| 
+ de critères

Les résineux

  • Envoyer à un ami
Mon écorce moirée dessine des craquelures en méandre
© Maurice Dedieu / ONF Mon écorce moirée dessine des craquelures en méandre

Membre de la famille des Pinacées, comme le Sapin et l'Epicéa, mon nom est Pinus sylvestris en latin. En français : Pin sylvestre, Pin d'Ecosse, Pin de Haguenau, Pin sauvage, Sapin rouge du Nord.

Pinus est le nom latin du Pin parasol, sylvestris signifie "sauvage, loin des habitations".

Comme tous les pins, je suis plutôt social et je colonise les espaces vides.

Mais je n'apprécie guère la concurrence d'arbres plus grands que moi : j'ai besoin de lumière !

Un arbre de reboisement

Mon écorce caractéristique est d'un rose saumoné
© Alain Blumet / ONF Mon écorce caractéristique est d'un rose saumoné

Avec mes cousins, les pins d'Alep et les pins maritimes, nous couvrons 20% de la forêt française.

En fait, je m'adapte très bien à mon habitat et présente ainsi des écotypes variés.

Je me répartis de la Sibérie à l'Espagne. Grâce à mon système radiculaire et à ma racine pivotante, je m'implante profondément dans le sol.

J'apprécie la montagne, les sols sablonneux ou gravillonneux mais je supporte moins les terrains calcaires !

Mon caractère facile fait de moi un arbre très utilisé pour le reboisement.

En France, je suis présent partout sauf dans le Sud-Ouest et sur le littoral méditerranéen, investis par mon cousin maritime ; j'abonde notamment dans les zones de montagnes, comme le Sud du Massif-Central et des Alpes.

Un houppier caractéristique

En futaie, je dresse mon fût élancé jusqu'à 35 m de haut. Si je pousse librement, mon tronc est plutôt tordu.

Quant à mon houppier, il est large et étayé, légèrement pyramidal.

Le bas de mon tronc est dégagé car les branches les plus basses sèchent et tombent.

Mon écorce pourpre-grise pèle par plaques minces irrégulières.

Longues de 4 à 7 cm, mes aiguilles d'un beau vert-bleu s'égayent de reflets argentés. Généralement un peu tordues, elles s'insèrent à la base par paire dans une gaine.

De petits cônes

Grand arbre, je porte pourtant de petits cônes
© Anne-Marie Granet / ONF Grand arbre, je porte pourtant de petits cônes

Je porte mes fleurs mâles jaunes à la base des rameaux et mes fleurs femelles rouges à l'extrémité. Le tout sur un même pied : je suis monoïque.

Mes petits cônes apparaissent en septembre : ovoïdes, de 3 à 4 cm, dressés, ils sont d'abord rouge avant d'aborder un brun fauve clair.

Je fructifie tous les deux à trois ans.

Une forte résistance

Pin de Haguenau et de Wangenbourg au Nord de l'Alsace, je suis le roi des pins sylvestre, royal par ma hauteur jusqu'à 40 m mais aussi par les qualité de mon bois. Sinon, mon bois a des propriétés variables suivant mes origines et mes conditions de croissance.

Mon cœur rougeâtre est de meilleure qualité que mon aubier jaune périphérique.

J'offre une très forte résistance mécanique en compression, en flexion et aux chocs et suis finalement aisé à travailler : usinage, clouage, vissage, collage ne me posent pas de problème.

On m'utilise pour les charpentes classiques et lamellé-collé, pour la menuiserie du bâtiment, les parquets, la fibre d'emballage et la papeterie.

Les grosses billes fournissent du bois de déroulage pour panneau de contreplaqué.

Certains pins sylvestres poussent très droits et très élancés, comme le Pin de Haguenau
© Christian Pocachard / ONF Certains pins sylvestres poussent très droits et très élancés, comme le Pin de Haguenau

Haut de page

Zope 3