Aire d'accueil de la Fontaine de Jouvence – ©Véronique Micard / ONF

Val Suzon, Forêt d'Exception® : les actions en cours

Les actions de Val Suzon, Forêt d'Exception® sont portées par une dynamique de projet partenariale. Accueil du public et protection de l'environnement tiennent une place importante dans les réalisations. Découvrez quelques illustrations.

Mettre en œuvre le schéma d'accueil du public

Les enjeux de protection des espèces et des milieux et la volonté de les préserver doivent se concilier avec le souhait d'offrir un accueil de qualité pour permettre aux citoyens de bénéficier du cadre naturel du massif.

Un outil permet de répondre à ces équilibres : le schéma d'accueil du public élaboré à l'échelle de la vallée du Suzon, au bénéfice de dix communes. Il propose un scénario d'accueil, un zonage des priorités pour l'aménagement d'espaces et d'itinéraires d'accueil.

Favoriser l'accueil du public - ©ONF

Quelques actions :

  • requalification de la zone d'accueil du site de Jouvence et notamment du parking ;
  • restauration du lavoir de la commune de Darois, en partenariat avec les associations et les élus attachés au patrimoine historique.

La télédétection au service de la cartographie du paysage

Un travail de recherche a débuté en 2015 pour améliorer les connaissances sur l'histoire du Val Suzon, sur les relations entre l'homme et son environnement et la constitution du patrimoine naturel et culturel du site. Cette thèse s'appuie sur une approche pluridisciplinaire s’intéressant à la biologie, au paysage, à l'archéologie, etc.

Le programme Lidar (light detection and ranging) utilise une technique de télédétection aéroportée. Les données acquises permettent de dresser un relevé cartographique. Il a révélé dans le Val Suzon la présence des structures archéologiques préservées par la forêt. Ces informations nourrissent le programme de recherche de la thèse en cours.

Grâce à ce programme de recherche archéologique, des garennes à lapins du Moyen-Âge (des constructions pour l'élevage des lapins) ont été découvertes en 2017 en forêt communale de Val Suzon (RNR Val Suzon) à proximité du hameau de Sainte-Foy. Il s'agit dans l'état des connaissances, de la première fouille en France ciblant spécifiquement des garennes.

Les paysages du Val Suzon

Des partenariats variés

La stratégie de conservation des espèces rassemble des amateurs et des professionnels notamment pour rédiger un atlas des espèces du Val Suzon.

La restauration des pelouses riches en biodiversité est un enjeu important de protection d'espèces fragiles, contre la fermeture naturelle de ces milieux. Un chantier expérimental a pour objectif de trouver des solutions de transformation des produits de coupe, dans un circuit court, en lien avec la chaufferie de Saint-Seine. 

En matière de formation et de recherche, on peut citer un partenariat établi avec le Master biologie de la conservation de l'université de Bourgogne. Des élèves de 1e Science technologique de l'agronomie et du vivant viennent tous les ans participer à l'entretien du marais de Jouvence dans le cadre de chantiers-école. Une formation sur l'interprétation des paysages existe également.

La ressource en eau, une question centrale

Face à la faible connaissance des interactions entre la forêt et la qualité de l'eau, un comité s'est constitué en 2015 à l'initiative de Dijon Métropole. L'objectif est de trouver des solutions auprès des divers acteurs pour améliorer la qualité de l'eau du Suzon. Ce projet rapproche forestiers, agriculteurs, particuliers et acteurs économiques.

La truffe de Bourgogne, un trésor du Val Suzon

La truffe du nord-est de la France est une ressource emblématique de Bourgogne. Elle est à l'origine d'un partenariat entre l'association La truffe Côte d'orienne, l'ONF, la forêt privée et la recherche (Inrae et CNRS). L'objectif est de mettre en place un dispositif expérimental pour apprécier les potentialités trufficoles en forêt et pour mesurer les effets de la sylviculture sur cette ressource.