En Provence-Alpes-Côte d'Azur, des forêts aux multiples enjeux

Entre zones de montagnes et littoral, les forêts de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur sont très fréquentées. En collaboration étroite avec les acteurs locaux, l’ONF répond à des enjeux forts en termes d'accueil du public, de prévention des risques naturels mais aussi de valorisation économique de la forêt.
©Cecile Dardignac / ONF

Un patrimoine forestier diversifié

Avec 1,5 million d'hectares, la forêt en Provence-Alpes-Côte d'Azur représente 9,4% de la forêt française. La région se place en deuxième position nationale pour son taux de boisement (48%, contre 29% en moyenne au niveau national). Elle se caractérise par une grande richesse biologique de ses espaces naturels due à l'influence contrastée des climats méditerranéen et montagnard. Les zones les plus boisées se situent dans les Alpes du Sud (régions de Digne-les-Bains et Gap). En raison de la pression humaine forte sur tout le littoral de la Côte d’Azur, les forêts sont moins présentes dans le secteur niçois.

©Jean-Christophe Gattus / ONF

Les principaux massifs sont ceux des Maures et de l'Esterel, du Luberon, des Alpilles, de la Montagne Sainte-Victoire, de la Sainte-Baume, du Mercantour et des Écrins. L’ONF assure la gestion de plus de 700 000 hectares de forêts publiques (soit 45% de la surface forestière de la région). La forêt de Boscodon dans les Hautes-Alpes et celle de la Sainte-Baume dans le Var ont reçu le label Forêt d’Exception® pour la qualité de leur gestion et de leur valorisation.

©Observatoire de la forêt méditerranéenne

Répartition des surfaces et des essences

Le pin sylvestre est largement dominant dans les départements montagneux tandis que le pin d’Alep est prépondérant dès que le caractère méditerranéen s’affirme. Le mélèze d’Europe est bien représenté dans les Hautes-Alpes et les Alpes-Maritimes. Le chêne pubescent, quant à lui, représente quasiment la moitié des peuplements feuillus.

51%
de feuillus
49%
de résineux
45%
de forêts publiques
55%
de forêts privées
37%
de forêts communales
62%
de forêts domaniales

©Nicolas Molard / ONF

Une filière bois en plein essor

La plus grande partie du bois récolté en Provence-Alpes-Côte d'Azur, soit près de 80%, est destinée à l’énergie et à la trituration (pâte à papier), à partir de pins et taillis de chênes (chênes vert et pubescent).

Les régions alpines ont aussi une part active dans l’alimentation de la filière bois avec le mélèze - utilisé pour bois d’œuvre (charpente et menuiserie extérieure) - le pin noir pour l’emballage et le sapin pour la charpente. L’ONF contribue pour une part importante aux besoins de la filière régionale.

42%
par an

c'est la part de la forêt publique dans la récolte de bois, soit 350 000 m3

Afin de dynamiser la filière bois, l’ONF s’est engagé dans une démarche de contractualisation avec les entreprises de transformation. À ce jour (en 2018), des contrats d’approvisionnement ont été conclus avec dix scieries pour le bois d’œuvre et huit entreprises pour le bois d’énergie et trituration. Cette tendance, qui se développe, doit permettre à l’ONF d’assurer une part d’approvisionnement sécurisée pour donner à tous les acteurs de la filière la visibilité dont ils ont besoin pour investir.

En zone de montagne, l’exploitation des bois est particulièrement difficile en raison des fortes pentes. Afin de valoriser ces peuplements de montagne, l’ONF engage des démarches innovantes, comme l’exploitation par câble.

Exemple d'exploitation par câble dans le massif du Mercantour

©Ahstudio / ONF

Certaines forêts publiques de la région étant difficiles à exploiter, nous devons innover avec de nouvelles méthodes d’exploitation dans le cadre de partenariats avec les collectivités et les entreprises de transformation. L’innovation et les partenariats sont également développés par les équipes ONF en charge de la gestion du risque incendie, de la restauration des terrains en montagne et de l’expertise naturaliste.

Olivier Rousset, directeur territorial Midi-Méditerranée à l'ONF

©Giada Connestari / ONF

De nombreux espaces de protection renforcée

Les régions méditerranéennes recèlent une très grande biodiversité. Les enjeux environnementaux y sont particulièrement importants pour l’ONF, engagé dans la mise en œuvre de la stratégie nationale pour la biodiversité, avec de nombreux espaces de protection renforcée.

L' action de l'ONF s’exerce au sein de nombreux espaces de protection renforcée

©Philippe Richaud / ONF

Une fréquentation importante

En tant que première région touristique de France, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur accueille un très grand nombre de visiteurs, notamment dans ses zones boisées. La forêt domaniale la plus visitée de la région est celle de Castillon (Bouches-du-Rhône) avec 395 000 visites par an en moyenne. La forêt domaniale des Calanques (13) et celle de l’île Sainte-Marguerite (06) sont également très fréquentées, avec plus de 200 000 visites par an.

Au-dela de sa mission de sensibilisation à la protection de l’environnement, l’ONF répond aux attentes diversifiées des publics (promeneurs, cavaliers, cyclistes…) en favorisant l’accès aux espaces naturels. L’aménagement de nombreux sites avec des équipements adaptés permet de redécouvrir la forêt. Le site naturel classé dit « salle de bal des demoiselles coiffées », sur la commune de Théus (Hautes-Alpes) a par exemple fait l’objet d’un chantier d’envergure avec l'installation d'un belvédère accessible à tous, notamment aux personnes à mobilité réduite. Offrir ce nouveau point de vue en garantissant une pente inférieure à 5 % fut un véritable défi, rendu possible par la collaboration d’expertises multiples au sein de l’ONF.

Chaque année, 400 événements sportifs (pédestres, cyclables, non motorisés…) prennent place dans les 6 départements de la région. Ce niveau d’activité nécessite un fort investissement de la part de l’ONF afin de préserver les milieux et de garantir la sécurité des personnes.

©Giada Connestari / ONF

La prévention des risques naturels

Dans le sud de la France, les risques d’incendies, d’avalanches et de crues torrentielles en montagne sont élevés. L’ONF intervient activement dans la prévention de ces risques à travers deux missions nationales d’intérêt général : la restauration des terrains en montagne (RTM) et la défense des forêts contre l’incendie (DFCI).

Afin d’éviter tout scénario catastrophe, les spécialistes RTM de l’ONF sont en première ligne. Ils suivent en particulier de très près le glissement de terrain du pas de l'Ours (Hautes-Alpes) depuis sa réactivation en 2017.

Les services de Défense des forêts contre les incendies (DFCI) interviennent, d'une part en matière de prévention des incendies (entretien des équipements, surveillance des massifs foresiters en été) et d'autre part en matière de contrôle de l'application de la règlementation sur les obligations légales de débroussaillement.

Sur les territoires incendiés, l'ONF est également en mesure d'apporter une expertise pour prescrire et mettre en oeuvre des mesures de restauration de ces espaces.

L’ONF en région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Pour une couverture optimale de la région, les 786 salariés de l’ONF sont répartis au sein de quatre agences territoriales et de quatre agences spécialisées (Agence travaux, Agence études, Agence RTM et Agence DFCI), toutes rattachées à une direction territoriale.

ONF - Direction territoriale Midi-Méditerranée

46, avenue Paul Cézanne - CS 80411
13097 Aix-en-Provence Cedex 2

Tél. 04 42 17 57 00

Contacter