Les forêts généreuses de Bourgogne-Franche-Comté

La confluence de facteurs géologiques et topographiques ainsi que la densité du réseau hydrographique font des forêts de Bourgogne-Franche-Comté la plus grande réserve biologique de France métropolitaine. À travers la filière bois, l’ONF soutient l’emploi dans la région. Il y coordonne également de nombreuses actions pour soutenir la biodiversité.
©ONF

Une mosaïque de paysages forestiers

Futaie feuillue vue de l’intérieur au début de l’automne - ©Jean Pierre-Chasseau / ONF

Les paysages forestiers de Bourgogne-Franche-Comté sont modelés par plusieurs spécificités :

  • le climat complexe croise les influences océaniques, continentales et méditerranéennes
  • les substrats géologiques multiples vont des terrains sédimentaires aux granites
  • le réseau hydrographique composé de sources, lacs, rivières, torrents, zones humides et vallées alluviales.

Escarpements, pelouses et prairies d’intérêt viennent rythmer l’agencement de cette grande couverture forestière (1 700 000 ha). Les forêts représentent 36% du territoire régional et offrent une grande diversité de paysages. La région Bourgogne-Franche-Comté est la 5e région française pour sa surface boisée, et la 3e pour son taux de boisement.

La forêt y est majoritairement privée, mais les forêts publiques couvrent 707 000 hectares, soit 40% de la surface forestière de la région, dont 138 000 hectares de forêts domaniales. Les forêts publiques  sont peuplées à 80% par des feuillus, principalement le chêne sessile, le hêtre, le chêne pédonculé et bien entendu tous les feuillus divers habituellement rencontrés sur les plateaux calcaires. Les plaines du plateau de Langres concentrent les hêtres. Quant aux résineux, il s’agit principalement du sapin pectiné, de l’épicéa commun et du douglas principalement dans le Morvan. Sur la partie franc-comtoise de la région, les résineux représentent 25% des peuplements en forêt publique.

8%
de forêts domaniales
32%
de forêts de collectivités
60%
de forêts privées
72%
de feuillus dans les forêts de la région, dont 50% de chênes
80%
de feuillus dans les forêts publiques de la région, dont 54% de chênes
+ de 5500
espèces animales et végétales inventoriées
©James Gourier / ONF

Le bois, véritable moteur de l’économie régional

En Bourgogne-Franche-Comté, le bois est une ressource abondante et diversifiée. Avec une production annuelle de plus de 7 m3/ha/an, elle fait partie des régions les plus productives de France.

La quasi-totalité des forêts de Bourgogne-Franche-Comté sont des forêts de production, et l’application des documents de gestion durable en forêt publique (les documents d’aménagement forestier) conduit à une récolte de 3 millions de m3 chaque année, pour près de 110 millions d’euros de chiffre d’affaires.

La Bourgogne-Franche-Comté est la 1ère région française pour la production de bois d’œuvre de chêne, la 2e pour la production de bois d’œuvre de hêtre et de douglas et la 3e pour la production de bois d’œuvre de sapin et épicéa.

Même si les statistiques distinguent des surfaces à dominante feuillus ou résineux, la plupart des peuplements forestiers en forêt publique de Bourgogne-Franche-Comté sont mélangés, et comportent de nombreuses essences. Au total, la forêt publique représente un volume de bois sur pied estimé à 140 millions de mètres cubes, dont 40 millions de m3 en forêt domaniale.

Bien que moins présents que les feuillus, les résineux, dont la croissance est plus rapide, représentent la moitié des volumes transformés par la filière, principalement pour la construction. Ils sont également appréciés pour le bois énergie qui représente 80% de l’énergie renouvelable produite dans la région.

Une filière créatrice d’emplois

La filière bois, très active, joue un rôle important dans l’économie locale : son volume d’emploi - 2,2% de la population, soit 22 000 salariés répartis dans 4 630 établissements - , est supérieur à celui des autres régions métropolitaines.

