Forêt domaniale du Rialsesse : voyage dans l’une des plus majestueuses cédraies de France

Promeneur en quête de hauteur, la forêt domaniale du Rialsesse est faite pour vous. Sa végétation variée, ses cèdres remarquables et son dénivelé de plus de 500 mètres sont un appel à l’exploration. L’Office national des forêts (ONF) vous amène à la découverte de ce beau massif situé au cœur de l’Occitanie.

Avec ses terres teintées de rouge et sa végétation méditerranéenne mêlée à ses futaies de montagne, la forêt domaniale du Rialsesse a de quoi vous épater. A 1 heure 30 au sud-est de Carcassonne (Aude), ce massif de 2 116 hectares est situé au cœur des Corbières occidentales, région naturelle classée Natura 2000 marquant la transition entre le Massif central et les Pyrénées.

Caractérisé par un paysage de moyenne montagne, Rialsesse s’étend sur le massif des Berques et celui de Rennes-les-Bains, deux sommets séparés par les gorges du Bézis. Avec une altitude allant de 280 à 820 mètres, son relief est complexe et implique des pentes importantes, jusqu’à 80% ! A la croisée des climats atlantiques et méditerranéens, la forêt du Rialsesse se caractérise par deux étages de végétation bien distincts. Le chêne pubescent implanté dans les basses altitudes laisse ainsi sa place au sapin, entre autres, à partir de 550 mètres.

Théodore Rousseau, le visage du reboisement de Rialsesse

Après des déboisements intensifs aux XVIIIe et XIXe siècles ayant entraîné l’érosion des sols et l’augmentation des crues, l’État a entrepris de reboiser les vallées du Rialsesse et du ruisseau du Bézis. Dans ces plantations, les résineux sont à l’honneur, en particulier le pin noir d’Autriche, qui domine par son nombre aux côtés du pin laricio, du cèdre de l’Atlas et du pin sylvestre. Aux commandes de ces opérations de grande ampleur, un homme : Théodore Rousseau. Ingénieur des Eaux et Forêts, il est à l’origine des travaux de reboisement de la forêt domaniale du Rialsesse suite au décret de Restauration des terrains en montagne (RTM) de1863.

Des panoramas qui se méritent

Les reliefs de la forêt du Rialsesse sont rudes. Mieux vaut être un randonneur expérimenté pour s’y aventurer. Mais ses points de vue, sa riche biodiversité et ses curiosités géologiques ne vous décevront pas. Deux itinéraires principaux vous permettront de parcourir ce massif :

  • le sentier des Berques : au départ d’Arques, ce chemin vous fera passer par l’ancienne pépinière de l'Office national des forêts (ONF) reconvertie en arboretum. Venez contempler les vieux arbres qui s’y trouvent, avant de reprendre votre route. Le sentier traverse ensuite une sapinière pour arriver à un magnifique point de vue qui surplombe la ville d’Arques. Avis aux plus sportifs, ça grimpe !
  • Le sentier des Terres rouges : cette boucle de 12 km part du village de Serres et traverse les fameuses terres rouges. Formées par des marnes rouges, ces terres donnent l’impression d’une succession de petits canyons. Sur cet itinéraire, il est possible de faire une petite bifurcation pour aller découvrir le lac de Barrenc.

Au cours de votre excursion, vous pourrez faire une halte à la maison forestière de Monthaut, le temps d’un déjeuner, voire d’une nuit. Située dans un cadre pittoresque, adossée au massif de Monthaut (côté sud), cette vieille bâtisse n’est plus habitée, mais l’ONF y laisse l’accès aux promeneurs.

Comme beaucoup de forêts en France, Rialsesse est sujette à des dépérissements. La sécheresse fait mourir quelques hêtres, mais aussi des sapins pectinés en basse altitude. La pyrale du buis a également fait beaucoup de dégâts et impacte le paysage.

Le lac du Barrenc, coin préféré du forestier

En contrebas de la parcelle 85, le lac de Barrenc forme une petite dépression parmi les grands hêtres de cet îlot de vieillissement. Olivier Rouzoul, technicien forestier territorial en forêt domaniale du Rialsesse, apprécie particulièrement ce lieu.

"Cette réserve d’eau formée naturellement est un coin de quiétude pour les randonneurs, mais aussi une aubaine pour la faune locale. Au bord du lac, une formation rocheuse de grès fait tout le charme de l’endroit. On trouve même un beau Cèdre du Japon en face de la zone humide. Si vous passez par là, prenez quelques minutes pour vous ressourcer" explique Olivier Rouzoul.

©Fiona Farrell / ONF

52 essences d’arbres recensées

Une balade en forêt du Rialsesse sera l’occasion de réviser vos essences forestières ! Elle en compte pas moins de 52 (34 feuillus et 18 résineux) ! Cèdre de l’Atlas, pins noirs, hêtres, chêne pubescent, sapins, douglas, chêne vert, châtaignier… la liste est longue. Le massif abrite même des arbres remarquables par leurs dimensions ou leur provenance.

Sur votre route, ouvrez grand les yeux et levez la tête : beaucoup d’arbres dépassent les 50 mètres de haut. C’est le cas de plusieurs cèdres situés dans les îlots de vieillissement, dont certains font plus d’un mètre de diamètre. Dans l’ancien arboretum du Planal, plusieurs spécimens se distinguent par leur âge et leur exotisme, à l’image de quelques Séquoias ou d’un Ginkgo.

Une si grande diversité forestière va de pair avec une faune sauvage variée. En forêt domaniale du Rialsesse, l’avifaune est très développée. La présence de l’Aigle royal, du Vautour fauve, de la Bondée apivore, de l’Autour des palombes, du Hibou petit-duc ou encore du Pic noir a notamment été remarquée.

Le rôle du forestier évolue avec la question du changement climatique. Il doit aujourd’hui recréer des peuplements en essayant de les adapter au plus près des conditions qui s’annoncent. Mettre les bonnes essences au bon endroit, en espérant qu’elles puissent perdurer : c'est le souci actuel.

Olivier Rouzoul, technicien forestier territorial en forêt domaniale du Rialsesse

Les missions de l'ONF

Plan de travail 132
Valoriser la ressource en bois
Plan de travail 123
Protéger la biodiversité
PICTOS web
Accueillir les visiteurs

Des cèdres qui font la réputation du massif

Bien implanté dans le sud de la France et a priori adapté au climat méditérannéen, le cèdre de l’Atlas a été identifié comme essence résistante au changement climatique. Les cédraies de la forêt du Rialsesse sont reconnues et classées pour la qualité de leurs bois et de leurs graines. Pour cette raison, une récolte de graines de cèdre y a été organisée en septembre 2020.

Une équipe de cordistes a été mobilisée pour aller récolter des cônes au sommet de ces grands arbres. Ils ont ensuite été envoyés à la Sécherie ONF de la Joux, dans le Jura, afin d’être séchés puis décortiqués pour en extraire les graines. Ces dernières grandiront en pépinière, avant d’être plantées dans de nouvelles forêts, où elles renforceront le panel d’essences.

La forêt en détails

Informations pratiques

Public : randonneurs et VTTistes principalement.

Accès : communes d’Albière, Arques, Bouisse, Fourtou, Peyrolles, Rennes-les-Bains, Serres, Sougraigne.

Et aussi :