Promener mon chien sans laisse en forêt : je peux ou je ne peux pas ?

À l’occasion d’une promenade en forêt, détacher nos animaux de compagnie peut s’avérer tentant. Mais ce petit geste en apparence anodin peut avoir un impact non négligeable sur la faune sauvage.

Vous êtes en forêt, accompagné de votre animal de compagnie préféré - le chien bien sûr - et naturellement, vous voulez lui enlever sa laisse pour qu'il puisse gambader partout ? Attention danger ! Pas pour lui, ni pour vous, mais pour les animaux de la forêt, oui. Ce réflexe peut en effet avoir des conséquences très lourdes, parfois même irréversibles, sur les mammifères et les oiseaux qui vivent dans les bois.

En effet, la forêt accueille une faune sauvage très variée, parmi laquelle de nombreuses espèces classées sur la liste rouge des espèces protégées en France. Respecter leur tranquillité, c'est assurer leur survie, leur reproduction et l'équilibre des écosystèmes forestiers.

Quelles sont les règles à suivre ?

Tout au long de l'année, les chiens doivent impérativement rester sous la surveillance de leur maître et ne pas s'éloigner à plus de 100 mètres. Au printemps, la règlementation se durcit : du 15 avril au 30 juin de chaque année, un arrêté ministériel (à jour au 16 avril 2021) impose aux propriétaires canins de tenir leurs animaux en laisse en dehors des allées forestières. En cas de non-respect, le contrevenant encourt une amende pouvant aller jusqu'à 750 euros.

L'allée forestière se comprend au sens large comme les routes, chemins ou sentiers forestiers, notamment les GR, mais aussi tous les chemins de promenade. En revanche, les cloisonnements forestiers, les pare-feu et les limites de parcelles ne sont pas considérés comme des chemins.

©ONF

Pourquoi de telles dispositions ? C'est à cette période précise que débute la mise à bas des mammifères et la nidification des oiseaux. Dotés d'un flair extrêmement affuté, les chiens pourraient facilement repérer les nouveaux nés en forêt et les oiseaux qui nichent au sol dans les espaces ouverts (landes et friches). Par leur simple présence, ils pourraient déranger et stresser les animaux forestiers particulièrement sensibles pendant cette période et ainsi, mettre en péril leurs reproductions. Autre risque possible : stress de la femelle et modification de son comportement, abandon du site de reproduction (nid par exemple ou faon si le dérangement est trop fort, la biche pouvant abandonner le jeune).

Cette mesure vise à prévenir la destruction des oiseaux et d'autres espèces d'animaux et à favoriser leur repeuplement. Par ailleurs, les maires peuvent interdire les chiens sans laisse sur leur commune et des interdictions spécifiques existent dans les espaces protégés comme les réserves naturelles. Il est alors recommandé de se renseigner pour ne pas risquer une amende et de déranger la faune.

Observer sans déranger

©Jean-Caude Lincker / ONF

Préserver la faune des forêts est l'affaire de tous. Lorsque certaines espèces nous font l'honneur d'apparaître sous nos yeux, contentons-nous de les observer dans leur habitat naturel. S'en approcher ou les nourrir risqueraient de modifier leur comportement et d'impacter leur instinct sauvage. En les touchant, c'est leur mère qui risquerait de les abandonner, perturbée par l'odeur humaine.

Et aussi :

©ONF