Zone humide : étude de réhabilitation écologique

La ville de Strasbourg a demandé le classement du massif forestier de la Robertsau en réserve naturelle. Dans ce contexte, elle a fait appel aux experts de l’ONF afin de transformer un ancien terrain agricole en zone humide, avec deux objectifs : la réhabilitation écologique et la valorisation pédagogique du site.

Zone humide : défi écologique et opportunité pédagogique

La ville de Strasbourg a souhaité créer une zone humide sur un ancien terrain agricole de 2,8 hectares. Son ambition : préserver la biodiversité et la qualité de l’eau, tout en offrant un cadre propice à l’observation de la nature.

La mission confiée à l’ONF était donc double : écologique et pédagogique. De nombreuses contraintes réglementaires, environnementales, budgétaires et foncières ont été prises en compte lors des phases d’études.

Un projet d’une telle ampleur s’inscrit dans un cadre réglementaire complexe. C’est d’autant plus vrai que le site est classé Natura 2000 par l’Union européenne. Par ailleurs, les travaux étant soumis à déclaration - conformément à la Loi sur l’eau -, un dossier a été déposé aux services de l’État concernés.

Le réseau européen Natura 2000

Natura 2000 est un ensemble de sites naturels, ou semi-naturels, situés dans l’Union européenne. Leur valeur patrimoniale est considérée comme exceptionnelle par la faune et la flore qu’ils contiennent. Ces sites sont désignés en application de plusieurs directives européennes et leur gestion est inscrite dans le code de l’environnement français. Ces sites sont de première importance, à tous les niveaux, car leur gestion doit concilier préoccupations environnementales et enjeux socio-économiques, dans le but de développer durablement un territoire.

L’intervention de l’ONF

L’ONF a défini sa méthodologie en quatre temps :

Recherche de partenaires
Préalablement à ces deux études, l’ONF a réalisé une recherche de partenaires financiers. Une convention a été signée avec IKEA, partenaire régulier de l’ONF. L’Agence de l’Eau Rhin-Meuse, la DREAL, Natura 2000 ainsi que l’Europe ont également apporté leur soutien à ce projet.
Rédaction des dossiers réglementaires
Afin de répondre aux exigences réglementaires du projet, deux dossiers ont été déposés par l’ONF : un dossier de déclaration au titre de la Loi sur l’eau (impact direct sur le milieu aquatique) ainsi qu’une évaluation des incidences au titre de Natura 2000.
Étude de réhabilitation écologique
Après l’analyse des données topographiques, piézométriques (profondeur de la surface des nappes phréatiques) et floristiques du site, la mise en place d’une mare d’une superficie de 1700 m3 a été jugée pertinente par les équipes de l’ONF. Afin de favoriser la dynamisation d’un écotone, une zone mouilleuse périphérique de 120 m2 a été végétalisée par des plantes hygrophiles autochtones.
Étude de valorisation pédagogique
Le volet pédagogique de cette étude s’est traduit par la mise en place d’un observatoire permettant de découvrir la faune sans la perturber. Des panneaux d’information ont aussi été installés, afin de sensibiliser le public à l’écologie des espèces et des habitats présents ainsi que sur leur besoin de protection.

Le mécénat environnemental selon l’ONF

Gestionnaire des forêts publiques françaises, l’ONF est un acteur majeur du développement durable. Depuis plus de 30 ans, l’Office est engagé dans une démarche de partenariat avec des entreprises responsables. Ainsi IKEA, n°1 de l’ameublement en France, a été l’une des premières entreprises à conclure un partenariat avec l’ONF, dans le but d’œuvrer pour une gestion responsable des forêts.