La forêt, un formidable filtre pour l'eau

Grâce aux branchages de la canopée, au tapis forestier et à leurs réseaux de racines, les arbres jouent un rôle majeur dans la circulation et la filtration de l’eau. Après être tombée au sol, l'eau ruisselle le long des racines puis vers les nappes phréatiques et les rivières : au cours de ce cheminement, les arbres la filtrent et rendent un précieux service à l’environnement et aux Hommes.

Dès l'arrivée de la pluie sur la forêt, les feuilles de la canopée interceptent les gouttes d'eau en les laissant glisser petit à petit sur le sol forestier.

Une partie de l'eau absorbée dans le sol est captée par les racines des arbres, qui jouent ainsi un rôle primordial pour l'environnement en renforçant la capacité de rétention des sols et en assurant la filtration de l'eau. La forêt est un capteur d'eau.

L'autre partie est évaporée par les rayons du soleil ou par le phénomène de transpiration des plantes que l'on appelle "évapotranspiration".

Quand l'eau perle sur les feuillages, c'est tout un écosystème qui est concerné... - ©Lemon_tm / Getty Images

Le sol forestier, un purificateur

Grâce à l'activité des bactéries, champignons et petits organismes, le sol forestier est riche et préservé de la pollution. Ces micro-organismes recyclent les composés minéraux et organiques contenus dans l'eau de pluie qui se retrouvent dans les sols et participent à la filtration de l'eau. 

C'est cet univers, riche de mécanismes complexes et de processus chimiques qui donnent à l’eau ses qualités tout en la débarassant d'éventuels polluants. Dans nos régions, les boisements jouent ainsi un rôle épurateur.

Le sol forestier est riche et vivant - ©Fotomem / Getty Images

Les racines des arbres constituent un immense réseau de micro cavités de drainage vertical et horizontal. Ce système permet aux eaux de surface de s'écouler, elles seront réabsorbées par la végétation ou elles se dirigeront vers les nappes souterraines.

En bénéficiant du fonctionnement spécifique des écosystèmes forestiers qui assurent une filtration efficace à travers le système racinaire des arbres, ou grâce à l'activité des micro-organismes et des insectes, et dans un contexte de forêt non soumis à l'usage d'intrants (politique de zéro produit phyto en forêt publique), l'eau issue des forêts est généralement de très bonne qualité.

Tout le système de filtration et de récupération de l'eau en forêt permet ainsi à une eau plus saine de rejoindre les rus, ruisseaux et rivières qui alimentent le réseau hydraulique des territoires.

Lors de fortes précipitations, le volume d'eau qui arrive brusquement en rivière est ainsi réduit et étalé dans le temps : le débit des cours d'eau est régulé. Les risques d'inondations sont alors limités. De plus l’attention portée par les forestiers à la gestion et la préservation des berges va également favoriser l’épuration et la prévention des inondations.

Les mares et petits lacs régulent l'écoulement des eaux - ©ONF

L'action des forestiers

La forêt est gérée de façon à obtenir un massif varié en essences et en structures afin de préserver et pérenniser cette ressource indispensable à la vie : l'eau. Elle y est stockée en profondeur mais aussi en surface sous diverses formes : étangs, mares, tourbières et cours d’eau, univers où la diversité des espèces est exceptionnelle formant des espaces humides ayant un grand interêt écologique.

Les odonates apprécient les milieux humides - ©Mickael Ricordel / ONF

L'eau et les forêts en chiffres

Et aussi :