La forêt domaniale du Luberon, paradis des oiseaux !

Les naturalistes du réseau Avifaune de l’ONF ont réalisé deux séries d’inventaires des oiseaux, en avril et en mai 2021, dans la forêt domaniale du Luberon (Vaucluse). Cette forêt abrite 91 espèces d’oiseaux, parmi lesquelles de nombreux rapaces. Une richesse due à la présence de falaises, à la proximité de la Durance et aux nombreuses mesures prises pour préserver la quiétude du site.

La forêt domaniale du Luberon est située sur le territoire de la commune de Cheval Blanc, dans le Vaucluse. La fréquentation touristique importante est surtout concentrée dans les gorges du Régalon. Afin de préserver les sites de nidification des grands rapaces, les activités humaines (survol, photographie animalière, escalade…) sont réglementées,  par un arrêté préfectoral de protection de biotope et par la règlementation de la réserve biologique. Ces mesures ont rendu possible le maintien et l’installation dans la forêt domaniale, de plusieurs couples de rapaces protégés : Aigle de Bonelli, Circaète Jean-Le-Blanc et Vautour percnoptère.

Un suivi régulier de ces rapaces ainsi que des nombreux passereaux est effectué par les forestiers spécialistes avifaune de l’ONF, du Conservatoire des espaces naturels (CEN) et de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO).

Nous avons utilisé le dernier rapport de la LPO qui fournit les tendances et les espèces sur lesquelles il fallait axer la prospection. Nous avons ainsi identifié en avril le Traquet oreillard, qui n’avait pas été observé depuis 15 ans. Mais nous ne l’avons pas revu en mai. Impossible donc de conclure qu’il nidifie sur le site !

Charles Tessier, Technicien forestier dans la Vallée du Louron Nord, expert du réseau avifaune

Un inventaire exhaustif

Pendant 2 semaines, les mambres du réseau avifaune de l'ONF ont dressé l’inventaire le plus exhaustif possible des oiseaux nicheurs du site, en suivant deux protocoles :

  • Les indices ponctuels d’abondance (IPA). Très tôt le matin, entre 1 heure et 4 heures après le lever du jour, les experts avifaune se placent en différents points de la zone d’étude pour repérer les oiseaux, principalement à l’écoute de leurs chants. Tous les oiseaux sont notés, avec un indice d’abondance. Ce protocole, précis, normé et reproductible, permet de comparer différents inventaires entre eux. Il donne une bonne idée de la densité des oiseaux.
  • Les observations ciblées avec jumelles et longues vues, sur des points en hauteur. Ces observations sont surtout efficaces pour repérer les rapaces.
Charles Tessier en observation - ©Pascal Denis / ONF

Ces deux séries d’inventaires ont permis de répertorier 58 espèces d’oiseaux : de nombreux rapaces, pics, martinets, fauvettes,… et parmi les passereaux emblématiques du site, la Fauvette passerinette, et la Fauvette pitchou.

Quelques-uns des oiseaux observés

A la longue vue, nous avons identifié trois territoires de Pie-grièche méridionale. Une observation intéressante, car cette espèce est en régression depuis plusieurs années, et elle est très difficile à détecter car très farouche !

Charles Tessier, Technicien forestier dans la Vallée du Louron Nord, expert du réseau avifaune

De nouvelles observations seront réalisées au printemps 2022 pour compléter cet inventaire. Un rapport sera établi pour en dresser des conclusions et pistes d'aide à la gestion.

Et aussi