Verdun, Forêt d'Exception® : les actions en cours

Le contrat de projet signé en 2014 a identifié un ensemble d'actions à conduire. Lors du renouvellement du label en 2020, le bilan des actions a été dressé ainsi que les perspectives des travaux menés par les commissions thématiques et le comité de pilotage. Mieux connaître les patrimoines pour adapter la gestion forestière aux enjeux ; offrir au visiteur une découverte de qualité ; communiquer et partager entre acteurs du projet, sont les axes majeurs de l'action.

Le projet Lidar

En février 2013, la technologie laser Lidar* a fait la lumière sur le champ de bataille. Les données exploitées font état d'un territoire archéologique unique en Europe.

Aujourd'hui et grâce à cet outil de prospection, le sol du champ de bataille est connu dans ses moindres détails. Il n'est pas un mètre carré de la forêt domaniale de Verdun qui ne puisse livrer ses secrets.

Chaque trou d'obus, ruine de village, parcellaire ancien, fortification, est révélé sur près de 12 000 hectares. Avec une précision obtenue de 16 à 30 points au m², les spécialistes disposent d'une somme d'informations qui laisse entrevoir à la fois des programmes de recherche futurs, des informations sur la sauvegarde utiles au gestionnaire, et des images très parlantes qui pourront prendre une place centrale dans l'approche du champ de bataille par les visiteurs.

Ce projet sera poursuivi lors du prochain contrat : analyse de résultats complémentaires, au niveau archéologique ou écologique, préconisations de gestion pour concilier préservation du patrimoine historique et, environnemental avec la gestion forestière, vulgarisation et utilisation de ces nouvelles connaissances pour sensibiliser et informer le public...

* Lidar : la télédétection Lidar (Light detection and ranging) est un outil d'inventaire et d'analyse qui permet d'obtenir une vue en 3 dimensions du sol et des objets visibles. Sur le champ de bataille de Verdun, cette une acquisition de données télédétection Lidar a permis de créer un modèle numérique de terrain (MNT) et un nuage de points en 3 dimensions.

Un retranchement d'artillerie sur la Crête de Froideterre, en forêt de Verdun - ©ONF

Un programme de conservation et d'adaptation des ressources génétiques forestières

Les différentes simulations des modifications climatiques envisagées pour la fin du siècle indiquent qu'une bonne partie des essences forestières en place ne seront plus adaptées aux conditions qui prévaudront à ce moment là. Ainsi, l'avenir du hêtre dans les plaines françaises est fortement compromis. On estime que l'adaptation de l'essence et sa capacité à se déplacer par régénération naturelle sont trop faibles pour assurer sa survie sur la plus grande partie du territoire.

Le nord-est de la France et plus particulièrement les Côtes de Meuse ont été identifiés comme lieu "de résistance" pour cette essence, propice à l'installation de plantations conservatoires de sa diversité génétique. La Zone rouge de Verdun a été retenue du fait qu'il s'agit de la forêt où sont effectuées les plus importantes plantations de hêtre chaque année en France, et qu'elle dispose donc de la compétence des forestiers locaux en la matière.

A Guéméné-Penfao, en Loire-Atlantique, des expérimentations sont menées sur le changement climatique, dans la pépinière de l'ONF. Des chênes et des hêtres du sud de la France sont sélectionnés pour être replantés plus au nord, à Verdun. - ©Nathalie Petrel / ONF

Dans le cadre d'un programme national de conservation et d'adaptation des ressources génétiques forestières, le projet Giono, des faines ont été récoltées sur les peuplements de hêtre les plus menacés en forêts de Chizé (79) et des Colettes (03) et mises en culture en pépinière. Les premières plantations ont eu lieu en mars 2014 et continuent depuis. D'autres provenances génétiques menacées seront mises à l'abri à Verdun.

→ A voir aussi en vidéo : le grand exode climatique des arbres du projet Giono

Ainsi, un siècle après avoir détruit les terroirs en place pour ne laisser qu'un champ de ruines sur lequel une forêt a été implantée, l'homme y mène la première expérience de sauvetage du patrimoine forestier menacé par le climat.

