+ de critères

 

Une belle hêtraie à proximité de Dieppe

Vestige de l'ancienne forêt d'Aliermont, la forêt domaniale d'Arques a appartenu aux Ducs de Normandie avant de devenir royale après le rattachement de la Normandie à la Couronne de France, puis domaniale après la Révolution. Deux acquisitions sont venues compléter la forêt, le Bois de la Baronne en 1925, et le Bois de Florence en 1981.

> La forêt dans son territoire

Illustration
© Anne-Marie Granet / ONF

Située en Seine-Maritime, aux portes de Dieppe, la forêt domaniale d'Arques forme un promontoire qui domine les vallées de l'Eaulne, au Nord, et de la Béthune, au Sud.

La forêt est composée essentiellement de hêtres, mais aussi de jeunes chênes et de résineux. Elle abrite une faune et une flore variées. Trois habitats d'intérêt communautaire ont été identifiés - la Hêtraie à jacinthe, la Hêtraie à lauréole et la Hêtraie à houx -, et plusieurs espèces floristiques remarquables, dont la Fougère des montagnes, la Laîche fausse brize et la Petite Pirole.

Ses mares et ses vieux peuplements, appréciés des chauves-souris (Noctule commune, Grand Rhinolophe, Barbastelle) et des oiseaux (Pic mar), contribuent à la biodiversité de cette forêt répertoriée Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

> Les forestiers en action

Aménagée en futaie régulière, Arques produit du bois d'œuvre de qualité (Hêtre, Chêne). Face au vieillissement des peuplements, d'importants efforts de renouvellement sont nécessaires, tout en veillant à préserver la biodiversité et les paysages.

Le Hêtre reste l'essence objectif principale mais les forestiers ont choisi de diminuer sa part en faveur du Chêne, mieux à même de supporter le réchauffement climatique. La proportion actuelle de résineux sera conservée et les essences les mieux adaptées (Mélèze, Douglas) favorisées.

La conservation d'un à deux arbres morts et à cavités par hectare, et la mise en place d'îlots de vieux bois, permettront de conserver des habitats propices aux chauves-souris et oiseaux.

L'équilibre entre le gibier (chevreuil, sanglier) et la forêt est aussi recherché. Il s'agit pour les forestiers de réguler les populations et de diminuer ainsi les dommages aux jeunes plantations.

> Les forestiers vous recommandent

Ne manquez pas le point de vue de la Pyramide, face au château d'Arques-la-Bataille. En 1589, au pied des remparts du château, Henri IV mit en déroute une armée de 30.000 hommes conduite par Charles de Mayenne. Admirez la vue sur les vallées de la Varenne et de l'Arques. Au loin, horizon et mer se confondent...

Le carrefour des quatre quartiers et le rond Henri IV permettent de rayonner à pied, à cheval ou en vélo sous la hêtraie ; l'aire du champ de tir propose des tables-bancs pour une halte au frais.

Peut-être croiserez-vous l'un des doyens de la forêt ? Du haut de ses 200 ans, le hêtre Montariol affiche un port majestueux. Et le vieux hêtre dit "de la porteuse d'eau" aurait été gravé il y a plus d'un siècle...

> Pour en savoir plus

  • Situation : département de Seine-Maritime, sur les communes de Ancourt, Arques, Martin-Église, Saint-Aubin
  • Altitude : de 30 à 130 m
  • Surface : 999 ha
  • Principales essences : Hêtre (71%), Chêne sessile (9%), autres feuillus (8%), Pin sylvestre (4%), autres résineux (8%)
  • Aménagement forestier : de 2012 à 2031.
Ressources