Renaturalisation de la Réserve naturelle régionale des Mardelles de Prémery

Au sein de la Réserve naturelle régionale de Prémery dans la Nièvre, une parcelle d'un peu plus de 28 hectares, plantée en 1988, est intégralement composée de chêne rouge d’Amérique. Une espèce exotique envahissante. L'enjeu est d'extraire ces chênes avant qu’ils ne menacent les peuplements autochtones. En effet, leur développement, s'il n'est pas maîtrisé risque de dégrader significativement les habitats d'espèces protégées du site notamment en limitant le caractère humide de certains secteurs.

Le projet de renaturalisation

Le projet consiste à renaturaliser les peuplements forestiers pour améliorer les habitats en limitant l’expansion puis en éliminant durablement le chêne rouge d’Amérique, espèce exotique envahissante (EEE). Il doit se dérouler en deux temps :

  • Préservation des zones humides au moment de l’exploitation du peuplement en recourant, dans et à proximité des zones humides, au débardage à cheval pour ne pas impacter la qualité de ces milieux, notamment des mardelles qui sont de petites mares forestières (automne 2021).
  • Expérimentation de techniques de coupe régulière des rejets pour épuiser les souches et garantir la disparition totale de l’essence, au profit d’essences autochtones (2022-2023).

L'ONF va assurer le suivi de ce projet en partenariat avec l'Agence de l'Eau Loire Bretagne. La Région Bourgogne-Franche-Comté et la Commune de Prémery sont également partenaires.

©Yann Mozziconacci / ONF

Le chêne rouge d'Amérique, une EEE

Originaire d'Amérique du Nord, le chêne rouge a été introduit en Europe dès 1724. Il était notamment très apprécié pour  ses qualités ornementales, en particulier son feuillage automnal. Il a été très souvent utilisé pour le reboisement car il grandit plus vite que les chênes européens.

Toutefois, ce choix d'essence est de plus en plus déconseillé en Europe, car le chêne rouge peut se montrer envahissant et se substituer aux chênes autochtones.

 

Feuillage automnal d'un chêne rouge d'Amérique - ©Alain Blumet / ONF

Des enjeux importants en terme de biodiversité

La réserve naturelle régionale des Mardelles de Prémery revêt une importance particulière pour la conservation d’habitats de milieux humides, rares en Bourgogne, notamment en plaine. Elle possède également une responsabilité régionale, voire nationale, pour la conservation de certaines espèces qui vivent dans ces habitats, en particulier :

  • la Leuccorrhine à gros thorax, protégée au niveau national et européen, rare en France et considérée comme "en danger" en Bourgogne. Elle figure d'ailleurs dans le Plan National d'Actions en faveur des espèces menacées (PNA 2020-2030).
  • les Chiroptères (Murin de Daubenton, Barbastelle d'Europe et Noctule de Leisler).
  • le Triton marbré, protégé au niveau national, extrêmement rare en Bourgogne et considéré comme « en danger » sur la liste rouge.
  • la Cigogne noire, elle aussi très rare au niveau régional et national, protégée au niveau national et européen, et considérée comme "en danger" sur la liste rouge des oiseaux nicheurs de France.

Une biodiversité exceptionnelle en images

Les chiffres-clés de la Réserve naturelle régionale

Les partenaires du projet

Pour en savoir plus