| 
More criterions

Les forêts françaises

Variété de climats, de reliefs, de comportements socio-économiques, diversité des essences et de leur combinaison : la France métropolitaine se divise en 309 régions forestières différentes. Les forêts de la France métropolitaine sont à l'image du pays : extrêmement diverses, sous l'effet de facteurs qui se combinent - géographiques, géologiques, climatiques, historiques ou socio-économiques.

  • Send to a friend

309 régions forestières différentes

Dans son édition 2005, l’Inventaire forestier national (IFN) répertorie 309 régions forestières différentes.

La région forestière se définit comme « une unité naturelle qui…Plus sur: 309 régions forestières différentes

Une composante biogéographique

La première des classifications relève du type de forêt caractérisé par les essences dominantes, les conditions géographiques et climatiques.

La France se compose de forêts de plaine - océaniques et continentales -, de forêts méditerranéennes, de forêts de montagne et de forêts tropicales.

Des caractéristiques également régionales…

La forêt de montagne s'élève jusqu'au bord des glaciers
© Phillipe Lacroix / ONF La forêt de montagne s'élève jusqu'au bord des glaciers

On peut faire intervenir d'autres facteurs qui apportent un autre point de vue avec d'autres réalités, plus historiques que biogéographiques :

  1. Le visage de la France de l'Ouest - de l'Aquitaine au bocage breton ou normand en passant par les pays de Loire -, avec un boisement clairsemé, ne ressemble pas à celui de l'Est - des Ardennes au Jura, auquel il faut ajouter le Massif central - , incomparablement plus boisés
  1. Les forêts de plaine, par leur composition et leur multifonctionnalité, se distinguent de celles de montagne. Plus encore, la zone méditerranéenne est marquée par des millénaires d'activités humaines
  1. Les forêts à usage de loisirs, notamment les forêts péri-urbaines, offrent un visage différent qui se distingue par l'image de la nature qu'elles renvoient, de celles qui sont davantage orientées vers la récolte de leurs ressources. S'ajoutent celles qui comportent des réserves biologiques ou permettent de prévenir les risques naturels (comme les avalanches pour la forêt de montagne).

… sylvicoles…

La chênaie atlantique s'est adaptée aux plaines et aux collines
© Claude Pichard / ONF La chênaie atlantique s'est adaptée aux plaines et aux collines

Autant de regards différents sur une même réalité forestière auxquels il faut ajouter l'action du sylviculteur qui détermine à la fois le choix des essences et le mode de culture : en futaie, en taillis, en taillis-sous-futaie et en futaie jardinée.

… et patrimoniales

La forêt méditerranéenne mêle chênes-lièges et garrigues
© Lilian Micas / ONF La forêt méditerranéenne mêle chênes-lièges et garrigues

0n peut aussi analyser les forêts sous un angle patrimonial :

  1. 3,8 millions de propriétaires privés possèdent 70% des surfaces forestières
  1. les propriétés de l'Etat et des collectivités territoriales représentent respectivement 12 et 18% des surfaces.

Les feuillus dominants

La forêt réunionnaise, un autre visage de la forêt française
© Alain Blumet / ONF La forêt réunionnaise, un autre visage de la forêt française

Si l'on s'en tient aux principales essences d'arbres et à leur répartition, il faut retenir :

  1. que l'on compte 7 essences principales : chênes, hêtres, Châtaignier pour les feuillus ; Pin maritime, Pin sylvestre, Epicéa et Sapin pour les résineux
  1. à ces sept types d'arbres se mélangent des essences secondaires par leur importance, mais pas toujours par leur valeur d'usage : merisiers, charmes, tilleuls, érables, ormes, frênes, alisiers, trembles, aulnes...
  1. que les feuillus représentent les 2/3 des arbres contre 1/3 aux résineux (et que six espèces de feuillus et quatre de résineux composent 82% des peuplements)
  1. que parmi les feuillus, les chênes dominent en couvrant 41% des forêts françaises soit six millions d'ha. Les chênes pédonculé et sessile composent à eux deux plus de 30% de la forêt
  1. que dans les plaines et collines du Nord de la France, les feuillus atteignent 70% des surfaces boisées. Dans la moitié Sud, moins tempérée, la répartition entre feuillus et résineux s'équilibre
  1. qu'en montagne, les résineux dominent.

Les multiples associations auxquelles se prêtent ces essences forestières combinées à des facteurs comme le relief, le climat, la végétation, les traditions régionales, façonnent le paysage.

L'extrême variété des paysages est caractéristique de la France métropolitaine.

Spécificités des forêts d’Outre-mer

Les forêts des quatre départements français d’Outre-mer (Guyane, Guadeloupe, Martinique et La Réunion) couvrent 8,7 millions d'ha.

La forêt tropicale guyanaise représente à elle seule 7,5 millions d'ha, soit 85% de ce département. Le taux de boisement atteint 38% en Guadeloupe (64.400 ha), 42,27% en Martinique (46.500 ha) et 40% à La Réunion (1,1 million d’ha).

Si la production de bois est marginale dans ces quatre départements, par contre, ces massifs forestiers se caractérisent surtout par leur très grande diversité biologique, notamment la forêt guyanaise qui appartient à la forêt amazonienne.

Pour cette dernière, on estime les espèces végétales à environ 10.000 (dont 1.000 essences d’arbres), les vertébrés à 1.200, les insectes à 400.000 (soit 10 à 20% des espèces inventoriées dans le monde !).

En Guadeloupe, 8.000 ha de littoral sont couverts par la mangrove, forêt de palétuviers adaptée à la salinité de ce milieu de vase marine inondé en permanence.

À noter que l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon, collectivité territoriale d’Outre-mer, abrite sur 12% de sa surface terrestre (242 km2) la seule forêt boréale française.

Enfin, en Nouvelle-Calédonie, collectivité relevant d’un statut transitoire, la forêt tropicale sèche ne s’étend plus que sur 4.600 ha (1% de sa surface initiale).

Cette forêt, d’une grande valeur écologique et patrimoniale, a été victime des incendies, des défrichages, du surpâturage et de la surexploitation.

Back to top

Zope 3