Des caméras pour observer les balbuzards pêcheurs en direct

Observer les balbuzards pêcheurs dans leurs nids en forêt domaniale d'Orléans (Loiret) et en Sologne, c'est désormais possible grâce à l'opération « Objectif Balbuz@rd » . Fruit d'un partenariat quadripartite impliquant l'ONF, ce projet est un bel exemple de collaboration pour la protection et la sauvegarde d'une espèce migratrice protégée en France.

Voilà une nouvelle qui devrait ravir les passionnés d'ornithologie. Un nouveau site internet offre désormais aux internautes la possibilité d'observer en direct des couples de Balbuzards pêcheurs, filmés depuis leurs nids en forêt domaniale d'Orléans et en Sologne. Une chance à cette époque de l'année, qui coincïde avec le grand retour des rapaces après une longue trève hivernale en Afrique du nord.

Pour les gestionnaires forestiers et les naturalistes de l'ONF, cet « Objectif Balbuz@rd », piloté par l'Office en collaboration avec les acteurs du territoire, va permettre d'améliorer le suivi et la préservation d'une espèce emblématique de la région Centre-Val de Loire, mais aussi de sensibiliser le grand public. Et ce, sans risquer de perturber la tranquillité du splendide rapace à tête blanche !

Objectif balbuz@rd : observer pour mieux protéger

Ce projet s'inscrit dans le cadre d'un partenariat étroit liant l'ONF, gestionnaire de la forêt domaniale d'Orléans, l'association Loiret Nature Environnement (LNE) impliquée dans le suivi du Balbuzard dans le Loiret, la société Réseau de Transport d'Electricité (RTE) - dont les pylônes constituent des sites de nidification attractifs pour le rapace - ainsi que la ville d'Orléans. Depuis 2006, ces oiseaux migrateurs s'installent sur les lignes électriques. Pour éviter tout risque d'électrocution, cause principale de mortalité chez ces oiseaux, tout en sécurisant le réseau, chaque nid est déplacé avec soin à distance des câbles.

©Alain Perthuis / ONF

Aujourd’hui, « Objectif Balbuzard » offre une vue imprenable sur trois sites de nidification : deux en Sologne et un troisième en foret domaniale d’Orléans. L’ancienne caméra de la forêt, installée dans les années 2000, a été remplacée par un dispositif plus performant qui permet un lien direct avec le site internet. 

PICTOS web

Le Balbuzard, de retour dans les forêts françaises au début des années 80

Après avoir déserté l'Hexagone sous la pression de l'Homme pendant plus d'un siècle, un premier couple reproducteur de Balbuzard pêcheur se réinstalle spontanément en France en 1984 pour nicher en forêt d'Orléans. Aujourd'hui, on dénombre 50 couples en région Centre-Val de Loire, dont une vingtaine en forêt d'Orléans.

En 2016, une campagne de sensibilisation est lancée par l'ONF, l'association LNE, RTE et le Museum des sciences naturelles d'Orléans dans le cadre du Plan paneuropéen de rétablissement et de sauvegarde du Balbuzard pêcheur en Europe. Des études écologiques et comportementales sont ainsi réalisées, incluant la pose de deux caméras RTE sur deux nids situés sur des pylônes électriques en Sologne.

L'enjeu de cette opération était de mettre en place un dispositif plus moderne et plus précis afin de filmer les balbuzards et leur perchoir sans nuire au milieu naturel. Un travail essentiel pour étudier le comportement de l'espèce mais aussi, pour sensibiliser le grand public au retour de l'espèce.

Pour que ce projet puisse voir le jour, l'ONF et ses partenaires ont pu compter sur le soutien financier de la Région Centre-Val de Loire, de l'Agence de l'Eau Loire Bretagne et de la mobilisation de fonds européens du FEADER (Fonds européen agricole pour le développement rural) sur une mesure dédiée à la biodiversité.

Crée par l'ONF en 1996, l'observatoire ornithologique en bordure de l'étang du Ravoir est un site unique en France pour observer les balbuzards pêcheurs sans les déranger.

L'association Loiret Nature Environnement mène un travail de pédagogie auprès du grand public en le sensibilisant à la fragilité de l’espèce dans le cadre d’animations sur site à l’observatoire ornithologique du Ravoir, pendant toute la période de reproduction de l’espèce. Ces actions sont nécessaires pour limiter les dérangements et complètent utilement l’action de l‘ONF.

Caroline Samyn, cheffe de service environnement, partenariats et prestations à l'ONF

Une gestion forestière qui préserve l'espèce

En tant que gestionnaire des forêts domaniales, l'ONF a une grande responsabilité dans la protection et la préservation de cet oiseau forestier, classé sur la liste rouge rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). L'aigle pêcheur - qui vit aux abords des étangs, lacs et rivières - niche aussi aux sommets des grands arbres, sur des branches suffisamment épaisses pour supporter le poids des nids.

Soucieux de préserver l'avifaune, l'ONF accorde une attention particulière à la sauvegarde du Balbuzard pêcheur, en intègrant des dispositions particulières dans la gestion courante des forêts : maintien d'îlots de vieux bois autour des nids, limitation des interventions en forêt en période de reproduction, etc.

Plan de travail 122

Une espèce sensible au dérangement

Le Balbuzard pêcheur est très sensible au dérangement, qui peut compromettre sa reproduction. C'est la raison pour laquelle il est crucial de respecter une distance d'au moins 300 mètres avec le nid. Si les adultes dérangés venaient à quitter le nid en période de reproduction (mars à juin), les oeufs ou les jeunes seraient alors vulnérables et exposés aux prédateurs.