Forêt du Somail : une balade fraîche à l’extrémité sud du massif central

Qui dit sud de la France, dit paysages maritimes, mais aussi ambiances montagnardes ! Au massif de l’Espinouse, plus haute altitude du département de l’Hérault, se trouve la belle forêt domaniale du Somail, idéale pour se dépenser ou se ressourcer. Venez, on vous amène là-haut, sur la montagne...

Elle culmine à seulement 1 000 mètres d’altitude, mais elle a tout d’un paysage de haute montagne. La forêt domaniale du Somail dans l'Hérault, est un petit coin de quiétude de 5 200 hectares situé à 1h30 de Bézier, Narbonne, et 2 heures de Toulouse et Montpellier.

L’été, elle attire de nombreux citadins en quête de fraîcheur et d’activités en pleine nature. Ils trouvent leur bonheur sur les bords des lacs du Somail, de son ruisseau, ou à l’ombre de ses majestueux douglas, qui peuvent atteindre 40 mètres de haut dans certaines parcelles.

Paysages de la forêt du Somail - ©Giada Connestari / Imagéo / ONF

En plus de son offre touristique, ce massif domanial est un haut lieu de biodiversité. Hêtres, épicéas, sapins, pins laricio, chênes… Les peuplements de la forêt du Somail sont variés et cette mosaïque de milieux constitue autant d’habitats pour la faune et la flore.

Un peu d’histoire…

Sur le massif du Somail, les peuplements forestiers sont récents. En effet, ils sont issus des boisements de restauration des terrains en montagne (RTM) et des campagnes de reboisement menées par l'État entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Aujourd’hui, la couverture boisée de cette forêt est suffisante pour assurer son rôle de protection contre les risques naturels : maintien des sols, endiguement des ruissellements et régulation des cours d’eau.

Elle me plaît, ma forêt. Elle est pour moi un magnifique cadre de travail. Il y a de la diversité, des lacs, un ruisseau. Nous sommes sur les premières montagnes par rapport à la mer, donc le climat est un peu humide et souvent brumeux. Mais pour avoir une belle forêt, il faut de l’eau. C’est grâce à ce facteur que des essences comme le hêtre peuvent pousser ici.

Michel Bénit, technicien forestier territorial ONF en forêt du Somail

Des points de vue à couper le souffle

La richesse de cet espace naturel se prête à tout type d’activités. Le temps d’un pique-nique, d’une excursion champignons, d’une session VTT, d’une sortie pédestre ou équestre… Il y a mille bonnes raisons de visiter la forêt domaniale du Somail. Deux sites d’accueil principaux sont aménagés pour vous recevoir :

Le lac du Bourdelet

Initialement conçu pour être une retenue d’eau en cas d’incendie, ce site est aujourd’hui un atout d'accueil, paysager et environnemental. Parking, tables et bancs y sont installés pour profiter de la sérénité et de la beauté du lieu.

Le lac de Vezoles

Avec ses 50 hectares, ce lac de barrage est le quatrième plus grand lac du département. Au début du sentier du tour du lac, prenez quelques minutes pour admirer un magnifique point de vue sur la forêt.

Pour partir à la découverte du massif, des sentiers en tout genre vous attendent, pour tous les goûts et tous les niveaux :

  • Le Réseau vert® :  le conseil départemental de l’Hérault a créé un chemin balisé long de 530 kilomètres. L’une des 23 étapes de cet itinéraire traverse la forêt domaniale du Somail. Comptez 6 à 8 jours pour parcourir à VTT l’itinéraire nord (tronçon 1 à 15) dont le départ se fait à La Salvetat-sur-Agoût.
  • Les sentiers de grande randonnée GR© : les plus sportifs peuvent sillonner l’intégralité du massif grâce au GR©7 et au GR©77. Ces deux itinéraires se croisent au niveau du lac de Vezoles. Le premier relie Boussagues (Hérault) à Mazamet (Tarn), et le second va du Saut de Vezoles (Hérault) au Signal de l’Alaric (Aude).
  • Le chemin des légendes : aussi appelé “sentier des mille marches”, ce circuit est ponctué d’explications sur les légendes du Saut de Vezoles. Mais vous l’aurez compris, ça grimpe !