Scierie Chauvin Mignovillard, Jura (39) - ©ONF

Avec 15% du volume national produit, l’activité de sciage hisse la région au 4e rang national. En Franche-Comté, les scieries résineuses constituent un tissu d’entreprises de taille variable, depuis les très grosses unités capables de transformer plusieurs dizaines, voire des centaines de milliers de m3/an. La région possède également des merranderies et des tonnelleries réputées qui exportent dans le monde entier.

 

Rencontre avec Sylvain Mathieu, vice-président du Conseil régional en charge de la filière bois et de la forêt

©Région Bourgogne-Franche-Comté

Un contrat régional forêt-bois

En Bourgogne-Franche-Comté, l’Etat, la Région et les interprofessions ont fait le choix d’un document stratégique unique, couvrant les champs du contrat stratégique de filière et du PNFB : le contrat forêt-bois régional.

Ce contrat fixe, par massif forestier, les priorités économiques, environnementales et sociales et les traduit en objectifs. Il s’agit notamment de :

  • définir des critères de gestion durable et multifonctionnelle et des indicateurs associés
  • identifier les massifs forestiers à enjeux prioritaires pour la mobilisation du bois
  • préciser les conditions nécessaires au renouvellement des peuplements forestiers, notamment au regard de l'équilibre sylvocynégétique
  • concevoir un itinéraire de desserte des ressources forestières en s'appuyant sur les référentiels géographiques et forestiers de l'Institut national de l'information géographique et forestière.

Le premier enjeu de ce contrat est le maintien des emplois et de la compétitivité des entreprises en Bourgogne-Franche-Comté. La filière forêt-bois est essentielle à l’économie de certaines zones, comme le Pays Châtillonnais, la Nièvre, le nord de la Haute-Saône ou encore les plateaux du Doubs et du Jura. Pour conforter ce tissu d’entreprises, il est indispensable de créer un environnement favorable à leur développement, tout en préservant le capital productif de nos forêts.

Frédéric Kowalski, directeur territorial Bourgogne-Franche-Comté

Pour atteindre ces objectifs, plusieurs leviers d’action sont identifiés :

  1. Sécuriser les approvisionnements par une mobilisation accrue des bois en forêt. Le contexte régional permet cet effort de mobilisation, avec un accroissement naturel important et des volumes de bois sur pied parmi les plus élevés de France métropolitaine.
  2. Prévenir les risques naturels. Le changement climatique va impacter les forêts de Bourgogne-Franche-Comté. Un suivi des peuplements et une révision des catalogues de stations forestières sont à conduire. L’équilibre sylvo-cynégétique, s’il est atteint dans la plupart des massifs régionaux, est rompu dans certaines zones et constitue une menace pour le renouvellement des peuplements. Le Comité régional sylvo-cynégétique sera une instance nouvelle de dialogue entre forestiers et chasseurs.
  3. Garantir une gestion durable préservant la biodiversité et le caractère multifonctionnel des forêts. Dans le cadre d’une stratégie régionale visant à mobiliser plus de bois dans certains massifs prioritaires, des mesures d’évitement, de réduction et de compensation des effets induits par cette mobilisation supplémentaire seront mises en place et suivies dans le temps.
©Jean-Michel Mourey / ONF

Les acteurs locaux mobilisés pour les milieux forestiers

La Bourgogne-Franche-Comté posséde une grande diversité de milieux naturels, soumis à des pressions et dégradations diverses (pollutions chroniques, morcellement des milieux naturels…) peuvant entraîner la destruction des écosystèmes.

Face à ces menaces, l’ONF s’engage dans la préservation des zones sensibles et de la biodiversité. C’est le cas notamment dans les zones humides et les tourbières de la région. L’ONF accompagne ainsi les acteurs privés et publics aux niveaux local et national dans la réalisation et l’actualisation de documents d’objectifs (DOCOB) ainsi que dans leur mise en œuvre. Ces documents, élaborés de manière concertée, recensent les espèces et habitats remarquables ainsi que les usages locaux, et définissent des mesures conservatoires sur un territoire donné.

Au total, l’Office national des forêts a aidé à coordonner les actions au sein de :

  • 19 plans nationaux d’actions déclinés sur tout ou partie du territoire régional
  • 37 sites Natura 2000 pour 659 000 ha, soit 13,8% de la surface régionale
  • 96 zones spéciales de conservation désignées au titre de la directive « habitats, faune, flore »
  • 41 zones de protection spéciale désignées au titre de la directive « oiseaux ».

