Futaie de pin maritime (Estérel, Var) – ©John Bersi / ONF

La grande Histoire des forêts : de Louis XIV à nos jours, les principales campagnes de plantations forestières

Les paysages boisés de l’Hexagone ont connu bien des bouleversements au cours des derniers siècles… L’Histoire recèle d'exemples où la main de l’Homme a été tantôt dévastatrice, tantôt bénéfique pour les forêts françaises. Retour sur une prise de conscience progressive de la nécessité de reboiser les terres, mêlé à un regard rétrospectif sur 350 ans de choix de plantations forestières.

La forêt française n’a pas toujours été aussi belle et semblable à celle que nous connaissons aujourd’hui. Elle n’a pas toujours été là non plus… Elle couvre aujourd'hui 31% du territoire, faisant de la France la quatrième puissance forestière européenne. En deux siècles seulement, sa superficie a doublé.

Cette croissance est due en partie aux choix et au travail des hommes. A chaque forêt son histoire, intimement liée aux forestières et forestiers et à l’époque à laquelle ils vivaient. Tous ont pris et appliqué des décisions portées par une même ambition : la préservation et la gestion de ces espaces pour qu’ils répondent aux besoins de l’époque et des générations futures.

La gestion durable des forêts vise un juste équilibre entre des objectifs écologiques (biodiversité), économiques (création d’emplois locaux et économie verte) et sociétaux (offrir une expérience nature aux promeneurs). Mais l’histoire des forêts françaises et de son reboisement par l’Etat est une histoire mouvementée... Prêts pour la découverte ?

Des promeneurs profitent de la forêt de Tronçais (Allier). - ©Giada Connestari / IMAGEO

On remonte à Louis XIV...

1827, le Code forestier - ©DR

Produire du bois, lutter contre les risques naturels, garantir une eau de qualité, préserver la biodiversité, absorber puis capturer le carbone… Les raisons qui ont poussé l’Homme à planter des forêts au cours de l’Histoire sont multiples. Chaque forêt plantée répond à des besoins propres à une époque et à un secteur.

C’est d’abord Jean-Baptiste Colbert, un des principaux ministres de Louis XIV, qui, il y a 350 ans, a vu en la forêt un potentiel de développement économique pour la production de bois de marine.

Sans l’ordonnance de 1669 rédigée sous son impulsion, les majestueuses chênaies à la française comme celles de Tronçais ou de Bercé, gérées par plusieurs générations de forestiers, ne s’offriraient pas à nous aujourd’hui. A cette époque, les initiatives de reboisements ne manquent pas.

Progressivement, on prend conscience de l’importance de la forêt et de la nécessité de la conserver dans certaines zones. Si 80% de l’accroissement des forêts est naturel, de nombreuses plantations ont été nécessaires pour installer un couvert boisé là où il n’existait pas, ou plus.

Depuis la création du Code forestier il y a 200 ans, nos connaissances sur le fonctionnement des écosystèmes se sont considérablement accrues et guident nos choix de gestion. Aucune action n’est menée sans être guidée par l’objectif et le devoir de renouveler et de transmettre un patrimoine forestier en bonne santé et utile aux générations futures. Patrimoine forestier qui, rappelons-le, n’a jamais été aussi grand que depuis le XIXe siècle.

Dominique de Villebonne, adjointe au directeur Forêts et risques naturels de l’ONF.

Découvrez au fil des épisodes, les grandes étapes traversées par la forêt et les générations de forestiers dont les savoirs-faire évoluent avec la recherche, l'innovation au service de la sylviculture et de la forêt. Risques en montagne, protection du littoral, reconstitution des forêts après les guerres, changement climatique... essentiel pour la société et la biodiversité, le paysage forestier aux visages divers demeure présent au fil des époques.

Et aussi :