+ de critères

Présentation de l'espèce

Le Pélobate brun (Pelobate fuscus) est un amphibien discret reconnaissable à sa couleur brun pâle aux taches rougeâtres. On le trouve dans les sols meubles et sableux des paysages ouverts.

Description

Le Pélobate brun
Le Pélobate brun © Cédric Baudran / ONF

Le Pélobate brun est un Amphibien de taille moyenne (< 6 ou 7 cm). D'aspect trapu il est reconnaissable au tubercule corné de couleur jaune à brun pâle qui se trouve sous ses pattes postérieures. Ces "couteaux" lui permettent de s'enfouir dans les sols meubles.

La couleur de son dos est globalement brune parcourue de marbrures brun-roux et ponctué de petites pustules rougeâtres.

Ses yeux sont proéminents avec l'iris doré et la pupille verticale. Enfin, la partie arrière du crâne (l'occiput) est bombée.

Répartition

Carte de répartiton du Pélobate brun
Carte de répartiton du Pélobate brun © extrait PNA Pélobate brun p.15, Lescure (1984, actualisée)

Le Pélobate brun est une espèce eurasiatique continentale qui s'étend depuis la France jusqu'à l'Oural, le Caucase et les steppes kirghizes et du Danemark jusqu'au nord des péninsules italienne et balkanique.

En France, sa répartition actuelle est très hétérogène avec plusieurs stations en Alsace et en Lorraine et quelques stations en région Centre. L'analyse des données historiques montre une répartition bien plus étendue de cette espèce au siècle dernier. La régression serait de l'ordre de 80% entre le milieu du XIXe et la fin du XXe siècle (Lescure 1984, Parent 1985)

Habitats

Les Pélobates bruns peuvent occuper d'anciennes carrières ou sablières
Les Pélobates bruns peuvent occuper d'anciennes carrières ou sablières © Néomys

Par son comportement fouisseur, le Pélobate a besoin de sols meubles et notamment de sols sableux. Les corridors fluviaux lui sont donc favorables. L'espèce affectionne les paysages ouverts, les terrains sableux, argileux ou les loess proches des rivières. On peut également rencontrer cette espèce dans les secteurs relativement boisés mais sur sols sableux et dans des espaces ouverts.

Une population occupe habituellement une superficie d'habitat de 50 ha au minimum (Blab 1986 in Laufer Wolsbeck 2007).

Les habitats aquatiques sont en règle générale des milieux assez profonds (au moins plusieurs décimètres de profondeur), étendus (au moins plusieurs centaines de m²), bénéficiant d'un bon ensoleillement et accueillant des plantes aquatiques (hydophytes) dont il se sert comme support de ponte. Il s'agit de bras morts, de zones de débordement de cours d'eau, de fossés, de mares, de marais...

 


Les types d'habitats se différencient selon les régions

En Lorraine :
  • les carrières, sablières et anciennes mines
  • les milieux ouverts intra-forestiers, de type lisière chemins, dégagements de lignes électriques, cultures à gibier
  • les milieux ouverts de type landes à genêts, également sous des lignes électriques.

En Alsace :

  • ripisylve de la bande rhénane
  • prairies sur dépôts loessiques.

En région Centre :

  • pâtures pour bovins et équins, landes, friches
  • bois de chênes et de pins
  • grands étangs de pisciculture extensive.

Longévité

La longévité du Pélobate brun dans des conditions naturelles est d'ordinaire d'une dizaine d'années (Duguet & Melki 2003), le record connu étant de 13 ans (Eggert 2010).

 

Reproduction

Larve (tétard) de Pélobate brun
Larve (tétard) de Pélobate brun © Cédric Baudran / ONF

La maturité sexuelle est atteinte vers 2-3 ans. Sa reproduction débute courant mars et se termine habituellement dans la deuxième quinzaine de mai, avec un pic d'activité en avril (Laufer & Wolsbeck 2007). La période varie selon l'hydrologie du site et selon la situation géographique, notamment avec les populations de région Centre qui peuvent commencer dès le début du mois de mars.

A l'instar de son cousin le Pélobate cultripède, il n'est pas rare que les têtards de Pélobate brun se métamorphosent l'année qui suit l'éclosion.


Régime alimentaire

Les têtards sont omnivores et les individus métamorphosés carnivores. Les proies des individus métamorphosés sont généralement des espèces terrestres (courantes ou rampantes) : insectes et leurs larves (en majorité des coléoptères de 5 à 20 mm), aranéides, oligochètes, isopodes, diplopodes, gastéropodes... (Laufer & Wolsbeck 2007)
Ressources