Avec le projet RENEssences, l’ONF se mobilise pour l'adaptation des forêts

Le projet de recherche RENEssences consiste à créer des "jardins" forestiers expérimentaux, qui rassemblent des essences et provenances locales et nouvelles, pour étudier leur adaptation génétique au changement climatique. Explications avec les équipes de l'Office national des forêts (ONF).

Mené par les équipes du département Recherche, développement et innovation (RDI) de l'ONF depuis 2016, RENEssences est un projet scientifique ambitieux. Ce "Réseau national d'évaluation de nouvelles essences" veut constituer un réseau de "jardins" forestiers expérimentaux pour les principales essences menacées par l’évolution du climat (chêne, épicéa, sapin, hêtre...).

Ces jardins expérimentaux regrouperont, pour chaque essence concernée, des plants du cru local et d'autres provenances mais aussi d’autres espèces. Prenons l'exemple du chêne sessile du bassin ligérien. A ses côtés seront plantés des chênes sessiles de provenances plus méridionales. Dans ces jardins, il y aura aussi des espèces "sœurs" plus thermophiles. Par exemple, du chêne pubescent, très proche génétiquement du sessile. Et il y aura enfin, des essences nouvelles et plus résistantes au changement climatique. 

©ONF

RENEssences s’appuie aussi sur d’autres tests de l'ONF : les îlots d'avenir. Ces derniers permettent de tester les nouvelles essences et provenances en plantation plus classique, par parcelle d’un demi-hectare. Les îlots d'avenir sont plus nombreux (d'ici 2022, ils seront au moins une centaine), répartis sur tout le territoire et viendront compléter les données des sites expérimentaux. 

Quel est le but ultime du projet RENEssences ? Trouver les arbres du futur, soutenir la vitalité des forêts et faciliter l’adaptation génétique de l’essence en place avec des provenances déjà aguerries à la sécheresse via… la reproduction !

La forêt a certes un rôle d’atténuation à jouer dans le cadre du changement climatique mais elle doit aussi s’adapter à ce changement. Grâce à Esperense/RENEssences et aux autres projets de recherche engagés, nous essayons d’accompagner au mieux les gestionnaires forestiers dans leurs choix sylvicoles.

Yves Rousselle, Chargé de R&D en génétique.

"Avec les épisodes de sécheresse intense de ces dernières années, les forêts françaises sont touchées de plein fouet par le réchauffement climatique. Il nous faut trouver des solutions pour les accompagner dans leur adaptation", assure Brigitte Musch, responsable du Conservatoire génétique des arbres forestiers à l’ONF. RENEssences est l'une des solutions envisagées par l'Office national des forêts.

Pour chacune des grandes essences, les équipes de l'ONF vont tester et mélanger plus de 60 combinaisons essences/provenances dans 4 sites expérimentaux différents dans des régions du nord, du centre et du sud de la France. Les chercheurs étudieront alors la survie et la croissance des plants. 

Les partenaires du projet RENEssences

Le projet RENEssence est associé à un autre projet : ESPERENSE, financé sur 3 ans par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et porté par le RMT AFORCE (Réseau Mixte Technologique Adaptation des FORêts au Changement climatique), en partenariat avec l’IDF (Institut pour le Développement Forestier), l’INRAE (l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement) et FCBA (institut technologique Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement).

Aujourd'hui par exemple, 4 zones ont déjà été choisies pour le cas du chêne. Des jardins forestiers sont en cours de création en Bourgogne, en Poitou-Charentes, sur les coteaux de la Garonne et en Occitanie. Les premiers résultats seront disponibles dans cinq ans (2025). Au fil des ans, d'autres sites seront aussi choisis pour chaque grande essence.

La combinaison entre jardins expérimentaux et îlot d'avenir préfigurera les possibilités de migration assistée et d’introduction de nouvelles essences. Autrement dit, ce projet permettra aux forestiers de savoir quelles essences planter afin d'adapter les forêts au changement climatique.

Laboratoire du Conservatoire génétique des arbres forestiers où travaillent les équipes Recherche, développement et innovation de l'ONF. - ©ONF

Pour aller plus loin :