Grande Chartreuse, Forêt d'Exception® : un patrimoine historique au cœur des Alpes

La forêt domaniale de Grande Chartreuse, au cœur du Parc naturel régional de Chartreuse et de l’agglomération de Grenoble, forme un territoire porteur de projets dynamique. Forêt emblématique à forte valeur patrimoniale, son identité est liée à l’histoire, au paysage montagnard et à la présence du Monastère de la Grande Chartreuse. Découvrez ce territoire exceptionnel.

Le contexte

Avec ses 8 500 hectares, la forêt de Grande Chartreuse est la plus grande forêt domaniale des Alpes gérée par l’Office national des forêts (unité territoriale de Chartreuse). Elle constitue le cœur forestier du Parc naturel régional de Chartreuse et s’étend sur 12 communes réparties sur le territoire de 4 intercommunalités.

Tout en fournissant du bois de grande qualité, elle accueille une grande richesse en faune et en flore, et offre en même temps un espace naturel aux habitants des agglomérations voisines. Haut lieu de mémoire et d’histoire, le monastère de l’ordre des Chartreux a façonné les lieux et initié le développement de ce massif exceptionnel.

Une forêt de montagne aux visages multiples

Située entre 450 et 2060 mètres d’altitude, la forêt domaniale de la Grande Chartreuse regroupe en une même entité des cours d’eau, des forêts, des pâturages, des pelouses sèches, des prairies alpines, des zones d’éboulis et des falaises... Aux chênes pubescents et aux chênaies à charme des étages inférieurs succèdent un peu plus haut des hêtres, des hêtraies sapinières, et des feuillus tels que des érables. Plus en hauteur, pins à crochets et épicéas dominent.

Aup du Seuil, massif de Chartreuse - ©Guillaume Laguet / PNR Chartreuse

L’empreinte des Chartreux, installés depuis 900 ans dans le massif, est encore visible dans le façonnage de ces paysages restés sauvages et exploités raisonnablement. Ainsi, les pâturages représentent 22% du territoire.

Au sein des surfaces boisées, couvrant 70% de la forêt domaniale, les ambiances paysagères sont très contrastées. La futaie jardinée de sapins, d’épicéas et de hêtres baigne dans une ambiance très forestière. Les éclaircies réalisées par les forestiers ont permis de varier les luminosités et de faire apparaître une diversité d’éléments : sous-bois dense, hautes futaies, mélange feuillus/résineux.

Un patrimoine naturel riche et diversifié

La multiplicité des altitudes, des expositions explique en partie la très grande biodiversité présente dans cette forêt. Caractéristiques des forêts anciennes, certaines espèces sont considérées comme typiques de la Grande Chartreuse. La forêt recèle plus de seize espèces dites rares, comme l'orchidée Sabot de Vénus ou la Vulnéraire des Chartreux.

La prépondérance d’acteurs socio-économiques engagés dans la préservation du patrimoine naturel conduit à identifier, aux côtés des secteurs exploités durablement, des espaces naturels à laisser en libre évolution ou à protéger, comme les sites classés Natura 2000, la Réserve naturelle nationale des Hauts de Chartreuse ou les réserves biologiques intégrales de l’Aulp du Seuil ou de Malissard.

De cette grande diversité d’habitats découle une grande richesse des écosystèmes et des espèces.

Le Guiers Mort, cours d’eau traversant la forêt labellisé Rivières Sauvages en 2019, constitue un véritable corridor écologique pour les espèces aquatiques, terrestres et volantes (truite Fario, rosalie des Alpes, cincle plongeur…).

La quiétude des espaces favorise le développement de la faune : des espèces sensibles s'y maintiennent, comme les petites chouettes de montagne (Chevêchette, Tengmalm) et les galliformes de montagne (Gélinotte des bois, Tétras lyre).

La Grande Chartreuse abrite la quasi-totalité des grands mammifères de montagne de l’Europe occidentale. Héritage d’une bonne gestion cynégétique par les chasseurs et les forestiers, les populations de chamois, chevreuil, cerf élaphe, mouflon et sanglier ont pu être restaurées, installées sur le massif domanial. Bien qu’en faible nombre, le lynx d’Europe, grand prédateur de retour dans le massif depuis 1990, occupe discrètement les lieux.

Un espace naturel en lisière de grandes villes

Vue de l'agglomération grenobloise depuis le Saint-Eynard - ©Guillaume Laguet / PNR Chartreuse

Préservé par les Chartreux et les gestionnaires, la forêt se trouve aux portes des agglomérations grenobloise (450 000 habitants) et chambérienne (137 000 habitants), de la vallée du Grésivaudan (104 000 habitants), de la ville de Voiron (91 000 habitants) et à moins d’une heure de Lyon (1 million d’habitants).

