15 avril au 30 juin, selon un arrêté ministériel. Leur instinct peut les encourager à attaquer ou à gêner la faune sauvage. En dehors de cette période de naissance et de reproduction, les animaux de compagnie doivent rester à proximité (moins de 100 mètres).

©ONF

Prudence en voiture, partager l'espace forestier

Durant le confinement, les internautes ont apprécié ces images d'animaux sauvages se déplaçant au bord des routes sans se méfier... Aujourd’hui, la circulation reprend et les conducteurs doivent impérativement redoubler d'attention pour éviter cerf, chevreuil ou tout autre animal !

Ces prochaines semaines, l'ONF s'attend à la visite d'un public nombreux et moins averti que d'habitude en forêt. Attention à ne pas se cantonner aux emplacements trop proches des parkings afin d'éviter les regroupements ! Autre point important : partez à la découverte de lieux forestiers moins emblématiques et touristiques. Il y aura moins de monde, et le ressourcement sera toujours au rendez-vous !

Renseignez-vous sur les sites internet des Offices de tourisme ou de l'ONF et préparez votre visite en forêt en amont. Promeneurs aguerris ou novices, soyez vigilants et respectueux du milieu naturel !

Ensemble, adoptons les bons réflexes en forêt

  • Remportons nos déchets ;

Malgré le confinement, les équipes de l'ONF ont observé une recrudescence des dépôts sauvages. Remportons nos déchets pour préserver la beauté et la vie de la forêt !

  • Modérons nos cueillettes de fleurs et champignons ;

Les cueillettes excessives peuvent menacer des espèces même courantes (muguet, jonquille, champignon…) Ne les arrachons pas et ne les piétinons !

  • Protégeons-nous des tiques ;

D’avril à octobre, les tiques sont particulièrement nombreuses et actives en milieux naturels, notamment en forêt. Certaines piqûres peuvent transmettre la maladie de Lyme.

  • Respectons la signalisation ;

La signalisation des chantiers permet d’informer le public et marque l’interdiction d’entrer dans ces zones.

  • Restons sur les chemins ou sentiers balisés ;

Sortir des sentiers accélère l’érosion des terrains fragiles et dégrade la végétation du sous-bois.

  • Laissons le bois mort au sol ;

Du bois mort est laissé au sol volontairement par les forestiers, y compris après les coupes. Sa décomposition permet le retour des minéraux dans le sol, nécessaire à la bonne santé des arbres

  • N’allumons ni feu, ni barbecue ;

Les feux de forêt sont souvent provoqués par des négligences. Dangereux pour les promeneurs et les riverains, le feu détruit aussi la forêt et les animaux.

Et aussi :