Dans les Vosges, une réserve biologique s'agrandit au profit du Grand Tétras

Afin de préserver l'habitat du Grand Tétras, oiseau forestier très sensible au dérangement, un partenariat entre le Groupe Tétras Vosges et l'ONF s'est mis en place depuis les années 80. Cette action de longue haleine a abouti récemment à l'extension de la réserve biologique de Longegoutte.

Créée en 1988, la réserve biologique dirigée (RBD) de la forêt domaniale de Longegoutte a pour objectif de préserver le Grand Tétras et ses habitats, sur les hauteurs entre les vallées de la Moselle et de la Moselotte, à une dizaine de kilomètres de Remiremont (Vosges). Trente ans après, en dépit d'un déclin préoccupant des populations de Grand Tétras, le massif reste aujourd'hui un des trois sites les plus importants pour la conservation de l'espèce dans la montagne vosgienne. Au terme d'une longue instruction, le projet d'agrandissement de la réserve biologique et son nouveau plan de gestion viennent de recevoir l'avis favorable du Conseil national de la protection de la Nature (CNPN).

A partir des 298 hectares d'origine, ce projet d'extension de la réserve s'étendra sur la forêt domaniale du Géhant, avec 330 nouveaux hectares de réserve biologique dirigée (RDB) complétés par 84 hectares de réserve biologique intégrale (RBI).

Grand Trétras. - ©ONF

Ce projet est particulièrement qualitatif. En effet, certaines des RBD, créées en application des "Directives Tétras" de l'ONF de 1980 et 1991, ont eu un caractère précurseur. C'est le cas de celle de Longegoutte. Leur objectif principal est de recréer ou de maintenir un biotope favorable à l'espèce. Elles ont été ensuite rejointes par le progrès global de la gestion courante et par le développement du réseau Natura 2000.

Bien plus, la nouvelle réserve de Longegoutte-Géhant a vocation à rester un "cœur" de protection renforcée et de gestion spécifique au sein de la vaste zone de protection spéciale (ZPS) "Massif vosgien". Bien avant l'aboutissement du projet d'extension, la gestion forestière a été complètement orientée en fonction du Grand Tétras, avec des actions ambitieuses d'amélioration de la continuité écologique.

Autre enjeu majeur de cohérence : la réglementation des activités de loisirs en période sensible. Ce que l'ONF s'est imposé pour les activités sylvicoles dès le début des années 90, car le Grand Tétras est particulièrement vulnérable au dérangement.  

Agir en partenariat pour le Grand Tétras

Site particulièrement important pour la protection d'un patrimoine naturel aussi emblématique que menacé, la réserve biologique de Longegoutte-Géhant se trouve aussi au cœur des efforts conjoints de l'ONF et du Groupe Tétras Vosges (GTV).

Remontant lui aussi aux années 1980, ce partenariat a été réaffirmé en 2018 par une nouvelle convention. Cette dernière vise à renforcer les liens entre les deux organismes à l'échelle de l'ensemble du massif vosgien.

Et aussi