+ de critères
 

Le sol, élément majeur pour les forêts

Les végétaux et les êtres vivants tirent du sol une bonne partie de leurs besoins. Les racines y puisent eau, sels minéraux et oligo-éléments.

De la roche au sol

Plusieurs millénaires peuvent être nécessaires pour passer de la roche-mère au sol fertile. Ce processus constitue l’une des composantes de la pédogenèse.

Dans un premier temps,… Plus sur: De la roche au sol

Le sol, véritable usine de recyclage, est le lieu où tout finit et où tout commence.

Sa matière est réserve de nourriture pour les végétaux et milieu physique pour leurs racines. Les êtres vivants y puisent une bonne partie de leurs besoins. Les végétaux s'y fournissent en eau, sels minéraux et oligo-éléments ; de nombreux animaux y trouvent leur nourriture.

Un sol se caractérise par une succession de couches - ou « horizons » - de la litière en surface, à la roche-mère en sous-sol, en passant par l'humus, le sol minéral et la couche d'altération. De composition et de structure différentes, ces horizons constituent son « profil ».

Litière et humus

Au pied des hêtres la décomposition est rapide, il y a peu de litière
Au pied des hêtres la décomposition est rapide, il y a peu de litière © Maurice Dedieu / ONF

Tout finit au sol pour former la litière : branches et feuilles mortes, cadavres d'animaux, déchets d'êtres vivants... Ils vont être convertis en matière organique grâce à l'action des organismes décomposeurs qui les fragmentent, tandis que d'autres digèrent les molécules organiques pour les transformer en éléments simples.

Cette activité biologique participe à la formation de la couche d'humus, réserve de matière organique dans le sol. La décomposition de l'humus libère de l'azote et d'autres éléments nutritifs indispensables à la croissance des végétaux.

L’altération et la roche-mère

Une fosse pédologique présente en superposition les différents horizons du sol forestier
Une fosse pédologique présente en superposition les différents horizons du sol forestier © Erwin Ulrich / ONF

En profondeur, la roche-mère qui s'altère forme un matériau meuble que les racines peuvent prospecter. Elles y puisent les éléments minéraux que la sève acheminera jusqu'au feuillage (lire l'encadré). Ainsi, les richesses du sol sont hissées jusqu'au sommet des arbres.

Dans ce processus de pédogenèse (formation des sols), des échanges s'effectuent entre les différents horizons. La matière organique se mélange à des éléments minéraux sous l'effet conjugué de l'infiltration des eaux de pluie et de l'activité des vers de terre.

A ce titre, les lombrics jouent en rôle important dans l'aération et le brassage de la terre. Ils digèrent les pigments bruns des feuilles de la litière et surtout ingèrent puis excrètent la terre.

Le biodynamisme des sols

Dans un sol meuble, les racines peuvent s'enfoncer profondément
Dans un sol meuble, les racines peuvent s'enfoncer profondément © Erwin Ulrich / ONF

Si chaque sol est constitué d'horizons, cela ne revient pas à dire que tous les sols se ressemblent. Le fonctionnement biodynamique d'un sol est largement déterminé par ses propriétés physiques. Il dépend de la présence d'air, d'eau et d'éléments chimiques, et est variable selon la nature de la roche-mère, la topographie des lieux et le climat.

Un bon biodynamisme favorise le développement de végétaux qui, en milieu forestier, apporteront à leur tour de la substance à la litière du sol. Après transformation, elle deviendra de la matière organique.

La végétation en forêt restitue au sol l'essentiel des richesses qu'elle y puise pour sa propre croissance. La forêt favorise par elle-même le développement de sa fertilité et son maintien, à la différence de l'agriculture qui est amenée à utiliser des compléments de fertilité (engrais).

La fertilité de la forêt est conditionnée par l'aération du sol, son pourcentage d'argile, de limons ou de sable, sa richesse minérale et ses réserves en eau. Le sol le plus fertile portera, naturellement, les arbres les plus beaux, les plus hauts, les forêts les plus denses.

Ressources