+ de critères

 

La politique environnementale de l'ONF

En Guadeloupe, l’ONF gère 38.223 ha de forêts et d’espaces naturels pour le compte de l'Etat, du Département et du Conservatoire du littoral. Deux domaines revêtent une importance particulière : d’une part la gestion foncière des propriétés de l'Etat et du Département sur lesquelles est appliquée le régime forestier, d’autre part les travaux et autres prestations réalisés pour le compte de l'Etat, des collectivités locales, des établissements publics et des clients privés.
Ces priorités régionales impliquent un engagement de l'ONF tant en terme de qualité dans la gestion du patrimoine naturel qu'en terme de politique environnementale.

Les engagements

L'Office national des forêts de la Guadeloupe doit se positionner comme un partenaire efficace au service de l'archipel guadeloupéen dans le domaine de la préservation du patrimoine naturel et particulièrement des écosystèmes forestiers.

Pour cela, il s'engage à :

  • agir dans le cadre de la politique définie par ses clients publics tout en conservant ses règles d'éthique axées sur le respect des critères de développement durable
  • satisfaire ses clients, publics ou privés en augmentant sa réactivité, en étant à l'écoute de leurs besoins, en les aidant à formaliser leur projet, en maîtrisant la réalisation des prestations commandées et en assurant un suivi de leur satisfaction
  • améliorer sa compétitivité tout en maintenant une gestion efficace du domaine qui lui est confié
  • améliorer la gestion des compétences au sein du personnel et œuvrer pour une optimisation de leur emploi.

Les priorités en matière de politique environnementale

Compte tenu de ses enjeux locaux et de la nécessité de préserver la biodiversité, la politique environnementale de l'ONF est principalement basée sur :

  • la gestion durable du foncier et la lutte contre les occupations illicites. Ainsi des conventions de gestion avec les partenaires économiques sont privilégiées (production de vanille, de miel...)
  • la poursuite des contrôles relatifs aux défrichements illicites notamment dans les zones sensibles du point de vue patrimonial et paysager
  • la prise en compte de la problématique des risques naturels dans le cadre de l'instruction des demandes d'autorisation de défrichement
  • l'amélioration de sa connaissance de la forêt privée et l'élaboration d'une stratégie de gestion
  • le pilotage de projets d'envergure régionale dans le domaine de la préservation de la biodiversité (zones humides, aménagement des sites de ponte de tortues, restauration des berges de rivière, protection des forêts sèches...)
  • l'éco-responsabilité, la gestion des déchets et des ressources
  • la communication interne et externe ainsi que le développement d'outils d'éducation au développement durable à travers la valorisation de la Sylvathèque.
Ressources