Val Suzon, Forêt d'Exception® : un val forestier aux portes de Dijon

La forêt domaniale du Val Suzon, riche en diversité biologique, paysagère et patrimoniale, se situe à proximité de l’agglomération de Dijon. Sa position privilégiée pour l’accueil du public et sa diversité territoriale en font un laboratoire riche pour l’intégration des outils de protection de l’environnement et la concertation.

Entre forêt et parc naturel régional

Grâce à la superposition entre une forêt domaniale de 2 000 ha et une Réserve naturelle régionale un peu plus étendue, ce massif remarquable fait l'objet d'un partenariat étroit entre l'ONF, la Région Bourgogne-Franche-Comté et les collectivités du territoire. Sur ce territoire les différents acteurs ont appris à travailler ensemble depuis plusieurs décennies et les projets partagés permettent de catalyser les énergies.

En 2011 la réserve naturelle régionale (RNN) du Val Suzon, englobant la forêt domaniale, est créée et l'ONF a été désigné gestionnaire. Il est alors décidé de poursuivre la démarche Forêt d'Exception® dans le cadre d'une gouvernance commune : avec la création d'un seul comité de pilotage, la rédaction d'un seul document de gestion pour le contrat de projets de Forêt d'Exception® et le plan de gestion de la réserve naturelle régionale.

C'est ainsi que le document de gestion commun a été approuvé en 2013 par la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites, le Conseil scientifique régional du patrimoine naturel et le comité de pilotage Forêt d'Exception®.

Le val forestier en lisière d'agglomération - ©Véronique Micard / ONF

Un plateau forestier en bordure d’agglomération

La forêt domaniale du Val Suzon est située en bordure d'un large plateau, le seuil de Bourgogne, entaillé de vallons et dominé par de vastes forêts. Le val forestier présente des parois calcaires abruptes au creux desquelles la rivière du Suzon dévale vers la Saône. Cet univers forestier offre un contraste avec l'activité de l'agglomération dijonnaise au riche patrimoine historique et culturel.

Une région historiquement riche en activités

Depuis la préhistoire, le Val Suzon est occupé par l'activité humaine. Au cours des siècles, le commerce se développe. A partir du XVIe siècle, le massif est un lieu de passage important entre le bassin parisien et le Rhône. La vallée et Dijon sont reliés par le Suzon. La rivière fournit la ville en eau potable et sera aménagé dès le XIVe siècle.

L'industrie se développe au XIXe siècle, par l'installation de forges et l'exploitation du minerai de fer de la région. Enfin le XXe siècle connaît l'abandon de l'activité industrielle et la forêt se voit dédiée aux loisirs de la ville de Dijon limitrophe.

Une biodiversité riche

La singularité du patrimoine naturel du Val Suzon réside dans la mosaïque de milieux. L'eau, entre autres, contribue à l'expression d'une forte biodiversité avec des sources, marais tufeux propices à des espèces rares. La topographie particulière du site contribue également à la diversité des milieux.

Plus de 80% de la diversité floristique des forêts calcaires du nord-est français sont présents dans le Val Suzon. 70 espèces présentent un caractère rare ou en limite d'aire. On trouve 18 des 34 espèces de chauves-souris présentes sur le territoire national. Papillons, oiseaux, champignons ou chats forestiers sont autant d'espèces présentes et à inventorier.

L'aménagement forestier

L'aménagement forestier concilie l'exploitation de la ressource bois et la fonction d'accueil du public. Des "séries" d'intérêt écologique sont instituées, on trouve des taillis-sous-futaie, de la futaie irrégulière de hêtre et de résineux.

©Thomas Benoît / ONF

Les axes stratégiques

La gouvernance commune du projet Forêt d’Exception® et de la Réserve naturelle a permis de dégager au travers du contrat de projet, cinq axes de travail qui constituent les objectifs de la démarche.

Favoriser la biodiversité

Des mesures de préservation, de restauration et d'entretien sont prévues sur les divers types de milieux : pelouses, milieux humides, rocheux, boisés avec la conservation des vieux arbres et du bois mort, ou la diversification des modes de sylviculture.

La limitation du développement d'espèces végétales indésirables ou le maintien de la quiétude de sites de nidification des espèces sont aussi des axes de travail.

La préservation de la biodiversité passe également par l'amélioration des connaissances. Des inventaires d'espèces végétales ou animales sont réalisés par les forestiers naturalistes de l'ONF. Le suivi de l'état de conservation des milieux et de l'évolution des espèces patrimoniales complète le dispositif.

Anémone hépatique - Hepatica nobilis - richesse végétale de certains sites du Val Suzon - ©Pascal Goudeau / ONF

Préserver les ressources naturelles de qualité

Diverses actions sont mises en œuvre pour préserver les ressources naturelles du Val Suzon :

  • favoriser une sylviculture de qualité : des études comparées permettent d'évaluer les effets de la réalisation de travaux manuels par rapport aux travaux mécanisés. Dans les parcelles à enjeux environnementaux, des solutions alternatives au débardage sont recherchées ;
  • tendre vers l'équilibre forêt-gibier : des indicateurs permettent d'évaluer la population de gibier et la pression qu'elle peut exercer sur la flore et la forêt ;
  • valoriser les fonctions de la forêt sur la préservation de l'eau : la forêt exerce un rôle bénéfique dans la préservation de la qualité de l'eau. L'impact des méthodes sylvicoles sur la quantité d'eau restituée aux ruisseaux est mesuré ;
  • favoriser les produits agricoles de qualité, par la mise en place de projets locaux comme la production de miel ou la trufficulture.

Préserver le patrimoine historique

Le patrimoine historique du Val Suzon est riche mais assez peu connu. Plusieurs axes de mise en valeur et de préservation sont inscrits au contrat de projet. Les sites archéologiques et les édifices historiques sont entretenus, par exemple par le fauchage des végétaux envahissants, et les petits bâtis sont mis en valeur.

Le "fanum" de Val Suzon, temple gallo-romain découvert dans les années 50 - ©Véronique Micard / ONF

Accueillir dans un milieu naturel préservé

Pour conserver le caractère sauvage et paisible de la forêt du Val Suzon, les actions d'accueil du public doivent veiller à améliorer la qualité de l'existant et à organiser la fréquentation. Pour ce faire, une stratégie d'accueil du public est mise en place par la rédaction d'un schéma d'accueil du public.

Il permet de préserver la qualité des paysages et l'esprit des lieux en aménageant des points de vue paysagers. La qualité paysagère des peuplements forestiers est renforcée, notamment en gérant les lisières. Informer pour préserver en renouvelant les panneaux d'accueil ou en réalisant des sorties pédagogiques permet également de créer le lien entre les usagers et leur forêt.

Schéma d'accueil du public

Au vu des enjeux de préservation des espèces et des milieux du Val Suzon, et de la volonté des propriétaires de préserver le caractère sauvage de leur environnement, l'accueil du public doit être encadré pour permettre aux usagers de bénéficier de ce site d'exception.

L'ONF a élaboré le schéma d'accueil, scénario d'accueil avec un zonage des priorités pour l'aménagement d'espaces et itinéraires d'accueil, à l'échelle des 10 communes de la vallée. Il établit un diagnostic des points d'accueil, des attentes exprimées. Un plan de circulation a été défini pour concilier l'ensemble des activités de loisirs.