Michel Benit nous parle du lac du Bourdelet

©Giada Connestari / Imagéo / ONF

Une forêt riche de sa ressource en eau

A Somail, le monde du vivant est grand ! C’est en partie grâce à la diversité de ses milieux que cette forêt est le sanctuaire de la faune et de la flore. Aux espaces forestiers et aux milieux secs (landes et roches) du Somail, s’ajoute une multiplicité de zones humides. Traversé par le ruisseau de l’Arn, ce massif est l’habitat de nombreuses espèces aquatiques, comme la Truite fario, le Vairon ou encore le Goujon.

Mais il y a un détail qui rend ce cours d’eau plus unique encore : la présence de la Moule perlière d’eau douce. En effet, l’Arn est la seule rivière en France connue pour la reproduction de cette espèce rare, qui peut vivre plus de 100 ans. Un réel indicateur de la pureté de l’eau ! Pour se reproduire, cette moule a besoin de la truite, qui est son hôte pour transporter ses larves. La protection de cet écosystème si précieux est assurée par le classement Natura 2000 de toutes les berges de l’Arn.

Autres zones humides à grande valeur écologique : les tourbières du Bourdelet, de Grandsagnes et d’Oustal Naout. Classées en réserves biologiques domaniales, ces milieux fragiles sont entretenus grâce au pastoralisme. On y trouve de nombreuses plantes, même des carnivores !

Les missions de l’ONF

●     Valorisation de la ressource en bois : l’essence la plus récoltée en forêt du Somail est le douglas pour son bois d'œuvre de qualité. Viennent ensuite le cèdre, l’épicéa et le pin maritime.

●     Protection de la richesse écologique des forêts.

●     Accueil et orientation des visiteurs, entretien des sites d’accueil.

●     Renforcement du rôle de protection des forêts contre les risques naturels.

●     Interventions ponctuelles sur les arbres les plus âgés, suivi et gestion des boisements jeunes.

●     Plantations en complément de la régénération naturelle : lors de la campagne de plantations de l’automne 2020, 70.000 plants ont été répartis sur la forêt du Somail et 3 autres massifs domaniaux alentours.

Planter la forêt de demain

Michel Benit nous emmène sur l'ancienne pépinière où les forestiers ONF cultivaient les plants pour les futurs peuplements forestiers. Aujourd'hui c'est un point logistique où les ouvriers disposent des outils et des plants utiles à la sylviculture.

Parmi les jeunes plants, on trouve des variétés de conifères comme l'Epicéa, le Douglas, du pin, du Cèdre et quelques feuillus (Chêne rouge d'Amérique, Tulipier de Virginie). Ces essences ont été choisies pour leur capacité d'adaptation au effets du changement climatique, en particulier la sécheresse. Les nouvelles plantations seront plus diversifiées afin d'augmenter la capacité de résilience de la forêt.

Des travaux de plantation sont menés par les ouvriers forestiers dans une parcelle d'Epicéas touchés par les scolytes, ces petites insectes ravageurs dont les larves se logent sous les écorces et entraînent la mort des résineux. La parcelle a dû faire l'objet d'une coupe, le sol préparé pour accueillir de nouveaux plants, qui sont protégés par des grillages de la dents des grands herbivores.

Ailleurs, une parcelle de Douglas est exploitée ; la régénération naturelle des arbres est déjà bien engagée, les résineux arrivés à maturité peuvent être coupés. La qualité de leur bois est appréciée.

Informations pratiques

Public : familial et sportif

Accès : la forêt est accessible en voiture. Les principaux parkings sont ceux du lac du Bourdelet et du lac de Vezoles.

Services : restaurants et hôtels sont accessibles dans les villages alentours. La forêt est située sur 10 communes (Anglès, Courniou, Fraisse-sur-Agoût, Lamontélarié, Nages, Prémian, Riols, Saint-Pons-de-Thomières, Salvetat-sur-Agout, Soulié).

La forêt en détails

PICTOS web
Superficie 5 205 hectares
Plan de travail 132
Essences principales 63% résineux, 37% feuillus
Altitude de 400 à 1 117 mètres
Climat Influences atlantique et méditerranéenne

Et aussi :