+ de critères

 

Parcours dans les arbres : à la découverte

Il y a ceux qui marchent en forêt, les semelles sur le sol ferme. Il y en a d’autres qui arpentent les arbres et dansent avec les cordes. Découverte de cette pratique aérienne portée en quatre verbes, le nez dans les feuilles…

Se déplacer

Etre ni piéton ni oiseau mais un peu des deux, ou bien écureuil ?
Etre ni piéton ni oiseau mais un peu des deux, ou bien écureuil ? © Camors-adventure-forest

La randonnée itinérante dans les arbres consiste à effectuer un parcours d'arbre en arbre, en toute sécurité grâce à des câbles.

Une fois en hauteur, le voyage s'effectue à quatre membres : les deux jambes bien sûr, mais aussi les deux bras. A la différence de l'escalade, les efforts sont mesurés : ponts de singe, tyrolienne, pendule permettent de traverser la canopée en éprouvant de jolies sensations.

Petit à petit, l'assurance gagne et libère l'esprit.

S’arrimer

Le parcours se pratique avec un équipement de sécurité homologué, très proche de celui utilisé par les spéléologues et les élagueurs.

Après une explication des techniques de grimpe, le baudrier enfilé et les mousquetons vissés, le voyageur dispose de deux raccords de sécurité de couleurs différentes. Le principe consiste à rester continuellement relié à un câble par l'une au moins de ces fixations. La sécurité est alors garantie, car tous les arbres porteurs ont été sélectionnés pour leur capacité à supporter des agrès et pour leur équilibre et ancrage au sol.

Embrasser

En hauteur, la forêt offre une vision originale et démultipliée.

Le rapport à l'espace change, le voyageur se porte au centre de la sphère forestière qu'il redécouvre au-dessus, au-dessous, devant lui et avec un horizon à 360°. Une nouvelle perception qui lui permet d'avoir l'impression d'embrasser la forêt.

Des sensations qui se renouvelleront tout au long du parcours et des modes de déplacement proposés.

Apprécier

Le monde de la hauteur s'apprécie aussi pour sa lumière moins filtrée, pour ses odeurs aériennes et non plus terrestres, pour ses courants d'air doux...

Si la peur du vide peut exister au début, elle est souvent vite surmontée et le voyageur, libéré, apprécie toutes ces nouvelles sensations. Pour certains, les souvenirs d'enfance ressurgissent ; pour les autres, c'est l'occasion de goûter aux joies de la grimpe et de le faire partager à ses enfants.

Ressources