Les rémanents, ces branches laissées au sol après une coupe en forêt

Coupes d'amélioration, débardage, martelage, multifonctionnalité... Le langage des forestiers est souvent technique et difficile à comprendre. Pour vous aider, les équipes de l'Office national des forêts (ONF) vous proposent un abécédaire des forêts. Avec lui, ces espaces naturels n'auront plus de secrets pour vous. Un petit lexique à mettre entre toutes les mains !
©ONF

La définition des forestiers...

Les rémanents sont de morceaux de bois sans valeur économique, des branches et des brindilles laissés au sol en forêt, volontairement, après une coupe. Ce sont aussi parfois de gros morceaux de bois.

Pourquoi ? Ces branches, qui portent des feuilles, des aiguilles ou des bourgeons, se décomposent. Comment ? Grâce à des organismes saproxyliques se nourrissant de bois, et contribuant à la fertilité des sols. Ces branchages comptent beaucoup d'éléments minéraux essentiels à la croissance des arbres et au renouvellement de la forêt.

Ces rémanents peuvent laisser croire aux promeneurs que les forestiers n'ont pas nettoyé un chantier après leur départ, comme le montre cette vidéo… Pourtant, c'est fait exprès et très précieux ! 

©ONF

Rémanents : synonymes

Pour le grand public : petites branches laissées au sol après une coupe pour favoriser la fertilité des sols et la biodiversité.

Et en anglais ?

Rémanents peut se traduire en anglais par slash ou logging residues. 

Après l'exploitation, le branchage est laissé au sol. - ©Frédéric Glon /ONf

Les autres actions des forestiers pour protéger les sols

A l'ONF, la protection des sols est un enjeu majeur pour la croissance des arbres et la vitalité des forêts. Au-delà des rémanents laissés en forêt après un chantier d’exploitation, de nombreuses autres actions sont mises en place par l’ONF en ce sens :  circulation des engins seulement sur les cloisonnements d’exploitation afin de ne pas tasser le sol sur l’ensemble de la forêt, utilisations de machines adaptées aux sols fragiles lors des travaux forestiers, techniques alternatives d’exploitation lorsque les sols se révèlent trop sensibles (débardage par câble par exemple), accompagnement et formation technique des forestiers à la sensibilité des sols et aux bonnes pratiques, travaux de recherche... Un précieux travail pluridisciplinaire, mené ces dernières années avec la Fédération nationale des entrepreneurs des territoires (FNEDT), l'Institut technologique Forêt Cellulose Bois-Construction ameublement (FCBA) et le CNPF d’Île-de-France (IDF), soutenu par France Bois Forêt (FBF), a permis l’édition d’un guide de bonnes pratiques (PraticSols).

Et aussi :