FEADER - Natura 2000 - Création et réhabilitation de mares en forêts domaniales de Biscarosse et La Teste

La création et la réhabilitation de mares en forêts domaniales de Biscarrosse et La Teste ont pour objectif de reconstituer un milieu d’un grand intérêt écologique.

Cette action est co-financée par l'Union européenne dans le cadre du Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER).

Autorité de gestion : Région Nouvelle-Aquitaine

Programme de développement rural (PDR) : Nouvelle-Aquitaine

Mesure FEADER : 7.6.D

Convention attributive d'aide : 16/11/2018

N° de dossier Osiris : RAQU070618DT0400035

Période de réalisation de l'opération : 2019

Département : Landes (40)

Intitulé de l'opération : Natura 2000 - "Dunes du littoral landais d'Arcachon à Mimizan" - Site FR7200710

Description succincte : création de mares en forêts domaniales de Biscarrosse et La Teste

Montant total de l'investissement : 10 120 €

Participation FEADER : 5 363 €

Contact du maitre d’ouvrage :

ONF – François Claveirole - UT Biscarrosse - 05 58 07 14 35 - francois.claveirole@onf.fr

Les zones humides d’arrière-dune sont en régression pour différentes raisons et la création et réhabilitation de mares en milieu dunaire à Biscarrosse et La Teste permettraient de reconstituer des milieux d’un grand intérêt écologique. Actuellement, les habitats humides sont réduits sur les sites à des micro-habitats, comme la mare du Vivier à Biscarrosse qui correspond à une dynamique particulière du milieu littoral, puisque par le passé, il y avait là des étendues d’eau beaucoup plus importantes, avec des troupeaux de vaches marines.
Comme indiqué dans le Docob, la création ou la réhabilitation de ces mares est envisagée dans le cadre d’un contexte global, avec l’intention de mettre en place ou de réactiver des « corridors écologiques ».
Sur La Teste, il existe des secteurs favorables à la création de mares permettant d’amorcer la création d’un corridor ; sur Biscarrosse, la mise en protection de la Lette du Vivier, avec une valorisation pédagogique, a été mise en place. Il convient donc de réhabiliter la mare existante (progression de la végétation et des arbustes) et de la mettre en défens (exclos) dans un secteur très fréquenté.

Gilles Granereau, chef de mission ONF

Le résumé du projet en chiffres