Le Val Suzon – ©Giada Connestari 16Prod/ ONF

Val Suzon : la plus vaste Réserve régionale de Bourgogne-Franche-Comté

A deux pas de Dijon, suivez le cours d’eau du Suzon et partez à la découverte d’une Forêt d’Exception® et d’une Réserve naturelle régionale unique. Empruntez les sentiers dans les sous-bois ou à pan de falaise. Prenez un grand bol d’air frais sur les belvédères et laissez-vous porter par la sérénité des lieux.

Dans les vallées de Côte-d'Or, en Bourgogne-Franche-Comté, le Suzon s’écoule depuis sa source entre Panges et Trouhaut. Dans sa course, il traverse de part en part la Réserve naturelle régionale (RNR) du Val Suzon, un milieu au patrimoine naturel unique s’étendant sur plus de 3 000 hectares. Dans cette étendue, 2 101 hectares regroupent la forêt domaniale du Val Suzon, labellisée Forêt d’Exception®.

Falaises, pelouses sèches, marais tufeux, hêtraies ombragées…. Le Val Suzon offre un paysage pittoresque et une richesse naturelle très appréciés du public. La gouvernance commune entre Forêt d’Exception® et la Réserve naturelle régionale permet de mettre en place des mesures de restauration, de préservation et d’entretien de cet espace prestigieux pour conserver le caractère sauvage et paisible tout en accueillant les promeneurs en toute sécurité. Une philosophie qui s’est installée peu à peu entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, période pendant laquelle le tourisme s’est fortement développé.

Le massif forestier de Val-Suzon vue par le Belvédère de Saint-Fol - ©Giada Connestari / ONF

Le sol calcaire, source de richesse

Dans ce petit coin de la Côte-d’Or, les sols sont majoritairement composés de calcaire. Les reliefs façonnés par l’eau offrent une mosaïque de milieux et une diversité de la faune et de la flore rare dans la région.

11
espèces botaniques avec un statut de protection
19
espèces de chauve-souris sur les 34 présentes en France
11
espèces d’oiseaux avec un intérêt européen
70
espèces florales rares
37
espèces de lichens

Suivez le Suzon

Pour découvrir les lieux emblématiques de la forêt domaniale de Val Suzon, nous retrouvons, sur le site de l’éperon barré du Châtelet d’Etaules, Marlène Treca, conservatrice de la RNR et chef de projet Forêt d’Exception, et Léo Darnon, responsable de l’Unité territoriale "Montagne" de l'Office national des forêts (ONF). Ce rempart construit par les premiers éleveurs et agriculteurs il y a 6000 ans, leur permettait de vivre dans un espace protégé. A l’âge de Bronze et au 1er âge de Fer, il devient une véritable citadelle. Aujourd’hui, il témoigne du passé de la forêt et de la valeur patrimoniale historique du site. Attention c’est un ouvrage fragile, pour sa préservation il est interdit de monter dessus.

D’ici, il est possible de prendre le sentier du Bouton d’Or. "Ce chemin se faufile sous des petits arbres qui offrent un peu d’ombre", annonce Marlène. "Ne vous méprenez pas, ces chênes à l’apparence juvénile sont pour la plupart âgés de plus de 100 ans", précise Léo.  

Au bout de quelques minutes de marche, nous arrivons en bord de falaise avec une vue dégagée sur la vallée. L’endroit est calme, bercé par le chant printanier des oiseaux. "Ici, il fait assez chaud et sec pour la région. C’est un milieu ouvert qui offre des espèces de faune et de flore uniques dans la réserve comme le pouillot de Bonelli, l’alouette Lulu, l’engoulevent d'Europe ou le faucon pèlerin" explique la conservatrice de la réserve.

Après ce point de vue, le sentier du Bouton d’Or se poursuit sur 70 kilomètres. Avis aux amateurs de randonnées, trois jours sont nécessaires pour en venir à bout. Mais les paysages valent le détour !

Nous repartons, et suivons le Suzon. Nous passons par le village de Val-Suzon où s’arrêtait autrefois le tacot. Le train traversait la forêt pour y déposer les touristes à la fin des années 1950. On retrouve d’ailleurs encore aujourd’hui la gare à côté des anciennes forges au centre du village.

