Formation des saisonniers à la défense des forêts contre les incendies

En raison de la présence du Covid-19, l’ONF a dû adapter la formation des saisonniers embauchés dans les Alpes-Maritimes et le Var pour effectuer les patrouilles de défense des forêts contre les incendie (DFCI).

Les départements du Var et des Alpes-Maritimes sont particulièrement sensibles aux risques incendie. Chaque été, l’ONF fait appel à des renforts pour réaliser les patrouilles de surveillance et d’intervention aux côtés des forestiers et des ouvriers de l’ONF spécialisés dans la Défense des forêts contre les incendies (DFCI). Ces saisonniers, étudiants pour la plupart, bénéficient d’une formation en début de saison, répartie sur trois jours pour les débutants et deux jours pour les plus expérimentés. L’objectif est d’appréhender l’ensemble des missions d’une patrouille : surveillance, dissuasion et alerte, information du public, application de la réglementation et intervention sur les départs de feu pour éviter qu’ils ne se propagent.

Cette année, la formation s’est déroulée à la base DFCI du Muy dans le Var qui offre de multiples possibilités de simulations de départs d’incendies.

Une formation en toute sécurité

Maïlène Khelili et Amelya Hafiane prètes à partir - ©Bruno Teissier-du-Cros / ONF

Dans le contexte de risque sanitaire actuel lié à l’épidémie de Coronavirus, chaque étape de la mission a été repensée afin d’assurer un maximum de sécurité. Outre l’obligation de porter un masque FFP2 en permanence dans le véhicule, les tâches sont strictement séparées entre les deux patrouilleurs :

  • le conducteur est assigné à la conduite, à l’intervention sur le véhicule porteur d’eau et à la mise en œuvre du groupe motopompe en cas d’intervention sur feu naissant.
  • l’équipier, quant à lui, manipule la tablette-GPS, la radio, tire la lance et opère sur le feu.

Un contrôle de température corporelle est effectué pour tous les stagiaires et personnels impliqués dans la formation, au départ de chaque journée de patrouille. Après chaque passage de personnels, les matériels utilisés en commun (véhicule, motopompe, radio, tablette, …) sont désinfectés.

J’ai déjà patrouillé l’année dernière et cela m’a plu. Ce que j’aime surtout, c’est d’être au contact du public, d’avoir un message à transmettre pour la protection de la nature. Bien sûr, ce n’est pas facile de rester 8 heures dans une voiture, surtout cette année avec le masque ! Mais c'est une mission intéressante, qui nous donne beaucoup d'autonomie et de responsabilité. Je me sens utile !

Maïlène Khelili, Saisonnière

Coup de chapeau aux encadrants

Mobilisés pour cette formation, les ouvriers de l’ONF spécialisés dans la DFCI ont mis leurs compétences au service des stagiaires avec efficacité et dévouement. Chaque groupe était piloté par un ouvrier référent chargé de répondre aux questions et de veiller au respect des gestes barrières. Un tandem efficace et une expérience réussie qui sera reconduite l'an prochain !

Et aussi