+ de critères

 

Un "poumon vert" pour Saint-Quentin-en-Yvelines

Ancien domaine de chasse royal, propriété monastique jusqu’à la Révolution, la forêt domaniale de Port Royal fait aujourd’hui partie du cadre de vie des habitants de Saint-Quentin-en-Yvelines. Lieu de détente pour les riverains, elle recèle de nombreux vestiges historiques tout en participant à l’équilibre du territoire entre espaces naturels et urbanisés.

> La forêt dans son territoire

Illustration
© Nathalie Petrel / ONF

La forêt domaniale de Port Royal est composée de deux parties distinctes. A l’ouest, le plateau de Trappes, au relief marqué par les anciennes extractions de meulière, est traversé par le Rhodon. A l’est, la forêt s’étire sur une mince bande jusqu’à la commune de Magny-les-Hameaux. Elle occupe les versants creusés par le ruisseau de la Mérantaise dans le sous-sol sableux et argileux.

La forêt tient son nom de l’abbaye de Port Royal, propriétaire jusqu’à la Révolution. Elle est gérée par l’ONF, y compris un secteur appartenant à l’Etablissement public d’aménagement (EPA) de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines. Une partie est située dans le Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse, qui se déploie au sud.

L’ensemble se situe dans un secteur très urbanisé. Plusieurs zones pavillonnaires et d’activités jouxtent la lisière, alors que de nombreux axes de circulation traversent ou longent la forêt, offrant de nombreux accès et points de vue sur le massif. Cette proximité entraîne une importante fréquentation par les riverains, en quête de détente et, à la bonne saison, de châtaignes et champignons.

La forêt présente un intérêt ornithologique certain, avec de nombreux passereaux et plusieurs espèces de chauves-souris. Les zones humides des vallons du Rhodon et de la Mérantaise abritent une grande diversité végétale. Un site Natura 2000 a été créé sur le plateau de Trappes.

> Les forestiers en action

Les forestiers cherchent en premier lieu à préserver le rôle de la forêt comme cadre de vie et espace d’accueil pour les riverains et visiteurs. Le traitement en futaie irrégulière, avec des trouées de faible surface, permet de maintenir une ambiance forestière permanente. Cet enjeu paysager est particulièrement important au sud de la forêt où les franges boisées cohabitent avec le plateau agricole et de vieux villages pour composer un ensemble caractéristique très apprécié.

L’essence objectif principale est le Chêne sessile ou, localement, le Chêne pédonculé. D’autres feuillus (Châtaignier, Charme, Frêne...) sont associés en mélange pour favoriser la biodiversité. Le maintien d’arbres morts et la création d’îlots de vieillissement sont également propices à la richesse écologique de la forêt.

L’ONF réalise régulièrement, en lien avec la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, des travaux de création et d’entretien d’équipements d’accueil du public : sentiers, signalétique, aires de pique-nique...

> Les forestiers vous recommandent

La forêt domaniale de Port Royal se prête particulièrement bien à la promenade à pied, à vélo ou à cheval. Les larges allées rectilignes du plateau de Trappes sont idéales pour une balade en famille, alors que les sentiers qui parcourent les vallons du Rhodon et de la Mérantaise sont plus confidentiels.

Plusieurs circuits permettent d’associer la découverte du milieu forestier à celle des villages alentour, mais également de renouer avec l’histoire : si la forêt a hérité des "rigoles" créées sous Louis XIV pour alimenter en eau le parc du château de Versailles, les ruines de l’abbaye de Port Royal remontent au début du XIIIe siècle.

Au cœur du plateau de Trappes, l’ONF a transformé une ancienne grange en maison de la forêt, Hamadryade. Cet espace pédagogique propose de nombreuses animations à destination d’un public scolaire qui peut découvrir la richesse du milieu forestier grâce à une pédagogie active basée sur l’observation et l’expérimentation.

  • Situation : département des Yvelines (78) sur les communes de Magny-les-Hameaux, Trappes, Montigny-le-Bretonneux, Voisins-le-Bretonneux, Chateaufort, Élancourt, Le Mesnil-Saint-Denis et Saint-Lambert-des-Bois 
  • Altitude : de 87 à 172 m
  • Surface : 679 ha
  • Principales essences : Chêne sessile et pédonculé (59%), Châtaigner (14%), Frêne (6%), Bouleau (6%), autres feuillus (14%), résineux (1%)
  • Aménagement forestier : durée de 15 ans, de 2003 à 2017.
Ressources