La forêt domaniale du Val Suzon : un écrin pour les espèces

©Christele Gernigon / ONF

Après Fontainebleau, Verdun, la Grande Chartreuse et Rouen, la forêt domaniale du Val Suzon a elle aussi reçu le label Forêt d’Exception®. C’est la reconnaissance d’une gestion d’excellence et d’un cadre unique, tant du point de vue des paysages que des essences ou encore des espèces (chat sauvage, cerf, martre, chouette de Tengmalm, cicogne noire, pic mar, écrevisses à pieds blancs…).

Jeune cigogne noire à la pêche, pendant l’étape migratoire vers l’Afrique de l’Ouest - ©Fabrice Croset / ONF

Des réserves pour préserver la biodiversité

Les emblématiques forêts domaniales de Chaux, Citeaux, Bertranges, Chatillon, La Joux, Levier, et la Forêt d’Exception® de Val Suzon sont entourées de Réserves naturelles régionales (RNR) : on en dénombre 18 en Bourgogne-Franche-Comté, sur une superficie totale de 4 900 ha, soit 0,1% du territoire régional. Leur gestion relève des conseils régionaux. Elles abritent à la fois des espaces et des espèces remarquables : la flore locale comptabilise plus de la moitié des espèces présentes en France.

Les réserves biologiques forestières, intégrales (RBI) ou dirigées (RBD), sont de la compétence de l’ONF. 18 réserves biologiques forestières couvrent 2 532 ha en Bourgogne-Franche-Comté, dont 10 RBI pour 467 ha. Le saviez-vous ? 90% de la population de lynx en France est installée dans le massif jurassien.

Au 1er janvier 2018, la Bourgogne-Franche-Comté compte 58 arrêtés préfectoraux de protection de biotope, portant sur 372 sites élémentaires protégés pour une surface de 32 504 hectares, soit 0,7% du territoire régional.

©Michel Lesbaches / ONF

Organiser la fréquentation

Sentier ludique Voujeaucourt, Doubs (25) - ©Patrice Maurel / ONF

Les chiffres du tourisme ont augmenté dans l'ensemble de la Bourgogne-Franche-Comté en 2017. Afin de permettre à tous de pouvoir profiter des loisirs en forêt, l’ONF en Bourgogne-Franche-Comté réalise des aménagements adaptés. Cette mission est assurée en collaboration avec de nombreux partenaires.

Par exemple, la forêt de Chailluz aux portes de Besançon, propose 50 kilomètres de sentiers pédestres, et autant en sentiers VTT balisés. Cette forêt dispose d’un parc animalier d'une vingtaine d'hectares, accueillant des cerfs, daims et sangliers, mais aussi d’aires de pique-nique.

La forêt de Voujeaucourt propose également sept circuits ludiques balisés sur 13 kilomètres. Deux sentiers permettent la découverte du milieu forestier, avec différentes bornes pédagogiques décrivant le milieu et ses spécificités.

Chaque année, depuis 2016, la Direction territoriale Bourgogne-Franche-Comté participe, au bénéfice des établissements scolaires, à la Journée internationale des forêts, en partenariat avec les différents acteurs de la filière, dont le CFPPA Chateaufarine. Tout au long de l’année, les équipes accueillent scolaires et public pour leur faire découvrir leurs missions et le monde de la forêt, des impressionnants chênes jusqu’aux plus minuscules insectes abrités sous des feuilles.

L’ONF en région Bourgogne-Franche-Comté

Pour assurer ses missions de production de bois, de préservation de la biodiversité et d’accueil du public, l’ONF en Bourgogne-Franche-Compté s’appuie sur un effectif de 1 200 salariés. Ces derniers sont répartis au sein d’une direction régionale, de six agences territoriales et d’une agence études et travaux.

ONF - Direction territoriale Bourgogne-Franche-Comté

14, rue Gabriel Plançon - BP 51581
25010 Besançon Cedex 3

Tél. 03 81 65 78 80

Contacter