L’ONF et INRAE lancent une appli pour aider à la préservation des sols en forêt

Afin de préserver au mieux les sols forestiers et leur richesse, les équipes de l'Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) et de l’Office national des forêts (ONF) mettent à disposition des forestiers une application mobile gratuite baptisée "For-Eval".

Les scientifiques de l'ONF et d'INRAE ont développé "For-Eval", une nouvelle application gratuite et professionnelle. Cette dernière aide les forestiers à caractériser les sols des forêts et à réaliser un diagnostic instantané, sans analyse de laboratoire, à partir d'informations renseignées depuis le terrain. "For-Eval veut apporter facilement les connaissances nécessaires pour prendre les bonnes décisions de gestion en matière de protection des sols", explique Noémie Pousse, chargée R&D pédologie au pôle Recherche, développement et innovation (RDI) d'Avignon et pilote du projet à l'ONF.

Grâce à ce nouvel outil, les forestiers peuvent renseigner dans l’application diverses informations essentielles : région forestière, la forme de l’humus, la texture, l’effervescence à l’acide (technique qui permet de détecter la présence de carbonate dans le sol) ou encore la profondeur du sol.

Une fois l’ensemble des paramètres saisis, l’appli donne le résultat du diagnostic de sensibilité (sol faiblement, moyennement ou fortement sensible). Ce qui permet d’adapter les chantiers et les travaux forestiers selon les recommandations en vigueur. 

©ONF/Inrae

Cette appli a pour origine le projet scientifique INSENSÉ (INdicateurs de SENsibilité des Écosystèmes forestiers soumis à une récolte accrue de biomasse), financé par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) et coordonné par INRAE et l’ONF. "Dans ce projet, les calculs étaient compliqués à réaliser sur le terrain et l’accès aux données difficile. Le meilleur moyen de simplifier le diagnostic était de créer une application mobile", affirme Noémie Pousse.

Les sols forestiers, le capital de la forêt

For-Eval s’inscrit dans le cadre de la stratégie de préservation de la biodiversité à l’ONF et vise à éviter les dommages potentiels sur les sols lors des chantiers forestiers. Si ces sols sont si importants, c’est qu’ils fournissent des minéraux essentiels aux arbres et aux différentes plantes. Ils permettent la circulation d’air et d’eau, indispensables pour la croissance des racines. Réservoir naturel de carbone, ils demeurent un atout majeur face au changement climatique. En effet, avec la forêt, ils permettent d'absorber près de 87 millions de CO2, soit 19% des émissions annuelles de gaz à effet de serre en France métropolitaine.

Un sol abîmé s'appauvrit, condamnant l'arbre qui dépend de lui pour sa survie. "La préservation des sols implique un aménagement et une amélioration des travaux forestiers en tenant compte des zones humides et des types de sol", rappelle Didier Pischedda, Expert national en exploitation forestière et logistique à l'ONF.

Une initiative qui, selon le forestier, se doublent d’efforts menés par les constructeurs pour diminuer la pression des machines forestières sur les sols. "Ces dernières se sont beaucoup adaptées à la sensibilité des sols. Les constructeurs augmentent le nombre des roues ou encore la largeur des pneus et peuvent utiliser des semi chenilles (tracks)", précise Didier Pischedda. D’autres méthodes de transport du bois sont aussi mises en place par l'ONF, comme le débardage par câble aérien ou plus exceptionnellement, la traction animale. Enfin, dans le cadre d'une gestion durable et respectueuse de l'environnement, l'ONF soutient et finance aussi des travaux de recherche pour améliorer les pratiques de gestion forestières.

©ONF/Giada Connestari

Et aussi :