+ de critères

 

Calculer la hauteur d'un arbre : connaissance

Quel qu’il soit et où que ses racines soient fixées, que recherche un arbre ? A manger : ses racines se chargent de puiser ce qu’il lui faut dans le sol. Quoi d’autre ? La lumière ! En effet, elle lui est indispensable. Cette quête des rayons du soleil explique beaucoup de choses.

QUIZZ

Qui sont les plus grands arbres du monde ?



Plus sur: QUIZZ

En solitaire ou en équipe ?

Pour grandir, j'ai besoin de place et de lumière, alors je monte en hauteur
Pour grandir, j'ai besoin de place et de lumière, alors je monte en hauteur © Alain Blumet / ONF

Un arbre, imaginons un chêne par exemple, n'aura pas du tout la même allure s'il se trouve isolé dans un parc ou entouré d'une ribambelle de petits et de grands frères en forêt.

La différence : coincé entre des congénères désireux eux aussi d'exposer leurs feuilles au soleil, le chêne va grandir le plus haut possible vers cette lumière qui l'attire.

Conséquence : son tronc sera plutôt fin et avec peu de branches basses. En effet, ainsi à l'étroit, l'arbre n'a pas d'intérêt à se développer en « largeur », mais plutôt à concentrer son énergie vers sa cime.

Dans un parc, un tel chêne n'aura pas ces soucis. Sans concurrent qui lui fasse de l'ombre, il n'aura pas besoin de se hisser si haut et déploiera branches et feuilles presque dès la base du tronc.

INSOLITE : non, les arbustes ne sont pas des bébés arbres !

Tu as déjà entendu parler des arbustes, peut-être en as-tu dans ton jardin, mais sais-tu pourquoi ils restent petits ? Il est vrai que certains forment des haies que l'on coupe régulièrement, mais en forêt, personne ne vient les tailler !


Explication : cela vient de la façon dont ils grandissent. En effet...

  • Pour que les arbres poussent normalement vers le haut, ils possèdent à leur sommet un bourgeon particulier qui s'appelle le « bourgeon terminal ». En dessous, les diverses branches se terminent par des bourgeons qu'on appelle « bourgeons latéraux ».
  • Chaque année, les branches se prolongent en grandissant à partir de ces divers bourgeons. Sauf que pour la plupart des arbres, les chênes, les hêtres, ou encore les bouleaux, la branche qui sort du bourgeon terminal est toujours plus grande que les autres, c'est pour cela que les branches du dessous restent plus basses.
  • Chez les arbustes, c'est l'inverse : les branches qui poussent à partir des bourgeons latéraux sont plus longues que celle du bourgeon terminal, qui finit par se faire rattraper. Ceci explique l'aspect « touffu » des arbustes, et le fait qu'ils ne s'élèvent jamais très haut.

LE SAIS-TU ?
A chaque arbre, son chemin vers la lumière

La lumière est donc un facteur important, mais elle n'explique pas tout. Certains arbres poussent naturellement plus haut que d'autres : un frêne par exemple est toujours plus grand qu'un érable champêtre.

Son âge (forcément, les plus vieux ont eu le temps de se hisser plus haut), l'influence de son environnement (la qualité du sol) sont d'autres facteurs importants.

Ressources