| 
More criterions

La forêt, un fragile équilibre en perpétuel mouvement

Un massif forestier, tel qu’il apparaît à un moment donné, est le résultat d’une évolution naturelle ou subie lorsque des perturbations mettent à mal son écosystème.

  • Send to a friend

La reconquête des espaces

Le processus de reconquête des espaces après des perturbations est constamment à l’œuvre en forêt.

Il comprend trois étapes :
- grâce à un apport nouveau de lumière, les graines…Plus sur: La reconquête des espaces

Il en est de la forêt comme de ces places ou rues dont on compare l'évolution en étudiant des cartes postales prises à différentes époques : les clichés montrent bien une ressemblance mais laissent aussi percevoir la transformation progressive des lieux.

Ainsi peut-on mettre en évidence les changements d'une station forestière, aussi bien du fait de sa propre dynamique que d'événements naturels ou de la présence et de l'action de l'homme.

Vie et mort de l’arbre

Un arbre peut vivre longtemps, mais pas éternellement : il naît, se développe jusqu'à sa maturité et dépérit, le tout dans un écosystème qu'il partage avec d'autres espèces végétales complémentaires ou concurrentes.

Cette évolution naturelle marque de son empreinte la forêt, mais à une très grande différence près : l'arbre meurt et disparaît, alors que la forêt, formée d'individus à différents stades de leur développement, se régénère et se renouvelle, sauf cas exceptionnels qui la condamnent tout entière.

Ce cycle dynamique, d'une richesse complexe, est une caractéristique fondamentale de la forêt. Elle comprend notamment les facteurs suivants :

  1. le climat, qui favorise l'implantation de certaines essences, mais en interdit d'autres
  1. la compétition entre essences pour la conquête des espaces. La capacité concurrentielle de chacune d'entre elles détermine son développement spatial et temporel, son aptitude à trouver sa niche dans l'évolution permanente de la forêt
  1. le rôle des organismes du monde animal et végétal
  1. les flux d'énergie et de matières, indispensables à toute croissance forestière et qui jouent un rôle essentiel dans la dynamique des successions des essences, selon qu'elles sont de pleine lumière ou, au contraire, qu'elles requièrent l'ombre ou la demi-ombre.
Le renouvellement naturel montre ici un tapis de jeunes semis au pied des grands hêtres
© Claude Pichard / ONF Le renouvellement naturel montre ici un tapis de jeunes semis au pied des grands hêtres

Des phases d’inhibition ou de perturbation

Cette dynamique des successions n'est pas linéaire.

Elle est marquée de phases d'inhibition (quand la configuration de l'écosystème entrave son évolution jusqu'à ce qu'un facteur extérieur vienne le modifier) et de perturbations (pollutions, aléas climatiques, surdensité de gibiers, attaques sanitaires, surexploitation de ses ressources...). Elle peut se terminer par un épisode d'effondrement quand l'intensité des perturbations prend une telle dimension qu'elles conduisent à un arrêt du fonctionnement de l'écosystème forestier.

La forêt de Bialowieza fournit un bon territoire d'observation du cycle dynamique de la forêt

La forêt de Bialowieza occupe 150.000 ha à cheval sur les territoires polonais et biélorusse.

Ce massif de caractère primaire - sa composition et sa structure n'ont pas été influencées par l'homme - révèle la grande diversité de ses essences végétales et de sa structure verticale, une abondance de bois mort sur pied ou à terre, et la juxtaposition d'ères dont la composition diffère notablement de l'une à l'autre.

La diversité qui marque ainsi la composition de la forêt de Bialowieza n'est rien d'autre que la marque des événements qui ont affecté sa vie : tempêtes, périodes de gel à des périodes inappropriées, inondations, incendies, attaques d'insectes...

Une tornade, par exemple, en provoquant des chablis a pu ouvrir des espaces dans la forêt et créer les conditions d'un micro-écosystème favorable à une faune et une flore qui ne pouvaient se développer jusque-là.

Auto-réparation ou adaptation

Après une tempête, la forêt se reconstruit
© Pierre Baudesson / ONF Après une tempête, la forêt se reconstruit

Face à ces épisodes de perturbation, la forêt ne survit que dans certaines conditions.

Etre capable de réparer les dégâts qui lui sont causés ; de s'adapter ; voire pour certaines espèces de se déplacer si elles trouvent, dans leur voisinage immédiat, un habitat favorable, notamment à un stade de développement dynamique qui permette de retrouver les conditions nécessaires à la réimplantation.

Back to top

Zope 3