Elaboration d'une offre de découverte du Champ de bataille de Verdun

Le public découvre les sites mémoriels - ©Carine Duret / ONF

Une étude réalisée par Protourisme (2011 - CDT Meuse - ONF) auprès des visiteurs du Champ de bataille de Verdun a mis en avant des attentes sur des offres complémentaires afin d'améliorer la compréhension du champ de bataille, par des contenus de visite adaptés aux pratiques (guidées, originales, en famille...), des visites guidées, une signalisation adaptée.

Les projets réalisés notamment sous l'impulsion de la période de commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, mènent à proposer une découverte pédagogique centrée sur le combattant de Verdun et sur le devenir du territoire. Pour porter la cohérence de son récit et du vécu qu'il transmettra, des parcours, des paysages, des guides et des outils de découvertes complètent l'offre de découverte de la forêt sanctuaire et épaulent les récits proposés dans les sites majeurs.

Par ailleurs, cinq sentiers pédestres et cyclables (Vaux. Froideterre, Douaumont, Thiaumont et Souville) ont été créés sur le champ de bataille, accessibles au grand public, qui permettent de découvrir l'histoire de la bataille de Verdun, la forêt, la biodiversité...

Le pôle d'accueil des visiteurs

Pour satisfaire à la demande des visiteurs de disposer d'un lieu d'accueil central équipé d'une billetterie et de toute l'information sur le champ de bataille de Verdun et les autres sites en Meuse, le comité de pilotage a répondu par la création d'un pôle d'accueil.

Ce lieu indispensable à la structuration de l'offre de découverte a été créé au sein du Mémorial de Douaumont. Il est partie intégrante du nouveau Mémorial, livré début 2016, il est complété en périphérie d'un espace en plein air destiné à accueillir les groupes et à former un point de rendez-vous et de départ des randonnées regroupant des services connexes de type locations, maison des guides.

Communication et partage d'information : les "rencontres de Verdun"

Depuis 2015, tous les ans, la bataille de Verdun est commémorée lors des "Rencontres de Verdun". Durant quatre jours, le département de la Meuse et ses partenaires proposent un circuit artistique, des spectacles, une conférence musicale, des activités pédagogiques ou sportives, une projection de film, des expositions... Lors de ces journées, Verdun Forêt d'Exception® est mise en valeur à travers diverses activités culturelles, historiques et ludiques. En voici quelques exemples :

Sur les sentiers de Verdun - ©Anne-Marie Granet / ONF
  • En 2015, une marche mémorielle a eu lieu sur le champ de bataille. Un parcours balisé d'environ 5 km était proposé au public avec un circuit partant du fort de Vaux et passant par le village détruit avant de revenir sur le site. Des animations sur le thème des musiciens en guerre ont également eu lieu le long du parcours avec la participation de chorales et d'associations reconstituantes.
  • En 2016, une randonnée pédestre proposant deux circuits (de 12 km et 6 km) entre les villages d'Ornes, Maucourt et Gincrey, a eu lieu, ainsi que des activités culturelles permettant la découverte de la forêt à travers l'art.
  • En 2017. des vols en immersion ou en double commande étaient proposés au public sur le champ de bataille (Fort de Vaux et village détruit d'Ornes). Avec des drones, les scolaires et le grand public ont pu découvrir les vestiges de la Grande Guerre par la troisième dimension et apprécier différemment la découverte de la forêt.
  • En 2017 et 2018, un circuit culturel, composé d’artistes de différentes disciplines et nationalités, invités à créer in situ le jour même, était mis en place sur les villages détruits : Beaumont-En-Verdunois, Bezonvaux, Cumières-Le-Mort-Homme, Douaumont, Fleury-Devant-Douaumont, Haumont-Près-Samogneux, Louvemont-Côte-Du-Poivre, Ornes, Vaux-Devant-Damloup. Imprégnés par la magie du massif forestier, ils ont oeuvré à la création, inspirés par l’environnement dans lequel ils évoluaient.
  • Des scolaires originaires de la Grande Région, et des pays transfrontaliers, ont été accueillis sur le champ de bataille pour élever à hauteur du fort de Vaux les couleurs de l'Europe et de leurs pays. Cet évènement a été l'occasion de faire découvrir la forêt et de sensibiliser au label Forêt d'Exception® des élèves français, belges, luxembourgeois et allemands. Cette action a connu une fréquentation importante et touché un public large (grand public, scolaire, touristes... ). Le succès de ces journées en font une action sera reconduite lors du prochain contrat de projet.

Et aussi