Bilan patrimonial des forêts domaniales 2011

Le bilan patrimonial a pour objectif de rendre compte périodiquement de l’état des forêts domaniales métropolitaines et de leur gestion multifonctionnelle et durable. 42 indicateurs dressent un panorama de l’état des forêts domaniales de l'Hexagone et de leur gestion.

La liste des indicateurs du bilan patrimonial a été fixée sous l’égide du Comité scientifique de l’ONF (les ministères de tutelles y étant associés) et après une large concertation.

Les indicateurs sont volontairement, et nécessairement, proches des "Indicateurs de gestion durable des forêts françaises" publiés tous les 5 ans depuis 1995 par le ministère chargé des forêts, tout en conservant une spécificité propre aux forêts domaniales.

Comme eux, ils font référence aux 6 critères de gestion durable d’Helsinki. En revanche, ils sont présentés selon 4 enjeux, répondant à plusieurs objectifs :

  • économie et production (critères 1 et 3 d’Helsinki), avec comme objectifs de connaître le potentiel de production, la ressource en bois, son renouvellement, son exploitabilité et de suivre le prélèvement
  • biodiversité et milieux remarquables (critère 4 d’Helsinki) avec comme objectifs d’évaluer la biodiversité ordinaireet la biodiversité à haute valeur patrimoniale et de connaître l’effort de protection des milieux remarquables
  • enjeux sociaux et d’accueil du public (critères 5 et 6 d’Helsinki), a omme objectifs de mesurer les enjeux sociaux, le dispositif d’accueil du public, les dynamiques territoriales de concertation et la protection de la ressource en eau potable
  • risques et santé des forêts (critères 2 et 5 d’Helsinki) avec comme objectifs de dresser un état des lieux des problèmes sanitaires, des incendies et des dégâts de gibier, et d’observer le rôle de protection des forêts, notamment en montagne.

En suivant l’état du patrimoine, le bilan patrimonial constitue un outil privilégié au service de la gestion. Il a pour objectif d’apprécier l’évolution du patrimoine géré, dans toutes ses composantes, au regard de la gestion pratiquée et au regard des critères d’Helsinki. L’éclairage ainsi apporté sur le patrimoine et sur les résultats de la gestion doit alimenter en retour la réflexion sur les orientations à prendre.

Document de suivi, le bilan participe à nouer le dialogue entre la planification de la gestion et sa réalisation. Celui-ci doit permettre de constater que les actions mises en œuvre par l’ONF (niveau des récoltes, travaux sylvicoles, prise en compte de la biodiversité et des paysages...) contribuent à l’amélioration de la qualité du patrimoine géré.

Il constitue donc à la fois une source de connaissance des forêts domaniales, un outil de pilotage pour la gestion de ces espaces naturels et une base de concertation avec l’État propriétaire et les partenaires.

L'édition de 2011 s'inscrit dans la continuité du premier bilan élaboré en 2006.

  • Éditeur : Office national des forêts
  • Année de parution : 2012
  • Nombre de pages : 184
  • Numéro ISBN : 978-2-84207-354-1

En application du Code forestier et des politiques environnementales nationales et européennes, l’ONF met en œuvre au quotidien une gestion forestière multifonctionnelle et durable. Celle-ci vise la production et le renouvellement des ressources en bois, des autres produits et services fournis par les forêts, et la transmission aux générations futures de ces ressources.

L’ONF se doit de rendre compte, à l’Etat et à la Société, de l’atteinte des objectifs de gestion durable qui lui ont été fixés. C’est pour répondre à ce devoir d’information que le principe d’un bilan périodique de l’état des forêts domaniales a été initié par le contrat entre l’Etat et l’ONF pour la période 2002-2006 et reconduit pour le contrat 2007-2011. Ce bilan en est donc à sa deuxième édition, celle-ci s’inscrivant dans la continuité de la première, en prenant toutefois en compte les évolutions dans la disponibilité des données.