Le coin préféré de Marlène Treca

©ONF

Site de Jouvence, la balade romantique des Dijonnais

Accessible depuis le parking de Jouvence, cette aire d’accueil est le principal lieu de rendez-vous de la forêt. L’ambiance est plus ombragée ici. Le Suzon borde le parking et plaît aux chiens qui s’y jettent pour se rafraîchir.

Une fois le pont passé, nous remontons l’allée. Familles, amis et amoureux se retrouvent le temps d’une journée sous les chênes, charmes, érables, hêtres, alisiers, merisiers… Ils remontent le chemin, suivant un petit ruisseau qui s’écoule depuis la fontaine de Jouvence. Là, les enfants aiment y organiser des courses de bateaux avec des bouts de bois trouvés çà et là.

C’est le début des beaux jours, l’endroit est calme et peu fréquenté. Quelques jeunes feuilles font leur apparition au bout des branches, des orchidées sauvages fleurissent et des papillons virevoltent au gré du vent. Un peu plus haut, nous rencontrons une particularité de cette forêt : un marais tufeux.

Marais tufeux, quesaco ?

Sous l’humus de Val Suzon, l’eau s’infiltre dans les plateaux calcaires, s’arrête sur des couches de roche imperméables pour ressortir dans des sources. Une grande zone de pente faible et le dépôt progressif du calcaire contribuent alors à la création d’une zone humide : le marais tufeux. Ce milieu abrite une faune et une flore particulières dont, parfois, la belle épipactis des marais (orchidée).

Belvédère de Sainte-Foy

"Maintenant, que l’on s’est baladé dans les sous-bois, on va prendre un peu de hauteur. On vous emmène au Belvédère de Sainte-Foy. De là-haut, on plonge sur la vallée", annonce Marlène. Pour y accéder, il faut emprunter le sentier du "lézard vert", (5 kilomètres de long, prévoir 2h30 de marche) qui part du hameau de Sainte-Foy. C’est à mi-parcours que le promeneur arrive au belvédère. La forestière disait vrai, la vue est imprenable, l’endroit est calme et paisible. "On ne peut pas voir le Suzon d’ici, il est plus en aval et la végétation nous le cache. Mais il est bien là", précise-t-elle.

Quelques fleurs, comme la valériane tubéreuse, peuplent le paysage autour de nous. Deux des six stations de Bourgogne se trouvent dans le Val Suzon. Une clôture a été mise en place pendant sa floraison pour la protéger. "C’est l’endroit idéal pour s’arrêter pique-niquer en famille ou entre amis. C’est une ambiance méditerranéenne au cœur de la Côte d’or. Les petits chênes n’offrent pas beaucoup d’ombre en revanche, il faut prévoir de quoi se protéger du soleil", explique Léo Darnon. Attention tout de même à ne pas s'installer sur les pelouses en fleurs !

Découvrir le Val Suzon à toutes les saisons

Une trentaine d’animations sont proposées toute l’année sur l’ensemble de la réserve pour les scolaires comme pour le grand public. Des sorties sont organisées avec les naturalistes pour apprendre à reconnaître le chant des oiseaux, ou les traces de la faune forestière. Il est recommandé de s’inscrire à l’avance pour y participer.

Pour une activité mêlant sport et culture, ne ratez pas le "Cinécyclo". Une projection où les spectateurs se relaient pour pédaler et diffuser le film.

Vous retrouverez toutes les informations des animations de la réserve sur la page Facebook.

Le belvédère de Saint-Fol

"Tant que nous sommes sur les points de vue, il faut que l’on passe par la Belvédère de Saint-Fol. C’est un incontournable. On peut le trouver sur le sentier du "Faucon Pèlerin" " (8 kilomètres de long, prévoir 4h de marche), témoigne Léo. Depuis le chemin forestier, il faut s’engager sur un petit sentier sous les arbres. Au bout de 10 min, le promeneur arrive sur un point de vue sur un promontoire rocheux. Un rocher est idéalement placé et taillé naturellement pour offrir une assise confortable face à la beauté de la vallée. En s’y asseyant quelques minutes, on profite du silence pour s’apaiser et se ressourcer.

C’est ici que prend fin notre promenade au sein de la forêt du Val Suzon, un milieu riche en habitats et espèces remarquables et multiples, s’étageant entre combes et vallons, unique à l’échelle nationale.

La forêt de Val Suzon en chiffres

Autres forêts à découvrir dans le coin :