+ de critères

 

Une hêtraie sapinière en cours de reconstitution

La forêt domaniale des Coulmes est située à l’ouest du massif du Vercors. Elle provient de l’acquisition par l’Etat dans les années 1920 et 30 d’un ensemble de parcelles communales et privées qui étaient soumises à une exploitation intensive : coupes, charbonnage, pâturage. Depuis, la gestion forestière a pour objectif de retrouver la futaie d’origine, mélange de hêtres et résineux, tout en assurant l’accueil du public et la protection de la biodiversité.

> La forêt dans son territoire

Illustration
© Alain Blumet / ONF

La forêt domaniale des Coulmes occupe un plateau bordé par les hautes falaises de Malleval au nord et les gorges de la Bourne au sud. Elle est constituée de quatre ensembles étroitement imbriqués avec des forêts communales, l'ensemble présentant un couvert forestier dominé par la hêtraie et, dans une moindre mesure, la hêtraie sapinière. La forêt est située dans le Parc naturel régional du Vercors.

La nature calcaire du sous-sol est à l'origine d'un important réseau karstique. Les eaux de surface sont donc quasi inexistantes car les précipitations s'infiltrent rapidement pour ressortir au pied des falaises périphériques sous forme de résurgences. La forêt joue ainsi un rôle essentiel de filtrage pour les eaux qui alimentent les communes en contrebas (captage des grottes de Choranche).

Crêtes, creux et mamelons se succèdent pour former une mosaïque de milieux (zones rocheuses et éboulis, forêts et taillis, cuvettes humides, pelouses...) et une grande richesse écologique. On y trouve des plantes typiques des milieux montagnards (Lys Martagon, Sabot de Vénus, Houx) mais aussi des orchidées caractéristiques de secteurs plus méridionaux.

La faune sauvage témoigne également de cette richesse, en particulier les oiseaux. Le couvert forestier abrite la Gélinotte des bois, le Pic noir et la Chouette de Tengmalm, alors que le Faucon pèlerin et l'Aigle royal trouvent dans les falaises des sites de nidification idéals.

> Les forestiers en action

La forêt des Coulmes est traitée pour l'essentiel en futaie jardinée, avec le Hêtre comme essence principale. Dans les secteurs les plus favorables, l'essence objectif est le Sapin ou l'Epicéa. La moitié de la forêt est constituée de taillis qui produit du bois de chauffage. Les peuplements de résineux fournissent du bois d'œuvre pour la charpente et la fabrication de palettes. L'exploitation forestière prend soin de ne pas créer de trouées trop importantes afin de préserver les sols, fragilisés par leur faible épaisseur.

Les forestiers adoptent des mesures favorables à la biodiversité : restauration de mares, maintien d'arbres morts, de zones ouvertes, et d'espèces végétales assurant l'alimentation de la Gélinotte...

L'accueil des visiteurs est un enjeu important. En lien avec les collectivités locales, plusieurs actions ont été engagées afin de restaurer d'anciens hameaux abandonnés comme la Goulandière et la Siva, au sud de la forêt. Avant chaque coupe, les forestiers recensent d'éventuels vestiges témoignant d'une occupation humaine ancienne (habitat, citernes, sentiers bordés de lauzes) pour les protéger. Ils s'attachent aussi à créer des fenêtres paysagères qui offrent des perspectives lointaines.

> Les forestiers vous recommandent

La forêt des Coulmes est fréquentée en toutes saisons. Si le site est réputé en hiver pour le ski de fond et les balades en raquettes, il offre le reste de l'année de nombreuses possibilités de randonnées à pied, à VTT ou à cheval. Un GR® de Pays fait le tour du massif en deux ou trois jours, en passant par Presles, Malleval, les Rimets et la Goulandière. Les routes d'accès au massif sont pittoresques et impressionnantes, particulièrement cette reliant Pont-en-Royans au village de Presles.

Les belvédères exceptionnels des Coulmes sont un objectif de balade à part entière. Au nord, Serre Cocu s'ouvre sur la vallée de l'Isère et ses noyeraies, alors que le bec de Neurre domine le cirque de Malleval. Au sud, le pas du Ranc permet de voir le Grand Veymont, à l'autre extrémité du Vercors.

Les promeneurs apprécient aussi de découvrir les anciens hameaux restaurés de la Goulandière et de la Siva reliés par un sentier. On y présente la vie d'autrefois et des pratiques disparues telles que la production de charbon de bois.

A proximité et au pied du massif des Coulmes, plusieurs sites méritent une visite, en particulier la grotte de Choranche, les gorges de la Bourne, le canyon des Écouges et, pour les amateurs d'escalade, les falaises de Presles.

  • Situation : département de l'Isère sur les communes de Presles, Rencurel, Izeron, Malleval, Choranche et Saint-Pierre-de-Chérennes
  • Altitude : de 750 m à 1475 m
  • Surface : 1.563 ha
  • Principales essences : Hêtre (55%), Epicéa (18%), Sapin (13%), autres feuillus (10%)
  • Aménagement forestier : durée de 20 ans, de 2006 à 2025.
Ressources