Projet Rail Bois : plan de gestion de la ligne 310 000

Rail bois, c'est une démarche innovante pour la biodiversité et la maîtrise de la végétation sur les délaissés ferroviaires de la SNCF en région Hauts-de-France. Explications.

L’Office nationale des forêts (ONF) et SNCF Réseau proposent un projet innovant de détection, quantification et valorisation de la végétation au sein des dépendances vertes du réseau ferré. Tout ceci dans un objectif de gestion durable de l’environnement.

Qu'est-ce que Rail Bois ?

L’entretien de la végétation permet d’assurer la sécurité des riverains, du public et des agents sur l’ensemble des emprises de SNCF Réseau. Pour assurer cette mission, l’ONF et la SNCF ont mis en place le projet innovant Rail Bois. Ce dernier participe à la transition énergétique et au renforcement de la biodiversité du territoire.

A titre d’exemple, la ligne 310 000 reliant Lumbres à Desvres, a requis une attention particulière. En effet, elle traverse des zones protégées comme le Parc Naturel Régional Caps et Marrais d’Opale.

A travers l’expertise de son Agence nationale études et travaux (ANET), l’ONF a su développer une exigence forte et un important savoir-faire en matière de gestion durable de la végétation, dont bénéficie de façon directe le projet Rail Bois :

Cette expertise repose notamment sur un important travail d’évolution et d’adaptation des pratiques face aux enjeux écologiques et sociétaux toujours plus prégnants (biodiversité ordinaire, acceptabilité des coupes, sécurisation du réseau…). Cela passe en partie par :

  • Une meilleure prise en compte de la biodiversité lors des travaux (abattage sélectif, pâturage, ensemencement, compétition végétale, génie écologique…) ;
  • Une politique "Zéro phyto" et l’évolution des protocoles associés ;
  • Une gestion différenciée et la lutte contre les espèces exotiques envahissantes ;
  • La mise en place vouée à se généraliser d’un suivi écologique sur les emprises ;
  • La prise en compte des infrastructures linéaires comme corridors écologiques ;
  • Favoriser la biodiversité ordinaire : approche par habitats plutôt que par espèces.

Il s'agit du premier projet de valorisation le long de ces infrastructures. Il nous permet d'avoir une réflexion groupée sur plusieurs thématiques et de s'ouvrir à d'autres sources d'approvisionnement. C'est intéressante de travailler avec les structures locales compétentes.

Responsable Bois Energie, Région Hauts-de-France

Biodiversité et transition énergétique

L’approche Rail Bois se veut intégratrice d’un ensemble d’enjeux territoriaux locaux, et est conçue autour de deux axes principaux :

  • Le renforcement de la biodiversité ;
  • Le renforcement de la filière énergétique locale.

L’élaboration des plans de gestion Rail Bois nécessite donc la prise en compte et l’intégration des règlementations et des prescriptions locales, notamment au titre de l’environnement et de l’urbanisme.

Des interventions respectueuses de la biodiversité

Le chantier de la ligne 310 000 s’articule très bien avec les objectifs du parc Naturel Régional des Caps (PNR) :

  • Préserver les éléments de supports de biodiversité

Pour ce projet, la mobilisation du bois a donc été pensé en accord avec les contraintes et les enjeux locaux pour participer au renforcement de la biodiversité locale. Ceci peut être atteint en laissant des îlots de sénescence ainsi qu’une variété de strates végétative, refuge pour la biodiversité. Il est également important de préserver les arbres à cavités, refuge pour de nombreux oiseaux, insectes ou chiroptères.

  • Corridors multifonctionnels

Les études menées par le CEN Hauts-de-France montre d’importante fragmentation des populations de vipères le long de la ligne. Sans entretien, ces populations sont séparées au fur et à mesure de la densification de la végétation.

L’entretien de la végétation permet donc le maintien de corridors écologiques, considérés comme prioritaires dans les objectifs du PNR, qui assurent des connexions entre des réservoirs de biodiversité. Ils offrent aux espèces des conditions favorables à leur déplacement, à leur expansion dans le territoire et à l’implantation d’une biodiversité riche. C’est notamment le cas pour la vipère péliade, espèce protégées, qui nécessite une ouverture continue pour favoriser son expansion.

  • Maintien des lisières

La multiplication des effets de lisière (contact pelouse-prébois-forêt) joue un rôle important pour la faune. Elles structurent leur connexion avec d’autres milieux et abritent des espèces particulières qui ne se développent que dans ces espaces. Les bords de piste ou de massif sont propices à la création ou au maintien de lisières larges entre forêt et milieux ouverts, sans pénaliser les espèces forestières d’intérieur.

Lors de ce projet, il est important de maintenir et de favoriser des essences secondaires (telles que les Saules, Bouleaux, Trembles, Sorbiers) en lisière, qui assurent une ressource alimentaire pour de nombreux taxons.

 

Une valorisation systématique des coupes

En accord avec l’approche territorialisée du projet, la valorisation de BE doit participer au renforcement et au développement de la filière énergétique locale.

Les tiges seront stockées à un emplacement prévu le temps du séchage, soit entre 3 à 6 mois environ. L’accès depuis la route permettra au camion broyeur d’ONFE de venir récupérer le bois, de le broyer et de le livrer en chaufferie.

Pour plus d'informations :