RMT Aforce : le réseau qui accompagne la forêt de demain

Lancé en 2009, AFORCE est un Réseau mixte technologique (RMT), coordonné par le Centre national de la propriété forestière (CNPF), dont la mission est d'agir pour adapter les forêts au changement climatique. Un sujet essentiel au sein de l’Office national des forêts (ONF) qui est l’un des partenaires structurants de ce réseau. Explications en 4 questions.

Qu'est-ce qu'un réseau mixte technologique ?

C'est un dispositif mis en place pour améliorer les relations entre la recherche et les différentes filières, généralement la filière agricole. Dans le cas de AFORCE, coordonné par l'Institut pour le développement forestier du Centre National de la Propriété Forestière (CNPF-IDF), il s’agit d’accompagner les acteurs de la filière forêt-bois dans leur prise de décision quotidienne afin qu’ils puissent avoir le maximum de clés en main pour agir.

AFORCE (Adaptation des FORêts au Changement climatiquE) est donc le seul RMT consacré au domaine forestier. Son thème majeur : l’adaptation des forêts au changement climatique à travers l’évolution des pratiques sylvicoles afin de préparer au mieux la forêt de demain.

Des épicéas scolytés : une des menaces qui frappe les forêts françaises en raison du changement climatique et nécessite l'union de tous les acteurs de la filière forêt-bois. - ©Fiona Farrell

Les partenaires du RMT AFORCE

16 partenaires travaillent ensemble dans ce réseau : Office national des forêts (ONF), AgroParisTech, European Forest Institute IFE, Institut Technologique FCBA, GIP ECOFOR, IEFC, INRAE, Météo-France, APCA, CA72, IGN, CNPF-IDF, SFCDC, lycée forestier de Meymac, EFF, UCFF, Lycée agricole et forestier de Mirecourt. Les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique sont également invités.

Avec le soutien du ministère de l’Agriculture et de France Bois Forêt, ses deux principaux financeurs, le réseau AFORCE agit pour accélérer le transfert des connaissances existantes sur le changement climatique. Ces connaissances peuvent servir aux praticiens de la forêt dans leur réflexion et, surtout, leur prise de décision.

L’objectif du réseau est de faire prendre conscience aux techniciens, gestionnaires et autres conseillers, l’importance de se projeter à moyen et long terme : les arbres plantés aujourd’hui doivent pouvoir résister et se développer sur la durée. Il est donc crucial d’envisager les éléments de contexte qui pourraient surgir dans 10, 20 ou 50 ans.

Nous fournissons des briques de connaissances, mais c’est à charge des gestionnaires et des personnes directement en contact avec les propriétaires d’assembler ces briques de manière à proposer un conseil technique personnalisé.

Olivier Picard, directeur Recherche, développement et relations européennes à l'IDF (Institut du développement forestier).

Quelles sont les actions d'AFORCE ?

Grâce aux outils et ressources qu’il met à disposition, le réseau tente par tous les moyens de répondre aux interrogations des forestiers. Par le biais de plusieurs guides et brochures, l’information récoltée auprès des instituts de recherche est retransmise aux techniciens et gestionnaires. Quelques exemples :

Un guide pour aider les acteurs de la gestion forestière à savoir comment agir et s’organiser entre eux lors d’une crise. Un nouveau guide est sorti le 15 décembre 2020, disponible à la librairie de l'IDF. 

Ce guide a été conçu pour que les expérimentations en forêt (implantation de nouvelles essences par exemple) puissent avoir des protocoles communs entre les différents organismes.

Ce guide fait la synthèse de toutes les connaissances sur la gestion de l’eau dans les milieux forestiers (phénomène du stress hydrique, quelles actions sylvicoles pour palier le problème du déficit hydrique, etc.)

Ce forestier de l'ONF s'assure de la qualité des plants pour une plantation. - ©Giada Connestari / Imagéo / ONF

Quels projets climatiques ?

Au-delà des synthèses de connaissances qu’il rédige, ce réseau est aussi porteur de projets concrets avec ses partenaires, qui reposent sur un travail de terrain important. En voici deux exemples :

Cet outil est composé de deux modules : d'une part, une documentation sur les espèces forestières (environ 150 espèces décrites) ; d'autre part, une modélisation de l’évolution des aires de répartition des espèces en fonction du climat et de son changement.

L’objectif de ce projet est de pouvoir répondre aux questions des forestiers en lien avec la région forestière de leur choix. Une fois la zone sélectionnée grâce à l’outil, l’utilisateur peut ensuite choisir le scénario climatique. ClimEssences utilise 3 critères principaux (tolérance au manque d’eau, besoin en chaleur et résistance au froid) pour indiquer les espèces les plus adaptées pour la zone choisie, selon le scénario. Il sera ouvert au public durant le second semestre 2021.

Cette fameuse incertitude climatique, irréductible, nous oblige à avoir de multiples modèles de descriptions du futur. Cela permet d’envisager le champ des possibles et d’envisager les solutions qu’il faudrait mettre en place. Il faut donc absolument élargir ce portefeuille de solutions, ne pas s’enfermer dans un modèle sylvicole unique. C’est pour cela que dans le plan de relance, le maître-mot, c’est la diversification. Diversification des espèces, des modèles économiques, des sylvicultures, des gens…

Olivier Picard, directeur Recherche développement et relations européennes à l’IDF.

Ce projet, en partenariat avec l’ONF, le FCBA, l’INRA, l’INRAE et l’IEFC, a pour objectif d’aboutir à des protocoles communs d’expérimentation de nouvelles espèces. Il met en commun les moyens provenant de différents organismes de R&D et de gestion. L’objectif : améliorer les connaissances sur le comportement de nouvelles essences et provenances, dans différents contextes climatiques. 

Autrement dit, il s’agit de se mettre d’accord sur la démarche pour documenter et expérimenter les espèces du futur. Dans un second temps, un travail sur le terrain viendra compléter ce premier volet, grâce à la mise en place de différents sites expérimentaux.  

L'eau et la forêt, un équilibre savant (une mare en forêt de Fontainebleau). - ©Manon Génin / ONF

Quels projets à venir ?

Avec déjà plusieurs projets à son actif, le réseau AFORCE poursuit sa progression. Parmi les axes d'amélioration : meilleure connexion à l'échelle régionale, création d'outils d'aide à la décision, formation et accompagnement des acteurs forestiers….

Pour continuer à accompagner les forestiers dans l’adaptation des forêts au changement climatique, le RMT prévoit plusieurs projets à venir, donc trois principaux :

  • une commande du ministère de l’Agriculture pour produire 10 fiches sur les 10 questions clés que se pose un forestier face au changement climatique  : un travail multidisciplinaire mobilisera environ 40 experts issus des différents organismes.
  • une expertise sur la question du renouvellement du peuplement et la biodiversité : quel impact des coupes rases sur la biodiversité ? quelles solutions ? Il s’agit ici d’obtenir un état des lieux des connaissances, de savoir quelles questions se posent les différentes parties prenantes forestières mais aussi la société et de fournir les premiers éléments de réponse.
  • une cartographie de tous les modèles et outils d’aide à la décision existants pour mettre plus d’ordre dans l’existant et repérer les manques.

Tous ces projets sont destinés à venir en aide aux forestiers, faire évoluer la sylviculture et s’adapter aux dépérissements des forêts françaises. Pour le réseau et ses partenaires, c’est un défi climatique que tous les forestiers doivent relever ensemble.

Travaux sur des plants forestiers en pépinière ONF - ©Nathalie Petrel / ONF

Et aussi :