Elle reçoit des centaines de milliers de visiteurs chaque année. Les promeneurs y recherchent toute l’année des espaces de loisirs, de détente ou sportifs, et de la fraîcheur en été, dans ce massif davantage soumis aux précipitations et à l’humidité que ses voisins.

L'empreinte des Chartreux

Les moines Chartreux se sont installés sur les terres du massif en 1086. Ils y ont construit dès le XIIe siècle le monastère de la Grande Chartreuse, qui a étendu peu à peu son emprise jusqu’à la surface actuelle de la forêt domaniale. L’histoire et l’essor économique du massif sont étroitement liés au monastère. Les moines y ont développé une industrie métallurgique, favorisé l’exploitation des bois et initié le pastoralisme.

Le monastère de la Grande Chartreuse - ©Carlo d'Alessandro / ONF

La production de bois, un rôle important de la forêt

La production de bois dans un massif riche en faune, flore, en patrimoine historique, et accueillant de nombreux visiteurs, doit être respectueuse de cette identité. La gestion durable menée en concertation avec les gestionnaires préserve cet équilibre. La récolte de bois façonne le paysage et reste un enjeu économique fort pour la filière locale.

Depuis 2018, l’attribution du 1er label AOC Bois de France à la Chartreuse récompense un savoir-faire ancestral en matière sylvicole.

©ONF

Les axes stratégiques du projet

Portées par de nombreux partenaires et déclinées dans les contrats de projet, les grandes orientations du projet Grande Chartreuse, Forêt d’Exception® se développent autour de quatre enjeux :

  • Exploration de la relation hommes, forêt et société : révéler, partager et faire vivre l’identité "forêt de la Grande Chartreuse"
Un pont entre la forêt et les hommes - ©ONF

La forêt de la Grande Chartreuse et la culture associée sont un patrimoine en soi mêlant histoire, usages et symbolique et imaginaire. Cet enjeu consiste à découvrir quels sont les comportements, les symboles, les valeurs associées à la forêt domaniale. Puis à analyser comment prendre conscience de cette richesse collective, la partager, permettre son appropriation, puis mise en valeur.

  • Le bois, un patrimoine (pas) comme les autres : produire, mobiliser et valoriser le bois de façon innovante et respectueuse de l’identité de la forêt de Grande Chartreuse

L’exploitation forestière liée à l’industrie, la récolte des gros bois résineux, sont l’héritage de décennies de gestion. Elles marquent l’identité de la Chartreuse. La production est un enjeu économique fort pour le propriétaire et pour la filière locale. La mobilisation du bois nécessite la création de dessertes, qui concentrent pour la plupart des enjeux forts (sociaux, environnementaux, paysagers...). Les projets sont donc concertés à l’échelle de la forêt domaniale.

  • Conforter et harmoniser la dimension multifonctionnelle de la gestion forestière de montagne en renforçant la prise en compte de tous les patrimoines
©P. Jager / ONF

Les richesses de la forêt domaniale résultent d’une longue histoire homme-forêt et de la gestion publique (Etat). Le patrimoine naturel fait l’objet d’inventaires et de mesures de protection. Par ailleurs, la gestion forestière courante intègre un certain nombre de "bonnes pratiques" mais qui ne sont pas encore évaluées. Il en est de même du patrimoine historique et archéologique présent en forêt. Le pastoralisme et la chasse comme activités de gestion de l’espace, du paysage et de la faune feront l’objet d’une prise en compte dans la démarche de concertation.

→ A lire aussi : La Chartreuse en aquarelle ©Patrick Jager

  • Territoire de sport de nature, forêt périurbaine productrice de bois : répondre à une demande sociale forte en forêt de Grande Chartreuse
Place de dépôt en forêt domaniale, proche des sites d'accueil du public - ©ONF

Du fait de sa proximité avec les grandes agglomérations de Lyon, Chambéry et Grenoble, la forêt domaniale de la Grande Chartreuse est un fort objet social d’attentes en évolution. En tant que territoire de sport de nature et forêt périurbaine productrice de bois, la réflexion doit porter sur la façon de partager l’espace, pérenniser les patrimoines, préserver l’accès public, tout en répondant aux attentes de la filière bois et du territoire.

Découvrez la Grande Chartreuse en images

©ONF / PNR Grande Chartreuse