Une route forestière créée par l'ONF pour faciliter le transport de bois

Indispensable pour acheminer le bois depuis la coupe jusqu’à la voirie publique, la route forestière est un élément clé de la mobilisation des bois. De la gestion de la maîtrise d’œuvre au terme du chantier, l'ONF a accompagné les communes d’Adé, Ossun et Bartrè (Hautes-Pyrénées) pour la valorisation de leurs forêts.
©ONF

Dans les Hautes-Pyrénées, l’accès au massif forestier situé sur les communes d’Adé, Ossun et Bartrès était compromis par un projet de modification de la RN21 et par un réseau de desserte insuffisant sur le massif.

Après une étude d’opportunité réalisée par l’ONF, les communes se sont associées pour réaliser un projet permettant l’exploitation de leurs forêts en conformité avec les aménagements forestiers approuvés. Elles ont confié la réalisation d’un avant-projet détaillé au bureau d’études de l’ONF.

Cet avant-projet a permis de définir les travaux à réaliser et de rassembler les éléments indispensables au montage du dossier de subvention. Le montant estimé s’élevait à 250.000€ HT avec possibilité de subvention (mesure 4.3.3 soutien des investissements en faveur de la desserte forestière - FEADER et Programme de développement rural Midi-Pyrénées).

Une fois la subvention acquise et à l’issue d’une procédure de consultation, la maîtrise d’œuvre a également été confiée à l’ONF.

L’intervention de l’ONF en trois étapes

Étude d’opportunité et avant-projet détaillé
L’étude d’opportunité de création de la route forestière a mis en évidence la nécessité d’un tel projet pour la mobilisation des bois et des avantages en matière d’accès au massif pour les randonneurs, les chasseurs et les secours (défense contre l'incendie). Sur la base de cette étude, les communes ont confié à l’ONF la réalisation d’un avant-projet détaillé.

Le projet avait pour objectif la création de plus de 1,3 km de route, ainsi que la mise au gabarit de 3 km de route en terrain naturel. Il comportait aussi la réalisation des équipements connexes nécessaires :
- sept places de dépôt avec quai de chargement et une place de retournement ;
- raccordement au réseau de pistes existant ;
- ouvrages nécessaires à la bonne gestion des écoulements d’eau.

Il tenait compte de la mise en conformité avec les réglementations en vigueur (voirie départementale…). Cet avant-projet, présenté aux élus des trois communes ainsi qu’en réunion publique, a été validé en 2015. Il a permis la constitution d’un dossier de subvention et d’une demande de financement en février 2016. Une fois la subvention acquise, les communes ont lancé une consultation pour la maîtrise d’œuvre qui a été attribuée en février 2017 à l’ONF.
Vérification de la conformité environnementale
Bien que le périmètre du chantier ne concerne pas de zone de protection réglementaire ni d’espèce végétale protégée, des contraintes environnementales ont été identifiées, comme la préservation des points d’eau et des vieux arbres abritant potentiellement des espèces d’intérêt patrimonial (oiseaux, insectes…). Une expertise réalisée par les naturalistes de l’ONF a été sollicitée dès l’avant-projet pour :
- identifier tous les impacts du projet et proposer des mesures d’évitement et/ou de compensation, étape indispensable pour compléter la fiche d’impact du dossier de subvention ;
- s’assurer de la conformité des prescriptions techniques du cahier des clauses techniques particulières (CCTP) aux enjeux environnementaux identifiés.
Phase opérationnelle de maîtrise d’œuvre
Une équipe dirigée par un chef de projet membre du réseau national ONF "desserte et infrastructures" a été mobilisée pour la réalisation de la mission de maîtrise d’œuvre complète. La période de travaux prévue, entre juin et septembre 2017, tenait compte de la période de chasse à la palombe et des enjeux environnementaux identifiés.

La commercialisation du bois abattu pour la réalisation des emprises de la route et des places de dépôt/retournement, a constitué un premier apport financier pour les communes. Au cours de la réalisation de ce chantier, le suivi régulier a été assuré par un technicien forestier territorial en appui du chef de projet.

L’ONF a accompagné les communes pour :
- la constitution du document de consultation des entreprises
- la sélection de l’entreprise aux regards des offres remises et des critères de la consultation
- la validation des documents d’exécution remis par l’entreprise.
- le suivi et la direction des travaux, donnant lieu à une réunion de chantier hebdomadaire en présence de l’entreprise et des élus et à la rédaction d’un compte rendu de chantier
- les opérations de réceptions du chantier.

La création de routes forestières fait partie des prestations liées à l’univers forêts, bois et sylviculture. Contactez l'ONF pour des prestations complémentaires répondant à vos besoins en sylviculture, exploitation des bois ou encore estimation du patrimoine forestier.

La voirie forestière : un réseau structuré

  1. Les pistes forestières, en terrain naturel, ne servent que pour l’accès des engins tout terrains, tracteurs, débardeurs. Elles permettent de récupérer le bois en forêt après la coupe et de le transporter vers les places de dépôt, lieux de stockage accessibles aux camions grumiers.
  2. Les routes forestières sont destinées à la circulation des camions grumiers pour le transport des bois. Elles ont pour but de permettre aux camions de récupérer le bois depuis les places de dépôt jusqu’au réseau routier public. Elles sont généralement empierrées ou revêtues.
  3. Un réseau structuré permet de limiter l’impact des exploitations, de faciliter la récolte et de mieux valoriser la ressource bois.

Et aussi :