“The Lost City of Z” : sous la jungle, les vestiges d’une cité perdue…

Ce film d’aventure de James Gray avec Charlie Hunnam, Sienna Miller et Tom Holland est sorti en salle en 2017. Découvrez-le via ce résumé de Cécile Dardignac, archéologue à l’Office national des forêts. Attention au spoiler !
©DR.

Dans son film de 2016, James Gray relate l’histoire de Percy Fawcett, militaire britannique qui a exploré et cartographié la jungle amazonienne entre la Bolivie et le Brésil au début du XXe siècle. Entre 1906 et 1911, son expédition pour le compte de la Royal Geographical Society lui a permis d’entendre parler du mythe d’une riche civilisation disparue. Il a pu découvrir des restes de poteries et des gravures de pierre au fond de la jungle, attestant qu’ils n'étaient pas les premiers humains à venir en ce lieu, mais que des Amérindiens auraient été installés là auparavant.

Cette cité aurait été ensevelie par la jungle amazonienne. Or les archéologues le savent bien, la forêt est un milieu qui préserve particulièrement bien les vestiges de l’érosion naturelle des sols ou des remaniements anthropiques et pas uniquement en milieu tropical. Retrouver des vestiges des civilisations passées, sous forme de reliefs au niveau du sol ou d’artefacts comme de la céramique est courant, même en France métropolitaine.

Si le film reste une fiction, il suit relativement bien la biographie de cet aventurier obsédé par la quête d’une cité perdue, qui deviendra un mythe et inspirera plusieurs auteurs, notamment Conan Doyle pour son roman "Le monde perdu" ou Hergé dans son aventure de Tintin "L’oreille cassée".

Cécile Dardignac, archéologue à l’Office national des forêts (ONF).

De retour en Angleterre, une nouvelle expédition infructueuse sera montée en 1912, puis une dernière en 1925 avec son fils Jack, toujours pour retrouver et explorer cette cité qu’il nommera "Z", dernière pièce du puzzle de l’humanité. Ils disparaitront au cours de cette expédition sans laisser de traces.

Après sa disparition, plusieurs expéditions seront menées jusqu’en 1947 pour découvrir ce qu’il a pu lui advenir. Une partie de son cheminement a pu être retracé et certains témoignages affirmaient qu’il avait été tué par la tribu des Kalapalos (Haut-Xingu, région du Mato Grosso, Brésil). Un corps fut même exhumé, mais son autopsie à l’Institut royal d’anthropologie à Londres a conclu qu’il ne s’agissait pas de lui.

Vous aimez cet article ? Retrouvez chaque mois nos sujets "Forêt et cinéma" dans notre lettre dédiée ! Inscrivez-vous, cliquez ici !

La cité recherchée par Percy Fawcett existe-t-elle vraiment ?

Depuis les expéditions de Fawcett, de nombreuses découvertes archéologiques ont été faites en Amérique centrale et du sud. Que ce soit par de nouvelles technologies comme les images satellites, le Lidar (laser aéroporté permettant de topographier la surface du sol et d’enlever "artificiellement" la végétation la recouvrant) ou par des fouilles archéologiques, plusieurs "cités perdues" ont ainsi été découvertes.

Au début des années 1990, l'anthropologue américain Michael Heckenberger découvre le site archéologique de Kuhikugu, situé au Brésil à la source du fleuve Xingu. Ce vaste complexe archéologique comprend plusieurs villes et villages répartis sur une superficie de plus de 20 000 km2. Il correspond probablement à la cité que recherchait Percy Fawcett et dont l’existence aurait été perpétuée par la tradition orale…

Et aussi : l'archéologie forestière à l'ONF