La forêt des Bertranges, un joyau naturel au cœur de la Bourgogne

Noble et généreuse en bois de qualité, la forêt domaniale des Bertranges fait partie intégrante du terroir nivernais (Bourgogne-Franche-Comté). Plongez dans l’un des plus grands massifs forestiers de France et laissez-vous surprendre par ses trésors cachés et ses multiples possibilités de balades !

Vous connaissez très certainement la forêt de Tronçais (Allier), célèbre dans le monde entier pour ses hautes futaies de chênes centenaires. Mais connaissez-vous la forêt des Bertranges ? Poumon vert du département de la Nièvre, elle est aussi la deuxième forêt productrice de chêne en France ! Autre particularité : elle abrite une flore et une faune variées. Ainsi, il n’est pas rare de se frotter aux fougères royales, d’apercevoir des Cigognes noires en plein vol, ou de voir furtivement des chats forestiers et du grand gibier.

Présente à l’est de la Charité-sur-Loire, entre Guérigny et Prémery, la forêt des Bertranges couvre 7.600 hectares sur un vaste massif d’environ 10.000 hectares. Appréciés des habitants de la région comme des touristes, ces bois vous réserveront de belles surprises au départ du Rond-point de la réserve.

En forêt des Bertranges. - ©Samuel Blais / ONF

Se rendre dans la forêt des Bertranges, c’est avant tout répondre à l’appel de la nature. Un petit coin de paradis pour les promeneurs, qui pourront respirer à pleins poumons aux côtés des chênes centenaires. De nombreux circuits de randonnées jalonnent la forêt,  y compris le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle qui la traverse. Des balades sur-mesure, pour tous les goûts et tous les âges, que l’on soit à pied, à VTT ou à cheval.

La forêt des Bertranges est une forêt étonnante ! En plus de ses chênes de haute qualité, elle était autrefois une place forte de l’industrie des forges royales... Je trouve encore des trous d’extraction de minerais dans certaines parcelles. S’ils ne sont que de simples creux pour les promeneurs, ils retracent pourtant bien l’historique de cette forêt.

Samuel Blais, responsable de l’Unité territoriale des Bertranges à l’ONF.

Tous les habitués de la région vous le diront : le point de départ de nombreux circuits balisés et sécurisés se fait au Rond de la réserve, centre névralgique de la forêt des Bertranges. Avec son mât de direction, il est incontournable ! Il vous suffira simplement de choisir votre chemin et de flâner en toute tranquillité. Au cours des circtuits, équipés d’une paire de jumelles, soyez silencieux et attentif, vous aurez peut-être la chance d’apercevoir quelques cerfs, biches et chevreuils à la lisière des bois. A quelques mètres de ce promontoire se trouve un impressionnant élevage de chiens de chasse à courre. Vous n’aurez aucun mal à les trouver, leurs aboiements guideront vos pas !

Le rond de la réserve. - ©ONF

Un patrimoine en fer forgé

La forêt des Bertranges a longtemps été un poumon économique, et le demeure encore grâce à l'activité des scieries et des tonnelleries. Dès l’époque gallo-romaine, mais surtout à partir de la fin du Moyen Âge, des fourneaux et des forges fleurissaient au sein de cette forêt, qui devient alors un haut-lieu de la production de fer. Ce métal, extrait dans la région, était notamment exploité dans les grandes forges de la Marine Royale de Guérigny, dont la production était essentiellement destinée à la fabrication des ancres. Ce passé sidérurgique ne subsiste aujourd’hui qu’à travers le nom de certaines communes limitrophes, comme Beaumont-la-Ferrière ou Saint-Aubin-les-Forges. Durant plusieurs siècles, les Bénédictins seront à la tête de cet immense patrimoine boisé, jusqu’à la Révolution, où la forêt deviendra domaniale.

Les arbres remarquables de la forêt des Bertranges

La forêt des Bertranges préserve de multiples trésors forestiers. Héritage de plusieurs siècles de sylviculture, des arbres remarquables âgés de plus de 250 ans font la fierté du massif. La plupart, situés dans les anciens bois du prieuré de La Charité-sur-Loire, entre le Rond-point de la Réserve et les Bois de Montifaut, ont été recensés par l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN). 

Le plus vieux chêne du site, âgé de 482 ans et connu sous le nom de “chêne Babaud”, a dû être abattu en 1993 par l’ONF pour des raisons de sécurité. Une échelle temporelle a été gravée sur sa souche, qui a été conservée. Cet arbre aura notamment été témoin des voyages de Jean-Baptiste Colbert dans le duché du Nivernais en 1659 et 1660. Sur votre route, vous croiserez sans doute d’autres arbres remarquables, comme le chêne de Ginardeau ou le chêne des Rondelles, situé plus au sud du massif des Bertranges sur la commune de Saint-Aubin, au hameau de la Gauthiérie. Pour en savoir plus, rendez-vous sur ce site !

En images, la forêt de Bertranges...

La forêt des Bertranges est aussi pleine de ressources... en eau ! En effet, de nombreuses sources y émergent. On peut citer :

  • La fontaine des Bougers est un petit havre de paix récemment aménagé, avec un bassin remis en eau et un parking, aménagé pour les personnes à mobilité réduite. Un lieu idéal pour se reposer avant de continuer son chemin.
  • La fontaine de La Vache, en cours de rénovation, est connue pour son chêne âgé de 250 ans, toujours debout après avoir été frappé par la foudre à plusieurs reprises !
  • La fontaine de Vaux, isolée dans le bois de Chaulgnes, mérite le détour avec ses petits ponts et son petit canal. N’oubliez pas de saluer le maître des lieux, un platane majestueux.

“Natif de la région, je me promène dans la forêt des Bertranges, à pied ou à vélo, depuis mon plus jeune âge. J’en connais presque tous les recoins ! Quel bonheur de pouvoir emprunter l’un des innombrables sentiers de cette chênaie magnifique, je ne m’en lasserai jamais !” se réjouit Philippe, 60 ans, promeneur.

PICTOS web

Infos pratiques

  • Public

La forêt est adaptée aux promenades en famille, aux VTT, aux cavaliers.

  • Accès

La forêt des Bertranges comprend de multiples accès, le plus connu d’entre eux est le parking du Rond-point de la Réserve.

La mission des forestiers au quotidien

L'ONF emploie, ici aussi, une sylviculture moderne depuis longtemps. Le triple enjeu de la production de bois, de l’accueil du public et de la protection de l’environnement est très fort dans la forêt des Bertranges. "C’est pourquoi nous obtenons des chênes de haute qualité. Nous avons aussi bien des promeneurs, des cyclistes, et des randonneurs avec notamment sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, ou des chasseurs à l’automne. A l’ONF, nous veillons à ce que tout ce petit monde cohabite ensemble. Nous n’excluons aucune activité !" précise Samuel Blais, responsable de l’Unité territoriale des Bertranges à l’ONF.

Valoriser
la ressource
en bois
Protéger les milieux
et la biodiversité
Accueillir, orienter
et informer
les visiteurs
Intervenir sur les vieux
arbres et gérer
les jeunes
boisements

Et aussi :