Forêt de Mormal : halte aux contre-vérités

La forêt de Mormal, plus grand massif forestier du Nord et du Pas-de-Calais, est le terrain de nombreuses crispations locales. Mis en cause dans sa gestion forestière, l’ONF rétablit les faits.

La belle forêt domaniale de Mormal, qui a subit les affres de la Grande Guerre, est le théâtre actuellement d'un autre genre d'attaques, souvent virulentes et fallacieuses. Elles portent sur l’ensemble des actions de l'ONF sur le terrain : modes de gestion, coupes évidemment, mais aussi des événements tels que le Festival de l'arbre organisé par les équipes locales. Face aux informations colportées qui rendent parfois pénible le travail quotidien des forestiers, une mise au point s'impose.

 
La réponse de l'ONF

Premier argument avancé : l'ONF surexploite la forêt et procède à des coupes illégales.
Faux : le tribunal de grande instance a d'ailleurs statué à ce sujet et a donné raison à l'ONF en octobre 2017.

Deuxième argument : en fermant les routes forestières de la forêt de Mormal dont il ne peut assumer l'entretien, l'ONF enclave les villages riverains.
Faux : sur 4 parcours types entre les principaux villages concernés, les trajets via les routes forestières sont plus longs de 8 kms et les temps de voyage cumulés rallongés de 38 minutes.

 
Découvrir le quotidien

Pour rétablir la vérité, les équipes ont récemment convié représentants de l'Etat, associations et élus à participer à un martelage en forêt de Mormal. Ils ont pu ainsi expliquer, en direct, les principes et la technicité de leur métier, rétablir la vérité et ébaucher de nouveaux partenariats avec les élus présents et les associations.

Le martelage a eu lieu en présence d'Elise Granget de la DRAAF, de MS Lesnes, maire de Le Quesnoy et vice-présidente à la Région, et d'Eric Marquette, directeur de l'agence ONF Nord et du Pas-de-Calais.

Un métier de passion

Pour les forestiers qui travaillent sur le massif de Mormal, le quotidien est parfois difficile.

Nous faisons notre métier avec passion et nos sujets sont nombreux : gestion du massif, des coupes, suivi de la faune et de la biodiversité. Il faut adapter la forêt au changement climatique pour pouvoir la transmettre. Mais l'ambiance est devenue pesante. Pour les membres de mon équipe, c'est lourd.

Benoit Lengrand, responsable d'unité territoriale à Mormal.