#Toutsavoirsurlesforêts : Pourquoi trouve-t-on du bois mort en forêt ?

Lors de vos promenades, vous avez sûrement déjà vu du bois mort. Savez-vous pourquoi il est laissé en forêt ? Cet épisode de la série #Toutsavoirsurlesforet vous explique.

A quoi sert le bois mort au sol en forêt ?

©ONF
Bois mort sur pied - ©Yves Penet / ONF

Le bois mort en forêt n'est pas un signe de mauvais entretien. Bien au contraire, il est indispensable pour la biodiversité. Il en existe deux types : celui coupé par le forestier laissé au sol, et celui mort naturellement laissé sur pied. Après une coupe, les forestiers de l'ONF laissent volontairement des rémanents (branchages laissés sur place) en forêt.

Les branchages à terre protègent les sols et se décomposent, favorisant l'humus qui va enrichir les sols. Les arbres cassés ou morts naturellement sur pied sont conservés. Ils permettent à de nombreux insectes, champignons, oiseaux de s'y loger. On estime que près de 25% des espèces forestières animales et végétales dépendent de la présence de bois mort.

©Catherine Biache, ONF

Le bois mort conservé volontairement

©IGN

Pour un hectare donné en forêt publique, les forestiers sélectionnent des arbres "bio", autrement dit des arbres à conserver pour la biodiversité :

  • Au moins un arbre mort ou sénescent doit être conservé par hectare, de 35cm de diamètre minimum. Il peut s'agir d'arbres foudroyés, de chandelles (arbre cassé restant sur pied), de volis (cime d'un arbre rompue ou arrachée par le vent), d'arbres morts sur pied, ou d'arbres champignonnés
  • Au moins deux arbres vieux, très gros, ou à cavité visible (loges de pics, blessures et fentes, cavités...) sont laissés sur place.

Depuis 2009, l'Office s'engage à classer 1% de l'ensemble des forêts domaniales en îlots de sénescence afin d'augmenter la densité de bois mort. Ces îlots, choisis durant la révision des aménagements forestiers, évoluent naturellement, sans intervention sylvicole. Une logique qui s'applique aussi aux 254 réserves biologiques créées par l'ONF.

Lors du martelage, nous identifions les arbres que nous allons conserver à l'aide d'un marquage triangle pointe en bas. Le bois mort est indispensable pour la forêt. C'est toujours un plaisir pour les forestiers de découvrir un coléoptère en soulevant l'écorce d'un arbre mort, ou une Salamandre tachetée en hibernation enfouie sous la mousse et le bois qui se décompose... C'est le signe que la biodiversité est conservée.

Maud Gironde-Ducher, Chargée d'environnement à l'ONF