| 
+ de critères

Les résineux

  • Envoyer à un ami

Le vrai sapin, c'est moi !

Sapin à gauche, Epicea à droite : notez la différence de silhouette
© Jean-Marc Brezard / ONF Sapin à gauche, Epicea à droite : notez la différence de silhouette

Abies pectinata ou Abies alba en latin ; Sapin blanc, pectiné ou argenté , Sapin commun, Sapin des Vosges en français.

Le mot Abies qui définit le genre auquel j'appartiens vient d'un verbe latin signifiant "disparaître de la vue", car les nuages cachent parfois ma haute cime.

Pourquoi deux noms latins pour un seul arbre ? Parce qu'ils illustrent chacun une de mes caractéristiques.

  • Pectinata se réfère à mes aiguilles disposées de chaque côté du rameau, telles les dents d'un peigne (pectina en latin)
  • Alba signifie blanc et se réfère à la blancheur argentée de mon tronc.

On me retrouve à des altitudes variant de 400 à 1800 mètres, des Pyrénées aux montagnes de l'Europe centrale.

En France, je couvre 4% du territoire forestier.

Peu m'importe la nature du sol, à condition qu'il soit frais, drainé et peu compact. Il faut aussi que je puisse m'enraciner profondément !

Quant au climat, je suis assez exigeant : il me faut de l'air humide, assez froid et de nombreuses précipitations.

De plus, je crains les gelées tardives et les fortes chaleurs d'été.

Mes cônes font la chandelle

Mes cônes sont dressés, à la différence de ceux de l'Epicéa
© Michel Bartoli / ONF Mes cônes sont dressés, à la différence de ceux de l'Epicéa

Tout comme mon cousin l'Epicéa, avec qui on me confond, j'appartiens à la famille des Pinacées.

Je suis également un conifère car je porte des cônes.

Les miens sont cylindriques, gros, brun rouge et se dressent (10 à 15 cm) sur les branches. Ils ne tombent jamais au sol, mais se désarticulent en libérant graines et écailles. Il ne reste sur la branche qu'une pointe dressée : la chandelle.

Mes aiguilles sont vert foncé, plates et peu piquantes car leurs bouts sont arrondis.

A la différence de l'Epicéa, elles ont deux bandes blanches sur la face inférieure. Elles mesurent entre 2 et 3 cm et laissent une empreinte circulaire sur le rameau quand on les arrache.

Quand l'hiver arrive, je garde mes aiguilles.

Sapin blanc - sapin noir

Mon écorce se noircit au fil des ans
© Jean-Pierre Chasseau / ONF Mon écorce se noircit au fil des ans

De forme étroite, avec des branches horizontales, j'atteins une hauteur de 40 à 50 m.

Je peux vivre jusqu'à 300 ans ! On me récolte entre 120 et 150 ans.

Je suis une espèce monoïque, je porte les fleurs mâles et les fleurs femelles sur un même pied. Mes nombreux chatons mâles sont jaunâtres et globuleux tandis que les femelles sont plus rares et érigées.

A partir de 60 ans, je fructifie tous les 2 à 3 ans.

Ma jeune écorce lisse et gris argenté se crevasse et se noircit au fil des ans d'où mon double nom de sapin blanc et sapin noir.

Je suis facile à travailler

Mon bois blanc-jaunâtre est de bonne qualité et facile à travailler.

Je suis utilisé en bois de charpente, de menuiserie et de caisserie.

Jadis, en incisant mon tronc, on obtenait de la térébenthine des Vosges (ou de Strasbourg ou d'Alsace) aux propriétés expectorantes, balsamiques et antiseptiques.

Zoom : comment nous différencier, l'Epicéa et moi ?

Le rameau de Sapin pectiné porte les aiguilles sur deux plans
© Maurice Dedieu / ONF Le rameau de Sapin pectiné porte les aiguilles sur deux plans


Ses aiguilles possèdent trois faces et "roulent" donc entre les doigts. Alors que les miennes n'en ont que deux et ainsi ne peuvent pas "rouler".

Mes aiguilles sont arrondies en bout, celles de l'épicéa sont piquantes.

Enfin, retirer une de mes aiguilles laisse une cicatrice nette, par contre avec l'aiguille d'Epicéa vient un petit morceau d'écorce.

Haut de page

Zope 3