+ de critères

 

Une hêtraie sapinière imprégnée d’histoire

La forêt domaniale de Meyriat est un ancien domaine des Chartreux acquis par l’Etat à la Révolution. Seuls quelques vestiges témoignent de cette occupation monastique, mais le site a conservé une ambiance calme et reposante appréciée des visiteurs. Essentiellement tourné vers la production de bois, ce massif abrite aussi une grande richesse écologique.

> La forêt dans son territoire

Illustration
© Christine Bru-Malgras

Au sud de Nantua, la forêt domaniale de Meyriat occupe une dépression creusée par l'érosion dans un plateau calcaire légèrement incliné vers le nord-ouest. Elle est entaillée d'est en ouest par le ruisseau du Valey qui s'écoule au fond d'un vallon encaissé et reçoit trois petits cours d'eau intermittents.

Le massif est occupé pour l'essentiel par la hêtraie sapinière. La grande variété des expositions et des sols est cependant à l'origine d'une diversité écologique remarquable. Les secteurs les plus élevés, sur calcaire, côtoient les fonds de vallon au sol riche et humide. On y rencontre le Lis martagon, la Seslérie bleue et la Gagée jaune. La forêt accueille plusieurs espèces protégées, dont le Lynx, le Chat sauvage, la Buse variable, la Chouette de Tengmalm et le Pic noir.

La forêt abrite les vestiges d'une ancienne abbaye de l'ordre des Chartreux, autour de laquelle se concentre l'essentiel de la fréquentation de loisirs. Elle bénéficie d'une desserte aisée par l'A 40, et la RD 31 qui la traverse.

> Les forestiers en action

La forêt de Meyriat est traitée principalement en futaie irrégulière, avec le Hêtre, l'Epicéa et le Sapin comme essences objectifs principales. Les risques liés au changement climatique et au dépérissement des résineux conduisent les forestiers à privilégier la part des feuillus dans les secteurs les moins élevés.

Les objectifs de gestion sont orientés vers la production de bois d'œuvre résineux et feuillu. Ils intègrent des critères écologiques et paysagers : préservation d'arbres creux ou morts, prise en compte des périodes de nidification dans la gestion des coupes, traitement des lisières. Un îlot de vieux bois a été créé le long du ruisseau du Valey. Et une cinquantaine d'hectares, au sud-ouest de la forêt (Châtillonnet), sont entièrement consacrés à la protection du milieu naturel.

Les actions spécifiques à l'accueil du public se concentrent dans le secteur de l'abbaye, peu boisé, et portent essentiellement sur la gestion paysagère des lisières et l'entretien du milieu.

> Les forestiers vous recommandent

Les ruines de l'ancienne Chartreuse et les vestiges encore visibles de l'activité des moines sont le principal attrait de la forêt de Meyriat. Niché dans un vallon au cœur du massif, le site a préservé son ambiance calme et sereine. C'est un lieu de détente idéal aménagé pour l'accueil des familles (aires de pique-nique, panneau d'information).

Deux sentiers balisés y sont proposés : le circuit de la Correrie et celui des Cascades. Accessibles à un public familial, ils invitent à découvrir plusieurs curiosités de la forêt : étangs, points de vue, restes de scieries, arbres sculptés. Ils permettent aussi l'accès au Sapin Président qui, du haut de ses 40 mètres et de son grand âge (trois siècles !), témoigne de cette tradition jurassienne qui consiste à honorer le plus bel arbre de la forêt.

A voir également, le long du ruisseau du Valey, des épicéas columnaires. Leur forme typique résulte de leur parfaite adaptation aux rigueurs de l'hiver. Elle rappelle aussi que la forêt de Meyriat, malgré son altitude modeste, a toutes les caractéristiques d'une forêt de montagne.

> Pour en savoir plus

  • Situation : département de l'Ain (01), sur les communes de Brenod, Chevillard, Condamine-la-Doye, Outriaz et Vieu-d'Izenave
  • Altitude : de 590 à 1100 m
  • Surface : 622 ha
  • Principales essences : Sapin (51%), Epicéa (29%), Hêtre (16%), autres feuillus et divers (4%) 
  • Aménagement forestier : 20 ans, de 2008 à 2027.
Ressources