+ de critères

 

Une vaste chênaie à 30 km au sud-est de Paris

A l'origine, la forêt faisait partie de l'immense forêt briarde. Au XIe siècle existait encore un massif d'un seul tenant, appelé "forêt de Ferrières" en référence au fer travaillé localement dans les forges. Territoire de chasse des rois de France, puis de propriétaires privés après la Révolution - dont la famille Pereire et le baron de Rothschild -, la forêt d’Armainvilliers fut rachetée par l’Etat en plusieurs étapes à partir de 1936.

> La forêt dans son territoire

Illustration
© Anne-Marie Granet / ONF

Située à 30 km au sud-est de Paris, sur le plateau de la Brie, la forêt d’Armainvilliers fait partie de la ceinture verte d’Ile-de-France, au cœur d’un territoire en pleine expansion urbaine. Cette vaste forêt est composée de quatre parties bien distinctes car séparées par de grandes routes et une ligne de RER : le massif d’Armainvilliers, le parc Pereire, le bois Prieur et le bois de Beaubourg. Ce massif domanial a été constitué au XXe siècle grâce à la volonté politique de préserver de vastes espaces boisés à proximité de Paris.

C'est un lieu de promenade et de détente apprécié des riverains qui sont nombreux à la fréquenter.

Ses sols fertiles sont favorables à la production de Chêne sessile et de nombreux autres feuillus. Riche en milieux humides, elle abrite plusieurs étangs et des espèces faunistiques et floristiques remarquables comme le Grand sylvain (un papillon), la Bondrée apivore, le Pic noir ou la Grande utriculaire, une plante carnivore liée aux mares permanentes.

> Les forestiers en action

Le Chêne sessile est l’essence privilégiée par les forestiers. L’aménagement prévoit le renouvellement à partir des graines issues des grands arbres (régénération naturelle) et le maintien d’essences diversifiées favorables à la biodiversité. Dans les zones où le paysage forestier est particulièrement apprécié (proximité des axes de circulation et des habitations, secteurs très fréquentés), un couvert forestier permanent est préservé grâce à une sylviculture adaptée.

Compte tenu du contexte très urbanisé dans lequel s’insère la forêt, la biodiversité forestière est un enjeu particulièrement important. Les forestiers attachent une attention particulière à la préservation de milieux ouverts et des zones humides, et au maintien d’arbres morts ou sénescents à l’intérieur des peuplements.

La chasse est pratiquée sur le massif pour maintenir les populations de chevreuil à leur niveau actuel, compatible avec le développement des jeunes arbres dont ces animaux sont réputés friands.

La fréquentation du public est importante et certains sites font malheureusement l'objet de dégradations. Avec les collectivités, les forestiers se mobilisent pour lutter contre la détérioration des équipements et les dépôts d’ordures.

> Les forestiers vous recommandent

L’aire d’accueil de la Barrière Noire, en bordure de la RD 350, est le principal point d’entrée en forêt. Vous y trouverez un étang aménagé pour la pêche et l’agrément ainsi qu’une longue allée forestière qui vous mènera jusqu’à la forêt régionale de Ferrières, au nord.

Coupé du reste du massif par la voie ferrée, le site inscrit du parc Pereire a conservé son caractère paysager d’origine et renferme de majestueux arbres d’espèces ornementales, ainsi qu’un agréable étang. Clément Ader y a fait voler le premier avion. Un golf jouxte la forêt.

  • Situation : département de Seine-et-Marne, sur les communes de Chevry-Cossigny, Croissy-Beaubourg, Favières, Gretz-Armainvilliers, Ozoir-la-Ferrière, Pontcarré, Roissy-en-Brie
  • Altitude : de 106 à 115 m
  • Surface : 1.523 ha
  • Principales essences : Chêne pédonculé (36%), Chêne sessile (32%), Charme (13%), autres feuillus (19%)
  • Aménagement forestier : de 2015 à 2034.
Ressources