Une plantation paysagère pour valoriser une parcelle endommagée

Dans les Hautes-Pyrénées, la commune de Séméac souhaitait valoriser une parcelle endommagée à la suite d’un événement climatique. En s’appuyant sur l’expertise de l’ONF, elle a pu redonner vie à cet espace en lui conférant une fonction parfaitement adaptée à son emplacement : celle de plantation paysagère, constituée de feuillus précieux.

À la suite d’une violente tempête, le patrimoine arboré de Séméac avait subi de nombreux dégâts, notamment des arbres déracinés. Afin d’assurer la sécurité des habitants, la commune a dû déblayer les débris et procéder à des coupes rases. Pour surmonter ce traumatisme paysager, elle a souhaité être accompagnée par l’ONF afin d’imaginer les possibilités de reconversion d’une parcelle de terrain particulièrement touchée.

Parmi cet éventail de possibles, les élus se sont orientés vers la piste de la plantation paysagère. L’occasion pour les administrés de redécouvrir leur commune avec un nouveau regard.

Choix des essences, préparation du sol et plantation d’arbres

©ONF

L’ONF a, dans un premier temps, formulé des solutions de plantation, visant à transformer la parcelle en aire de pique-nique. Le choix des essences devait être conforme aux contraintes du terrain. De ce fait, un diagnostic stationnel (relatif aux caractéristiques du sol, à l’ensoleillement du site, à son altitude, etc.) a été nécessaire.

L’ONF a ensuite assuré les travaux de mise en œuvre : la préparation du sol, la plantation des 140 plants et leur protection contre le gibier. La commune a finalement opté pour la plantation de feuillus précieux tels que l’érable sycomore.

Comment valoriser une parcelle après un évènement climatique, comme à Séméac ?

Après un événement climatique destructeur, il arrive que les parcelles de forêt touchées doivent subir une coupe rase (abattage de la totalité des arbres). Après nettoyage, il subsiste alors un terrain vide qui ne demande qu’à être valorisé ! Plusieurs solutions sont offertes aux communes : la parcelle peut par exemple être transformée en verger communal, les habitants étant libres de récolter les fruits pour leur consommation personnelle. Autre solution : créer une aire de pique-nique boisée offrant des zones ombragées aux visiteurs.

Cette prestation de plantation est rattachée à l’univers Forêt, bois et sylviculture. L’ONF peut aller plus loin avec des solutions adaptées à vos besoins en matière de sylviculture, d’exploitation des bois ou encore d’estimation du patrimoine forestier.

©YourComics / ONF

La plantation d’arbres : une affaire de spécialistes

Planter un arbre peut paraître simple, mais c’est en réalité une tâche qui demande une expertise solide quand il s’agit de reboiser un terrain : avant de choisir les essences à planter, il convient d’effectuer un diagnostic précis du terrain. Le travail du sol à l’aide d’engins est par ailleurs souvent nécessaire (par exemple pour nettoyer une jachère ou débroussailler une friche), et la qualité du système racinaire doit être inspectée : s’il s’agit de plants en godets, on vérifiera notamment que les racines ne sont pas déformées (un problème courant chez les jeunes plants, s’il n’est pas anticipé).

L’intervention de l’ONF en quatre étapes

Proposition de scénarios de plantation
Le technicien de l’ONF en charge de cette prestation a proposé divers scénarios de plantation. Compte tenu du cahier des charges de la commune, il a estimé que cette parcelle pouvait :
- être valorisée en verger communal,
- accueillir des noyers à bois,
- recevoir des plantations d’arbres précieux en mélange.

Après présentation de ces propositions, la commune de Séméac a choisi la plantation de feuillus précieux.
Diagnostic stationnel
L’ONF a ensuite réalisé un diagnostic stationnel, qui a pour but d’observer et d’analyser le terrain. Le climat local est pris en compte, ainsi que la nature du sol, de la végétation et de la faune sauvage. Ce diagnostic est facilité par la connaissance du peuplement forestier existant avant la coupe rase : l’observation de la flore et de l’humus, ainsi que son état sanitaire général révèlent généralement la fertilité du sol.
Choix des essences
À l’issue de ce diagnostic, les essences d’arbres compatibles ainsi que leurs modalités de plantation ont été choisies. La provenance des plants a été sélectionnée pour leur compatibilité avec le climat des Hautes-Pyrénées. Jeunes, bien conformés, sans blessure et avec un système racinaire bien structuré, ces plants garantissaient une croissance de qualité. Enfin, les densités de plantation ont été fixées en accord avec les caractéristiques des essences à planter.

Les essences de bois choisies pour ce projet sont l'érable sycomore, le tilleul à petites feuilles, le merisier, le noyer noir et le noyer commun.
Réalisation des travaux
Avant de commencer à planter, des travaux préalables ont été réalisés. Des potets (trous de plantation) ont été formés à l’aide d’une minipelle mécanique munie de dents de culti sous-solage. Les 140 plants forestiers sélectionnés ont ensuite été plantés. Des dispositifs de protection individuels ont été disposés sur chaque plant, de manière à les protéger des chevreuils.