L'ONF et l'Agglo Seine-Eure, ensemble pour l’avenir de la forêt de Bord-Louviers.

L’Office national des forêts (ONF) redéfinit, en étroite concertation avec la communauté d’agglomération Seine-Eure, les orientations de gestion de la forêt domaniale de Bord-Louviers pour les 20 ans à venir. Ces deux acteurs majeurs du territoire ont signé une convention le 13 septembre 2021 pour définir ce partenariat. Il s’agit là d’une expérience menée pour la première fois en France.

En France, la gestion des forêts publiques obéit à une approche multifonctionnelle : production de bois, préservation de la biodiversité et accueil du public. Elle s’inscrit dans de nombreux contextes écologiques, physiques, climatiques, économiques, paysagers, sociétaux, touristiques…

Pour répondre à toutes les attentes et problématiques, les gestionnaires se sont dotés d’un outil garantissant la gestion durable des forêts : des plans de gestion, appelés pour les forêts publiques, "aménagements forestiers". Ce document d’aménagement fixe les orientations de gestion pour une période de 20 ans. Conçu et rédigé par l’ONF, il est contrôlé et validé par l’Etat, propriétaire de la forêt.

En présence de Dominique de Villebonne, adjointe au directeur forêt et risques naturels à ONF, Virginie Séné-Rouquier, sous-préfète des Andelys et Jacques Charron, président de l'URCOFOR de Normandie, Antoine Couka directeur ONF de Rouen et Bernard Leroy, président de l'Agglo Seine-Eure ont signé une convention de partenariat visant à expérimenter une nouvelle approche d'élaboration du plan de gestion de la forêt domaniale de Bord-Louviers. - ©Sonia Bourgouin / ONF

Aujourd’hui la société manifeste plus d’attentes sur la façon de gérer les forêts et les contextes sont en profondes mutations ; le changement climatique à lui seul interroge en profondeur les grandes orientations du monde forestier. Aussi il est apparu nécessaire d’adapter ces documents d’aménagement. Les pistes de réflexion conduites au niveau national sont nombreuses.

Elles portent sur la sylviculture elle-même, la mise en œuvre de nouveaux outils, etc. Elles concernent aussi la façon de mieux connaitre les attentes de la société et les interactions forêt-territoire. C’est sur ce dernier point que l’ONF, avec l’approbation du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, a souhaité tester une démarche de concertation étroite pour l’élaboration du document d’aménagement.  

La forêt de Bord-Louviers joue ce rôle central ; elle est un espace qui rend une multitude de services (environnementaux, économiques, et sociaux). Ce rôle s’inscrit vraiment dans la vie de notre territoire et est bien identifié dans nos différentes politiques en place. Face à tous ces enjeux, l’actualisation de son aménagement pour les 20 ans à venir sera assez cruciale. Nous sommes donc ravis de pouvoir être partie prenante de cette expérimentation.

Bernard Leroy, président de l'Agglomération Seine-Eure.

Une démarche expérimentale avec l’Agglo Seine-Eure en forêt de Bord-Louviers

Dans cette perspective, l’ONF propose de travailler en étroite concertation avec les EPCI – établissements publics de coopération intercommunale tel que les communautés d’agglomération ou de communes – qui exercent de nombreuses compétences dans des domaines concernant la forêt.

Localement, depuis plusieurs années, l’Agglo Seine-Eure anime une démarche de charte forestière de territoire (forêts publiques et privées) et accompagne l’ONF dans un certain nombre de dossiers concernant la forêt domaniale de Bord-Louviers visant à renforcer l’attractivité de son territoire.

Le document d’aménagement de la forêt domaniale de Bord-Louviers (4 550 hectares) arrive à son terme et doit être révisé pour les 20 ans à venir. L’occasion pour l’ONF de proposer à l’Agglo Seine-Eure de tester cette démarche expérimentale de concertation, à travers une convention cadre de partenariat signée le 13 septembre en forêt de Bord-Louviers.

L’ONF et l’Agglo Seine-Eure s’engagent à travailler ensemble à la définition du protocole d’élaboration de l’aménagement, à son contenu, mais également dans sa mise en œuvre opérationnelle. Ils associeront les différents acteurs locaux dans leur concertation, ainsi que les usagers.

Pour objectiver cette démarche et approfondir les questionnements, les partenaires ont fait le choix de confier à un tiers, le cabinet Dialter, la conduite de cette opération. Dès l’été, ces derniers ont procédé à des entretiens individuels visant à recueillir les attentes et préoccupations de différentes parties prenantes concernant la forêt. Les premières pistes de réflexion devraient être précisées prochainement.

Pour l’ONF, ce test grandeur nature contribuera à enrichir la réflexion sur les évolutions à porter au niveau national dans le protocole d’élaboration des nouvelles générations d’aménagements forestiers. Cette démarche novatrice, qui sera progressivement enrichie d’autres expériences sur d’autres territoires, constitue une première au niveau national.

Ainsi, le 13 septembre 2021, de nombreux acteurs locaux, institutionnels, représentants d'associations d'usagers, chasseurs, professionnels du bois etc... étaient présents. Après les prises de parole et la signature du partenariat, une visite de la forêt sur 3 thématiques a été proposée : adaptation de la forêt au changement climatique, adaptation de la gestion forestière à des enjeux paysagers autour d'aires d'accueil et le Schéma d'accueil de la forêt avec ses projets de nouveaux aménagements pour le grand public.

Antoine Couka, directeur d'agence, en présence des partenaires

L'occasion également de rappeler la nécessité de continuer à travailler tous ensemble en bonne intelligence pour continuer à faire de la forêt un lieu partagé où chacun doit être ouvert aux diverses pratiques et à la nécessité d'une gestion technique de la forêt.

Et aussi :