Innovation : des drones pour surveiller le littoral aquitain

En Charente-Maritime, les grandes marées de printemps provoquent une érosion dunaire plus ou moins marquée sur le littoral. Pour observer la côte et sécuriser le front de mer, les forestiers de l'ONF ont recourt à la technologie drone. Fin mars, une démonstration de cet outil a été effectuée auprès des élus locaux.

Le mois dernier, les élus des communes limitrophes de la forêt domaniale de la Coubre (Charente-Maritime) ont assisté à une présentation de l'utilité du drone pour la préservation du littoral, suite aux grandes marées de ce printemps. Grâce aux nombreuses possibilités offertes par cette technologie innovante, ils ont pu découvrir en direct l'impact des oscillations du niveau de la mer sur la dune et visualiser les zones qui nécessitent une mise en sécurité immédiate.

Avec un recul du trait de côte pouvant dépasser 20 mètres par hiver, la pointe espagnole et la baie de l'embellie en forêt domaniale de la Coubre, figurent parmi les sites les plus exposés à l'érosion marine sur la côte Atlantique, avec la pointe Sud de l'île d'Oléron.

L'un des plus sites le plus gravement soumis à l'érosion en France

Les premiers forestiers-télépilotes de drone ont été formés à l'ONF en Bretagne et Nouvelle Aquitaine. Cette nouvelle corde à l'arc du gestionnaire s'avère être un formidable outil d'aide à la gestion, permettant une analyse rapide de l’évolution du trait de côte sur le littoral.

Au quotidien, son utilisation va permettre de mieux cibler les interventions en définissant rapidement à l’échelle d'une parcelle les zones d’intervention et celles qui ne nécessitent pas de travaux. En effet, il est important de laisser une bande non boisée entre les dunes et l’océan au fur et à mesure que le trait de côte recule. Cette mise en sécurité est nécessaire pour éviter que les arbres ne basculent sur la plage et ne partent à la mer, risquant d'endommager les bateaux et les parcs à huîtres.

©Observatoire de la côte Aquitaine

Le drone est amené à rentrer dans notre quotidien. Maniable et simple d’utilisation, il facilite la mise en place d'une base de données géo-référencées (points GPS), avec une description du milieu à trois centimètres près ! Cet outil va nous permettre d’affiner nos décisions et donc d'améliorer notre gestion sur le littoral.

Dominique André, technicien forestier en charge de la gestion de la dune et de la forêt de La Coubre.

Dans le cadre de la mission dune, l'ONF a programmé un survol tous les six mois afin de disposer de données précises sur l'évolution du trait de côte. Le technologie drone peut également servir à visualiser le paysage avant et après un chantier, de poser un diagnostic en situation de crise : évaluation des surfaces impactées par un incendie, une attaque sanitaire, etc.

Le saviez-vous ?

En une seule journée, le drone permet de collecter des données sur une bande de 4 kilomètres de long et 250 kilomètres de large, avec une précision de 2.5 cm grâce à la technique de l'orthophotographie. Une technique qui rend possible un assemblage d'images haute résolution donnant un visuel précis d'une large zone géographique. Il permet aussi de créer un plan à la fois étendu (il est possible de cartographier de nombreux hectares) et détaillé. Ces images sont géoréférencées et peuvent être superposées à une carte ou un plan SIG (Système d’information géographique).

À lire aussi :