En forêt de Compiègne, une saison des amours à haut risque !

Pour la onzième année consécutive, l’ONF et les bénévoles de la SPFC mettent en place des dispositifs pour empêcher la traversée des routes par les amphibiens lors de leur période de reproduction. Découvrez-les en vidéo.

Les étangs de Saint-Pierre et de l’Etot, situés entre Pierrefonds et Vieux Moulin (Oise), sont connus pour être des sites de reproduction d’amphibiens. Lors de la période de migration en mars/avril, les grenouilles, crapauds, tritons et autres salamandres doivent en effet traverser des routes, et sont souvent victimes du trafic routier.

Ce triste constat a amené l’ONF et la Sauvegarde du patrimoine des forêts du Compiégnois (SPFC) à s’engager depuis 2010 pour protéger ces amphibiens. Découvrez dans la vidéo ci-dessous, réalisée le en février 2020, un dispositif temporaire de sauvegarde de ces animaux.

©Fannie Senilhe/ONF

Un dispositif efficace

Ce dispositif efficace s’inscrit dans le cadre d'une opération appelée "Fréquence Grenouille" mise en place par le Réseau des Conservatoires d’espaces naturels. Son objectif : sensibiliser le public à la préservation des zones humides et à leurs petits habitants.

Concrètement, l'installation, constituée d’une bâche et d’une série de seaux enterrés au ras du sol, permet de bloquer les amphibiens migrant vers leur lieu de reproduction. Ils finissent par tomber dans un des seaux. Chaque matin, un ramassage est effectué et les amphibiens sont relâchés de l’autre côté de la route.

Le comptage qui est fait lors de ce ramassage permet de rendre compte de l’évolution  quantitative des espèces sur ce lieu. De plus, chaque seau est numéroté, ce qui permet d’étudier plus précisément les corridors de déplacement des amphibiens. Un bâton est également placé dans chacun des seaux, permettant ainsi aux micro-mammifères de pouvoir ressortir.

+ de 50 000

grenouilles rousses, grenouilles agiles, crapauds communs, tritons palmés, tritons ponctués, salamandres tachetées... attrapés depuis 2010.

Des bénévoles assidus

Chaque année, une formation est réalisée par un technicien de l’Office national des forêts. Elle permet de désigner des bénévoles référents à l’identification des amphibiens et d’établir un planning des collectes. Depuis 2010, l’association de Sauvegarde du patrimoine des forêts du Compiègnois (SPFC) soutient l’opération très activement.

©ONF

Que dit la loi ?

  1. En France, tous les amphibiens sont protégés. Il est également interdit de perturber ou détruire leur habitat.
  2. Une dérogation est accordée par le préfet pour le ramassage des amphibiens dans le cadre de l’opération "Fréquence grenouille".
  3. Certaines précautions doivent être prises par les bénévoles : désinfection avant manipulation, mains mouillées, manipulation réduite…
  4. Les promeneurs ne doivent pas vider les seaux !

Et aussi :