Relever les grands défis énergétiques et climatiques avec la filière forêt-bois

En France, avec près de 70 millions de tonnes de CO2 captées chaque année, la forêt et le bois participent activement à la lutte contre le réchauffement climatique.
©Dominique Bastien / ONF

Le bois, un matériau écologique

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte fixe une réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030. Elle prévoit également de réduire de 30% la consommation énergétique primaire d'énergies fossiles (pétrole, charbon et gaz). Matériau renouvelable par excellence, le bois est un levier essentiel pour atteindre ces objectifs.

Dans le secteur de la construction, l’utilisation du matériau bois permet de stocker du carbone, d’augmenter la qualité des propriétés thermiques des bâtiments, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Par exemple, le processus de fabrication d’une poutre en bois s'avère infiniment moins énergivore que celui d’une poutre en acier ou en béton.

Le saviez-vous ?

Pour 1 kWh issu du bois bûche disposant d’un faible taux d’humidité, seuls 40 grammes de CO2 sont rejetés : c'est 10 fois moins que pour une énergie fossile comme le fioul. Le développement du bois énergie permet également pour les ménages de réduire considérablement les factures énergétiques en les divisant de moitié.

©Romain Perrot / ONF

La première des énergies renouvelables en France

Le bois représente à lui seul 47% des énergies renouvelables. Pourquoi renouvelable? Tout simplement parce que la forêt se reconstitue sur une période allant de 5 ans à 200 ans, soit un million de fois plus vite que les énergies fossiles comme le charbon ou encore le pétrole. D'ici à 2023, le gouvernement prévoit d'augmenter de 20% la production de chaleur à partir de biomasse forestière.

Cette mobilisation accrue de la ressource en bois ne doit pas pour autant impacter la richesse des écosystèmes. C'est pourquoi, dans les forêts publiques, la récolte de bois est inférieure à l’accroissement naturel des forêts. Autrement dit, on ne prélève pas plus que ce que la forêt est capable de produire chaque année en volume de bois. Une fois arrivé à maturité, seulement 60% du volume d’un arbre est traité en bois d’œuvre (parquets, charpentes, meubles). Les 40% restant sont valorisés en bois-énergie et en bois d’industrie.

Avec le bois, rien ne se perd, tout se transforme

Le bois-énergie se présente sous trois formes principales : plaquettes forestières, granulés de bois et bûches. Transformé en plaquettes forestières, il permet de mettre en valeur des parties de l’arbre, notamment la partie supérieure appelée « houppier », non utilisées jusqu'alors. Une économie circulaire locale se met en place.

En France, de nombreuses collectivités (Metz, Colmar, Annecy, Dijon, Besançon...) engagées dans des Plans climats air énergie territoriaux (PCAET) font le pari des réseaux de chaleur urbain à partir de biomasse forestière pour alimenter des bâtiments collectifs. Le chauffage individuel au bois, sous réserve d’une qualité optimale, apparaît aussi comme une réponse permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

©Giada Connestari / ONF

Une politique énergétique de proximité

Pourquoi chercher au loin une ressource disponible localement ? De l’arbre sur pied à sa transformation en combustible, la production du bois énergie fait prospérer la filière bois française. La gestion des forêts, les travaux forestiers (abattage, débardage), la fabrication du combustible, ainsi que les équipements et services (ventes de chaudière, entretien) sont autant d’activités créatrices d’emplois locaux. Sur les huit prochaines années, au plan national, 20 000 emplois pourraient être créés grâce au développement de cette activité.

440 000
emplois occupés dans la filière bois en France
1 000
m³ de bois mobilisés correspondent à un emploi de proximité
©Giada Connestari / ONF

L'ONF mobilisé à vos côtés

La forêt, atout essentiel pour le climat et la transition énergétique, est au cœur des projets de territoire. Les collectivités locales, qui peuvent s’appuyer sur l’expertise de l’ONF, définissent un cap, des trajectoires et des plans d’actions :

  1. en pilotant le développement de la production d’énergies renouvelables
  2. en pilotant l’élaboration d’un Schéma régional biomasse (SRB), de Plan climat air-énergie territorial (PCAET)
  3. en développant, au sein du Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET), un plan de lutte contre le changement climatique intégrant la question du stockage de carbone.

Le réseau ONF Energie Bois

Bûches, granulés, plaquettes forestières… Premier fournisseur de combustibles bois en France, le réseau ONF Energie Bois regroupe des acteurs et des produits réunis dans une démarche et des valeurs communes autour du bois énergie. Tant pour les particuliers que pour les collectivités locales et les industriels, le réseau ONF Energie Bois garantit notamment :

  • la valorisation de sous-produits de l’exploitation forestière
  • une traçabilité complète des flux de plaquettes
  • une chaîne contrôlée certifiée PEFC
  • une qualité de produit garantie dans le temps.